ReliefWeb - Updates

ReliefWeb - Updates

Descriptive text is not available for this image

ReliefWeb - Updates

Indonesia, Flooding in Banyumas, Central Java (22:03 Oct 29 2020)

Fri, 30 Oct 2020 04:58:13 +0000

Country: Indonesia
Source: ASEAN Coordinating Centre for Humanitarian Assistance

Description

High rainfall intensity caused flooding in Banyumas Region, Central Java Province on Wednesday, 28 October 2020 2200 hrs local time.

Affected Location:

• Kemranjen Sub-region

  • Sirau Village

  • Grujugan

Fatalities:

• 106 families were affected

• 81 families were displaced

Details:

  • Sirau: 35 families were displaced

  • Grujugan: 46 families displaced (have returned to their homes)

Material Disadvantages:

• ± 106 housing units were submerged

• TMA ± 50 cm

Effort :

• TRC BPBD Kab. Banyumas conducts rapid assessments, evacuates the affected people and coordinates with relevant agencies

• Regent of Banyumas together with BPBD Banyumas has visited the disaster locations and evacuation points

Latest Condition on Thursday, 29/10/2020, 0930 hrs local time

• The weather is sunny

• Floods gradually recede with an inundation level ± 20 cm

Source: BPBD Banyumas

Additional Data

Country: Indonesia

Affected Area / Region: Banyumas, Central Java

Casualties

Affected Families: 106

Affected Persons: 530

Displaced Persons: 405

Damages

Full Story

Indonesia, Flooding and Landslide and Pangandaran, West Java (04:15 Oct 27 2020)

Fri, 30 Oct 2020 04:55:50 +0000

Country: Indonesia
Source: ASEAN Coordinating Centre for Humanitarian Assistance

Description

High intensity rain that occurred on Tuesday, October 27, 2020 at 0415 hrs local time and accompanied by unstable soil conditions caused flooding and a landslide in Pangandaran Region, West Java Province.

Affected areas:

• Padalaherang Sub-region

  • Pasirgeulis Village

  • Karangmulya Village

• Langkaplancar Sub-region

  • Jadikarya Village

• Sidamulih Sub-region

  • Cikalong Village

• Parigi Sub-region

  • Bojong Village

The local disaster management authority (BPBD Pangandaran) coordinate with local agencies and distribute the relief items. BPDD Pangandaran evacuates the people affected by the landslides.

Source: BNPB

Additional Data

Country: Indonesia

Affected Area / Region: Pangandaran, West Java

Casualties

Death: 2

Affected Families: 111

Affected Persons: 311

Damages

Access to early warning: Yes

Full Story

Samoa National Statement on Tropical Cyclone (TC) & Climate Seasonal Outlook 2020/21

Fri, 30 Oct 2020 04:52:17 +0000

Descriptive text is not available for this image

Country: Samoa
Source: Government of Samoa

Please refer to the attached file.

Media Release: Samoa is likely to have 0 - 1 Named Tropical Cyclone this season

Key Messages

  • 0-1 Tropical Cyclone (TC) is likely to pass the 400km radius of Samoa with possibility that it may reach Category 3 status or greater. The cyclone risk for Samoa this season compared to all tropical cyclone season is ‘normal’.

  • La Nina phase of El Nino Southern Oscillation (ENSO) is well established in the Pacific since October with anticipation to continue at least early 2021 after a peak during December 2020.

  • Above average rainfall is most likely for Samoa in the upcoming season.

Tropical Cyclone Outlook for 2020 — 2021

The TC activity risk for Samoan region is ‘normal’ with 0-1 named TC count that can pass within 400km radius of the country, with at least 1 TC to reach Category 3 or greater. The TC season of Samoa extends from November to April, with the peak TC activity normally experienced from January to March. This upcoming cyclone season is expected to emulate past cyclone seasons that are similar background climate conditions to the present (2020/2021). Six identical cyclone seasons (analogue cyclone | seasons) have been identified; and this outlook is based on statistical analysis of these analogue seasons. The analogue seasons include cyclones season 1970/71; 1984/85; 1995/96; 2007/08; 2016/17; 2017/18. Additionally, TCs have occasionally occurred off season as in outside of the normal TC season; November to April period. The analogue seasons also have out of season TCs, thus out of season TCs are also possible this season.

CLIMATE & OCEAN OUTLOOK FOR NOVEMBER 2020 TO APRIL 2021

El Nino Southern Oscillation (ENSO) has transitioned from Neutral state into its cold phase, La Nina in early October 2020. At present, the sea surface temperatures across the central equatorial region and eastern region are cooler (negative) than normal while a warm (positive) pool of water developed in the western region (to the north of Papua New Guinea). All surveyed climate models suggest ocean temperatures will remain at La Nifia levels until early 2021.The Southern Oscillation Index (SOI); the atmospheric indicator has been consistently positive since July 2020 which shows a pattern of the established La Nina phenomenon.

The La Nina is expected to remain throughout at least early 2021 after it peaks during December 2020. The strength of the event is anticipated to become strong with similar conditions to the 2010-11 event. La Nina normally provides more rainfall than usual for Samoa. In light of this, wetter than normal conditions are expected for the island as it transition into the Wet Season coupled by the La Nina. Therefore, ‘above average’ rainfall is favored for Samoa in the coming season.

Potential Impacts

The tropical cyclones are associated with torrential rainfall, flash flooding, flooding of low lying areas, coastal flooding, storm surges, water spouts and strong to damaging winds. Additionally, there is a high possibility for potential landslides and river flashing this coming wet season especially when a tropical cyclone follows a prolonged period of wetter than normal conditions.

These events can cause a great deal of damage to property and lives. Samoa Meteorology Division will continue to closely monitor the change in the climate system and advise accordingly.

All communities are urged to remain vigilant, be alert and prepared throughout the 2020-21 TC season and take heed to TC alerts, warnings and advisories whenever it is issued to reduce the loss of life and damage to property.

For further information please contact;

Silipa Mulitalo (Mr.)

Acting- Assistant Chief Executive Officer

Meteorology Division, Ministry of Natural Resources and Environment

Email: silipa.mulitalo@mnre.gov.ws

Phone: +685 20855

Faapisa Aiono (Ms)

Principal Officer — Climate Services

faapisa.aiono@mnre.gov.ws

Kotoni Faasau (Mr)

Senior Officer — Climate Services

kotoni.faasau@mnre.gov.ws

Full Story

Flood hotspots in Iraq (October 2018-March 2019) (October 2020)

Fri, 30 Oct 2020 04:13:54 +0000

Descriptive text is not available for this image

Country: Iraq
Sources: UNOSAT, UN Children's Fund, WASH Cluster, REACH Initiative

Please refer to the attached Map.

Background

Floods in Iraq have always caused significant loss of life and property. The rising levels of the Euphrates and Tigris rivers were the main causes of flooding until Iraq started using natural depressions to divert the excess water from the urban areas in the 1950s. This approach significantly improved the situation and no significant flood was reported until the early years of the last decade. Lately, floods were reported in different cities around Iraq with 2019 experiencing the most severe flooding since then. Therefore, to support the Iraq Water, Sanitation, and Hygiene (WASH) cluster in identifying and targeting flood-prone areas where mitigation measures may be needed, REACH Iraq conducted a cumulative flood occurrence analysis of the floods during the 2018/19 winter season to identify flood hotspots throughout Iraq.

Full Story

How Uruguay is advancing its National Adaptation Plan across cities through adaptive solutions and education

Fri, 30 Oct 2020 04:12:51 +0000

Country: Uruguay
Source: UN Development Programme

Climate change is one of the main challenge cities will have to face in the coming future. Mitigation and adaptation are the two main approaches to cope with the effects of climate change on the earth and its population. There is international consensus that greening strategies in cities are one of the most effective adaptation measures. Examples of these solutions range from planting more trees to green the cities, to green roofing and rain gardens.

In cities where the lack of urban greening contributes to prolonged heat waves, adaptative solutions are essential: when a roof of a building or home is partially or completely covered with vegetation, it produces oxygen and absorbs CO2, filters dust and dirt particles from the air, prevents overheating of ceilings and reduces temperature variations in the day-night cycle. Moreover, trees are excellent filters for urban pollutants and small particles and when properly planted around buildings, trees reduce air conditioning needs by 30% and save 20% to 50% on heating.

Uruguay cities are particularly vulnerable to the adverse effects of climate change, including extreme events such as droughts, floods, heat and cold waves, strong winds, tornadoes, hailstorms, frosts, heavy rains and severe storms.

According to the latest census in Uruguay, more than 93 percent of its population lives in urban areas. This trend has been characterized historically in the country and is expected to intensify in the coming years. For these reasons, Uruguay chose to focus its National Adaptation Plan process in its urban centers, where the most relevant service infrastructures are located and where fundamental economic activities take place.

The development of a National Adaptation Plan for Cities and Infrastructures (NAP-Cities) is a new effort at the national level to integrate the adaptation approach in cities, in infrastructures and in planning at the national and local levels.

In 2018, the Green Climate Fund (GCF) approved the Government of Uruguay’s Readiness Proposal in order to advance towards a National Adaptation Planning process in cities and local governments . The NAP-Cities is led by the Ministry of Housing and land-use planning in coordination with the Ministry of Environment, with the support of the Uruguayan Agency for International Cooperation of Uruguay and implemented by the UNDP.

The process of the NAP-Cities plan began with the mapping of relevant actors, followed by the preparation of an inventory of adaptation experiences throughout the country. The inventory detailed activities developed at national, departmental, and local levels, and helped recognize the advance of adaptation in the country.

Agreements with various academic institutions, specifically the Faculty of Sciences, the Faculty of Architecture, Design and Urbanism, the Faculty of Engineering and the Faculty of Information and Communication will contribute to the generation of knowledge to identify adaptation options for the main threats that affect cities.

Within the framework of the NAP-Cities, a multi-hazard assessment was carried out for climate change scenarios in four urban areas: Canelones (inland), Rivera (border city), Juan Lacaze (coastal), and the area of Pantanoso stream in Montevideo (capital). These four cities were strategically selected for the multi-hazard assessment considering the diversity of climate risks they each face. The multi-hazard assessment was developed in collaboration with the cities´ authorities and technical staff, which played a key role in the process of formulating their local plans that included specific adaptation measures.

Multi-hazard risk zoning allows geo-referencing the possible impacts of meteorological phenomena, assessing the exposure of the city infrastructure and establishes the vulnerable populations in order to identify areas where risk reduction measures are a priority. At the same time, using climate change projections allowed visualizing areas of higher risks, where immediate action is a priority and to preserve areas of the city that appear low risk but may be exposed to threats in the future.

The multi-hazard risk map will contribute to the development of early warning systems and contingency plans. Furthermore, the risks maps allow to identify which modifications in land use planning are more urgently needed in order to reduce risks and define and recommend different adaptation measures such as: the greening of waterproof areas, incorporation of new drainage infrastructure or restoration and preservation of relevant ecosystems. All of this aimed at minimizing the impacts of climate change.

With regard to social policies, the multi hazard risks map helps understand environmental conditions where the population is exposed; and with regard to habitat policies, it allows the identification of areas where the infrastructure, services and house are deficient.

The planning of climate change adaptation in cities involves the participation and commitment of various actors at the national and local levels, in order to achieve an interdisciplinary and intersectoral approach to adaptation.

The creation of a communication strategy for the NAP-Cities project determined training activities as a key component. Two annual capacity plans have been developed to date. These plans respond to the training needs identified regarding climate change adaptation. It is noteworthy that all training and education activities incorporate the gender perspective, across the analysis of adaptation measures defined in the NAP-Cities

The NAP-Cities has been implementing climate change adaptation training and educational activities with teachers, students and practitioners from various disciplines. These trainings have reached to more than 1,000 children from as young as five-years old to high school students in their late teens.

The Directorate of Scientific Culture of the Ministry of Education and Culture is supporting students’ Science Clubs to propose yearlong projects about climate change for practical solutions for their cities.

At the university-level, several programs and long-term trainings were carried out in order to deepen the technical understanding and knowledge of climate change adaptation and to help achieve the correct dissemination of these subjects.

All these actions developed for the preparation of the National Adaptation Plan for Cities and Infrastructure are contributing to the long-term vision for a resilient Uruguay and will help the country to fulfill the commitments agreed in its Nationally Determined Contribution to the Paris Agreement.

Full Story

Urban life reconsidered: From ash clouds and floods, to green energy and climate action, adapting to climate change means transforming cities in Bosnia and Herzegovina

Fri, 30 Oct 2020 04:08:18 +0000

Country: Bosnia and Herzegovina
Source: UN Development Programme

With its rich history and multicultural cities, Bosnia and Herzegovina (BiH) is an inspiring example of cosmopolitanism and green urban renewal.

Zenica, an industrial hub where ash clouds have been known to dominate the sky, is striving towards a green transformation – combatting air pollution and proving that cities can be a locus for change.

In the interior of Bosnia, the cantonal capital Zenica lies at the literal centre of the country.

Whenever there is heavy rain in Zenica, locals in the village of Topcic Polje flashback to scenes from the 2014 floods and landslides that wiped out entire neighbourhoods and caused widespread damage they are still recovering from. The village’s 1,700 people look to Zenica for its key role in keeping people safe, especially in times of crisis.

THE KEY TO ADAPTING TO CLIMATE CHANGE? LOCAL COMMUNITIES.

Since the devastating floods six years ago, some river and stream basins were modified to accommodate stormwater overflows, but this amounts to a temporary solution. Early last year, a code red alarm was triggered when the Starinski stream rose to critical levels after organic matter blocked its flow down to the river Bosna.

‘Heavy machinery that we needed was brought. The riverbed was continuously cleaned for two days and two nights. In the riverbed, which is almost four metres deep, there was [only] 30cm left for it to be full and cause a catastrophe. It was in the last moment, but it was the city administration that came to help clean up’, recalls Suad Skopljak, Topcic Polje community president.

City administrations usually have small budgets that do not allow for major infrastructural projects. However, as Skopljak explains, the local city government is the first point of contact when people are in need.

INDUSTRIAL CITY GOES GREEN

When it comes to climate-induced disaster risk, secondary watercourses are the gravest problem in Zenica. The central river Bosna runs throughout the city; it is largely manageable and has suitable infrastructure in the urban area, but many of its tributaries run through wild and disorderly riverbeds.

Jakuta Imsirovic, expert associate for protection of the environment with the City of Zenica, explains how people who live by the rivers and those who cultivate the lands near them are the most endangered category of citizens when it comes to exposure to natural disasters.

She adds that the city administration has limited options and a somewhat narrow role, both financial and by jurisdiction, but that the city is endeavouring to complete large-scale project activities to clean the river beds, develop projects that will regulate wastewater, transform municipal heating to stop using coal, and various green renewal activities such as tree planting (initiated by UNDP’s Go Green Initiativein 16 municipalities – including Zenica – throughout BiH), increasing the energy efficiency of residential buildings in the urban area, and facilitating bicycle use.

‘The problem we have is that this is a valley and villages are up the surrounding hills, and each time the snow and ice melt waters cascade down’, Imsirovic says. ‘It could be slowed down with retention basins, building barriers and other technical tools’.

As a mechanical engineer, Ms Imsirovic explains how through the implementation of the UNDP’s National Adaptation Plan (NAP) project, financed by Green Climate Fund, there are efforts to systematically map existing climate change issues and prepare the requisite documentation to seek donor assistance, as the city is financially strapped and cannot solve all of its problems without help. Ms Imsirovic emphasises the need to recognise the area’s problems and start matching them with long-lasting solutions, using a strategic approach.

BiH’s NAP project has initiated pilot projects in Zenica and Laktasi to develop an innovative strategy for financing climate change adaptation activities. The first online trainings on financial modelling of municipal creditworthiness and long-term financial budget planning for climate change adaptation activities were held for representatives of utilities, financial authorities, and infrastructure departments for both municipalities. Strategic investment and the implementation of adaptation measures to climate change will increase the resilience of communities, populations, and the economy, and will enable economic development that will be resilient to climate impacts.

Developing municipal assistance tools for adaptation planning and financing in order to design ‘bankable’ adaptation interventions will help secure financing for climate change adaptation action and facilitate medium- to long-term planning.

CLIMATE CHANGE CAN BE RUTHLESS

Climate, and especially climate extremes in BiH has changed over last decades. Just in the last ten years, six where very to extremely dry, while five characterized by dramatic floods, experiencing also heat and cold waves, storms and hail. The most vulnerable sectors to climate effects in BiH are agriculture, water management, forestry, power, tourism, biodiversity and human health. The droughts are marked as the biggest threat to BiH, causing huge economic, environmental and social losses.

High temperatures, heat stress and droughts are causing disastrous effects in agriculture in recent decades, sometimes resulting in 70% losses as it was in 2012.

Thus, it is of crucial importance to plan proper adaptation measures, entities for their implementation as well as financial models to realize measures.

Agriculture is especially affected by droughts but also by floods…

WHEN DISASTER HITS, AGRICULTURE SUFFERS

Some 165 kilometres to the northeast of Zenica lies the municipality of Laktasi, a predominantly agriculture-oriented area close to the city of Banja Luka.

In the last decade, Laktasi was inundated by floods four times, the most devastating of which took place in 2014, when the total damage was calculated at about USD$14.2M. By way of comparison, the total budget for the municipality that year was only USD$10M.

The frequent floods are forcing the local authorities to focus most of their disaster risk prevention projects into building riverbank fortifications. As there are numerous rivers and streams throughout the municipality’s territory - 90 per cent of which is rural - there are still dozens of kilometres of fortification that need to be built.

‘Most of the activities in the future should be aiming for remediation, regulation and cleaning of the rivers and creeks. The Municipality is dedicating some funds in the budget each year for cleaning the riverbeds, which is something that was not done prior to 2014. And this gives results. Some parts are not flooding again’, said Goran Vujakovic, head of the Department for local development in the Municipality of Laktasi.

He explained how some of the projects implemented with UNDP support resulted in the development of a risk analysis resource available to citizens via the municipality website, which can show them risk assessments for their dwelling due to floods or landslides.

Despite scarce funds, local authorities are continuously working on building the waterway fortifications bit by bit. Mr Vujakovic noted how efforts are being put into securing better conditions for local farmers as well as for the companies in the industrial area. The primary remaining need is the construction of the riparian fortifications in the key area from Klasnice to Trn, which would cost about USD$11.8M, a figure currently beyond the capacity of local authorities.

Through its support for the NAP project, UNDP is helping Zenica and Laktasi to prepare a strategy and financing model in order to develop a tool for financing measures that will enable municipalities to have better access to financial resources in the open market. After initial tests in these two municipalities, the tool will be made available to other cities throughout BiH.

BETTER CITY, BETTER LIFE

To make this work possible, the governmental institutions involved in the NAP process are the Ministry of Spatial Planning, Civil Engineering, and Ecology of Republika Srpska as the country’s UNFCCC and GCF focal point, the Ministry of Foreign Trade and Economic Relations of BiH as a state-level ministry in charge of coordination of climate change adaptation activities throughout the country, and the Federal Ministry of Environment and Tourism.

This work is also advancing BiH’s efforts to achieve the Sustainable Development Goals (SDGs). In particular, this project supported progress on achieving, SDG1 on poverty, SDG 5 on gender equality, SDG 7 affordable and clean energy, SDG11 on sustainable cities and communities, SDG 13 on climate action, and SDG 17 partnerships for the goals among others.

For more information on the project, please visit the project profile here.

For more information on UNDP BiH, visit here.

Full Story

Suivi de la situation humanitaire dans la zone frontalière entre le Niger, le Mali et le Burkina Faso - Aperçu de la situation : Burkina Faso - Régions du Sahel, Est, Nord et Centre-Nord (juin 2020)

Fri, 30 Oct 2020 04:03:53 +0000

Descriptive text is not available for this image

Countries: Burkina Faso, Mali, Niger
Source: REACH Initiative

Please refer to the attached file.

Contexte

Depuis la crise sécuritaire au Mali en 2012, la zone frontalière entre le Niger, le Mali et le Burkina Faso est caractérisée par un climat d’insécurité. Principalement due à la présence de groupes armés, mais également à la montée de la criminalité et des tensions entre les communautés, cette situation sécuritaire critique a causé le déplacement de près de 921 471 personnes déplacées internes (PDI) et de plus de 20 900 réfugiés en date du 30 juin 2020 . Ces déplacements intensifient les besoins humanitaires des populations hôtes et déplacées dans divers secteurs tels que la protection, la sécurité alimentaire, la nutrition, la santé, l’eau, l’hygiène et l’assainissement (EHA), les abris ou encore l’éducation. Cependant, la situation sécuritaire délétère combinée à d’autres facteurs tels que le mauvais état des infrastructures, les limitations de circulation liées à l’état d’urgence déclaré dans les régions frontalières et les conditions géographiques difficiles limitent l’accès humanitaire . En résulte un déficit d’information important sur l’étendue, la nature et la sévérité de ces besoins. Afin de combler ces lacunes et d’informer la planification des interventions humanitaires, REACH a démarré un suivi multisectoriel des besoins humanitaires dans la zone frontalière, plus précisément dans les régions de Tillabéri et Tahoua (Niger), Mopti, Tombouctou et Gao (Mali), Sahel, Est, Nord et Centre-Nord (Burkina Faso). Cet aperçu de la situation présente les résultats de cette évaluation au Burkina Faso sur l’ensemble du deuxième trimestre 2020.

Full Story

Federal Republic of Somalia launches GCF-financed climate change adaptation planning support programme

Fri, 30 Oct 2020 03:53:11 +0000

Country: Somalia
Source: UN Development Programme

UNDP-supported programme accelerates ambition of Nationally Determined Contributions to the Paris Agreement and advances action on Sustainable Development Goals

22 September 2020, Mogadishu – The Federal Government of Somalia officially launched the US$2.7 million GCF-financed, UNDP-supported programme to ‘*Strengthen Climate Change Adaptation Planning*’ in August 2020. The new programme will support the Federal Republic of Somalia in advancing the ambition of its Nationally Determined Contributions to the Paris Agreement and reaching the targets outlined in the Sustainable Development Goals.

On 22 September 2020 in Mogadishu, 24 stakeholders from the Federal Republic of Somalia convened for their first National Adaptation Plan (NAP) inception workshop to discuss how the programme will be implemented over the next 36 months (2020-2023).

This will be the Federal Government of Somalia’s first GCF-funded programme and it will guide the country to adapt to the climate change impacts across all sectors. Based on a vulnerability study, Somalia will also establish a funding mechanism for addressing climate change issues (from domestic resources and international partners).

The NAP process will be overseen by the Deputy Prime Minister in the capacity of National Designated Authority, supported by the Directorate of Environment and Climate Change, Office of the Prime Minister, and implemented by UNDP.

Somalia submitted it’s first National Communication in January 2019 to the UNFCCC. Leading up to the NAP, Somalia has been developing strategic documents and reporting mechanisms that will further inform and feed back into their NAP process. Somalia is participating in the Nationally Determined Contribution (NDC) enhancement process through the UNDP Climate Promise initiative. Somalia continues to be heavily involved in a number of climate action initiatives and processes that align with their NAP process objectives.

The Somalia NAP process will be integrally linked to their NDC, National Communications and the adaptation communication to the UNFCCC. The Global Adaptation Goal established under Article 7 of the Paris Agreement recognizes the importance of the NAP process and its potential linkages with the NDC. The NDC is a higher-level statement, with NAP elements in it, while the NAP is a much more elaborate instrument that unpacks priorities and looks at scaling-up investments needed.

The Somalia NAP will be much more operational. Making this link between the NAP processes and the NDC is important to achieve an integrated approach. In many cases, countries have included a reference to their adaptation goals in their NDC, and will operationalize their adaptation plans through this process.

Somalia’s NAP aims to help conduct comprehensive medium-and long-term climate adaptation planning through four key outputs. Through the NAP process, Somalia plans to enhance the national institutional coordination and capacity for adaptation that will in parallel establish a legal and institutional framework for climate change adaptation (CCA). Somalia will strengthen state-level technical capacity for climate change adaptation planning that will be harmonized with national frameworks, and establish a state-level capacity building program that is targeted for state government officials.

Furthermore, Somalia’s NAP will formulate a financial plan for climate change adaptation at the national level and establish a climate finance coordination mechanism through a national-level working group that will convene to coordinate future financial planning needs for climate change adaptation. The programme officially entered into its inception phase, which will initiate the next set of activities under the NAP. Looking ahead, Somalia will have its first project board meeting before the end of 2020.

The GCF-funded NAP is not the first time Federal Government of Somalia and UNDP have worked together on large-scale adaptation initiatives. In 2019, UNDP and Somalia launched the US$10 million Global Environment Facility-financed project for pastoralist communities to access scarce water resources and adapt to climate-related droughts and floods. In all some 360,000 farmers and pastoralists are set to benefit from the project.

About the UNDP

UNDP partners with people at all levels of society to help build nations that can withstand crisis, and drive and sustain the kind of growth that improves the quality of life for everyone. On the ground in nearly 170 countries and territories, we offer global perspective and local insight to help empower lives and build resilient nations. www.undp.org.

Full Story

Economic & social rights report: Mozambique

Fri, 30 Oct 2020 03:46:12 +0000

Descriptive text is not available for this image

Country: Mozambique
Source: Solidar

Please refer to the attached file.

How can the European Union (EU) better contribute to building an enabling space for Civil Society Organizations (CSOs) in Mozambique? How can the EU support the progressive realization of Economic and Social Rights - that is to say Freedom of Association and the Right to Organise, Decent Work and the Right to Social Protection for all - in connection with the implementation of the 2030 Agenda for Sustainable Development?

The SOLIDAR Network is active on these themes in Mozambique through its member and partner organisations. During a process led by Solidar Suisse, our Network has held several meetings aimed at discussing the current situation of Economic and Social Rights in Mozambique, as well as define the modalities of a solid partnership between the EU and CSOs in the promotion of these rights.

This publication presents the main results of these exchanges and is structured around two priority axes:

  1. Building an Enabling Space for Civil Society Organizations and Human Rights Defenders (SDGs 16 and 17)
  2. Promoting Decent Work and Social Protection for all (SDGs 3, 4 and 8)

Full Story

Economic & social rights report: Cambodia

Fri, 30 Oct 2020 03:43:41 +0000

Descriptive text is not available for this image

Country: Cambodia
Source: Solidar

Please refer to the attached file.

How can the European Union (EU) better contribute to building an enabling space for Civil Society Organizations (CSOs) in Cambodia? How can the EU support the progressive realization of Economic and Social Rights - that is to say Freedom of Association and the Right to Organise, Decent Work and the Right to Social Protection for all - in connection with the implementation of the 2030 Agenda for Sustainable Development?

The SOLIDAR Network is active on these themes in Cambodia through its member and partner organisations. During a process led by the Cambodian Women’s Crisis Center (CWCC) and Solidar Suisse, our Network has held several meetings aimed at discussing the current situation of Economic and Social Rights in Cambodia, as well as define the modalities of a solid partnership between the EU and CSOs in the promotion of these rights.

This publication presents the main results of these exchanges and is structured around two priority axes:

  1. Building an Enabling Space for Civil Society Organizations and Human Rights Defenders (SDGs 16 and 17)
  2. Promoting Decent Work and Social Protection for all (SDGs 3, 4, 8)

Full Story

CAR: Echanges fructueux entre la délégation UA-CEEAC-ONU, le Chef de l’Etat et la société civile

Fri, 30 Oct 2020 02:57:56 +0000

Country: Central African Republic
Source: UN Multidimensional Integrated Stabilization Mission in the Central African Republic

GHISLAINE ATTA / ABOU SEIDOU/ DEUBALBET WEWAYE

Trois jours après son arrivée en RCA, la délégation ONU, Union Africaine (UA) et Communauté Economique de l’Afrique Centrale (CEEAC) a effectué, ce jeudi 29 octobre 2020, une série de rencontres avec les femmes leaders, la plateforme religieuse, les chefs de groupes armés, les représentants du G5+ et le Président de la République. Les échanges ont porté sur la situation socio-économique, politique et sécuritaire dans le pays.

COVID-19, élections, violences basées sur le genre, contribution des femmes aux différentes sphères de décision, etc. rien n’a été laissé au hasard par les organisations des femmes. «Les femmes, en effet, sont proches de la population, elles connaissent, mieux que d’autres acteurs, les problèmes sur le terrain. Ainsi, nous-nous réjouissons d’avoir eu cet entretien avec ces trois personnalités », a fait valoir Lina Ekomo, présidente du Réseau pour le leadership de la femme en Centrafrique (RELEF-CA).

Pour les femmes leaders, il était important d’échanger avec la mission de haut niveau et particulièrement la Commission sous-régionale. « La CEEAC a passé une longue période de réforme. C’est donc maintenant que le nouveau président prend fonction. C’était donc une opportunité pour les femmes de le tenir informé des défis en matière de femmes, paix et sécurité en RCA », a déclaré Lina Ekomo au sortir des discussions.

Invitant les autorités centrafricaines à créer un cadre favorable à la participation des femmes au processus électoral, aussi bien comme candidates qu’électrices, le Commissaire à la Paix et à la Sécurité de l’UA, Smail Chergui, a souligné la reconnaissance méritée par les organisations féminines pour leur travail au quotidien. « Toutes les femmes de ce pays doivent se reconnaître dans votre combat et dans vos efforts. Quoi qu'on fasse, si nous n'impliquons pas la femme africaine, nous n'arriverons jamais à des solutions durables »,a-t-il dit.

Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de Paix, Jean-Pierre Lacroix, convaincu de la force qu’elles représentent et qui se matérialise par leur mobilisation a quant à lui dit « les femmes en RCA ont été très nombreuses à se faire enregistrer sur les listes : plus de 46%. Cela signifie qu’elles représentent une force électorale déterminante. Les candidats doivent comprendre cela et s'engager pour leur accorder une plus grande attention. »

Les représentants de la plateforme religieuse et autres acteurs de la Société civile se sont également entretenu avec la délégation. Les religieux et la Société civile ont un rôle déterminant à jouer, dans la résolution des crises sociopolitiques, en cette période sensible. Et c’est à juste titre que le Cardinal Dieudonné Nzapalainga lance un appel au dialogue et à la tolérance entre tous les acteurs. « Il faut que la concertation reste le mot d'ordre. C’est en dialoguant que nous ferons tomber les préjugés. Nous ne voulons pas que l’on attise la haine, les fibres régionales et ethniques ou religieuses », a-t-il ajouté, plaidant par la même occasion auprès de la délégation pour que les femmes soient soutenues pour occuper des places plus importantes dans les hautes sphères de décisions. Conscient que l’éducation est la base de tout changement positif, l’Imam Kobine, pour sa part, a estimé que le relèvement du système éducatif figure en bonne place au titre des défis qui se dressent sur la route de la nation centrafricaine. « Le système éducatif est en train d’être détruit. D’ici 30 ou 40 ans, nous n’aurons plus de cadres », a-t-il averti.

La mission a ensuite rencontré le Président de la République, Faustin Archange Touadera au Palais de la Renaissance où il était entouré de membres du gouvernement.

Saluant l’accord du chef de l’Etat en faveur d’un code de conduite pour les élections, l’Ambassadeur Chergui a vu dans ce geste « un signe d'ouverture qu'il faut souligner, et nous attendons de même de tous les acteurs politiques du pays pour que ces élections du 27 décembre 2020 soient un moment de retrouvaille et d'union ».

La communauté internationale a, par ailleurs, réitéré son « engagement fort » à la RCA pour l'aider à avancer sur le chemin de la paix et de la consolidation démocratique. « Nous sommes confiants que la voie est tracée, il y a déjà eu beaucoup de progrès et, avec la mobilisation de tous, d'autres progrès seront réalisés », a, pour sa part, confié Jean Pierre Lacroix.

La mission de haut niveau a quitté son hôte présidentiel, rassurée de ce que « la RCA est sur le bon chemin », comme l’a fait savoir l’Ambassadeur da Verissimo. « Pour nous, communauté internationale et surtout la Communauté de l'Afrique centrale, les élections du 27 décembre 2020 sont un premier pas vers la paix et le développement. La RCA est au cœur de notre agenda et de notre stratégie », a-t-il conclu.

La journée de consultations s’est soldée par des échanges par visioconférence avec les groupes armés signataires de l’Accord politique pour la paix et la réconciliation en RCA ainsi que les membres du G5+.

Full Story

Indonesia, Flooding in Pangandaran, West Java (23:30 Oct 25 2020)

Fri, 30 Oct 2020 02:56:20 +0000

Country: Indonesia
Source: ASEAN Coordinating Centre for Humanitarian Assistance

Description

Sunday, 25 October 2020, 23.30 local time, high rainfall intensity triggered flooding in Tunggilis Village, Kalipucang Sub-region, Pangandaran Region, West Java Province. 197 house inundated with the range from 10 to 40 cm.

The local disaster management authority (BPBD Kab. Pangandaran) perform rapid assessment and coordinate with relevant agency and authority.

Latest update :

The flood continuously receding.

Source: BPBD Pangandaran

Additional Data

Country: Indonesia

Affected Area / Region: Pangandaran, West Java

Casualties

Affected Families: 197

Affected Persons: 588

Damages

Damaged houses: 197Access to early warning: Yes

Full Story

Indonesia, Flooding in Cilacap, Central Java (19:40 Oct 26 2020)

Fri, 30 Oct 2020 02:54:39 +0000

Country: Indonesia
Source: ASEAN Coordinating Centre for Humanitarian Assistance

Description

High rainfall intesity caused flooding in Cilacap, Central Java on Monday, 26 October 2020 0300 hrs local time. The flooding affected two villages in Kroya Sub-region, Cilacap Region, Central Java Province:

Affected area:

• Mujur Village• Gentari Village

Local disaster management authority (BPBD Cilacap) conduct rapid assessment and coordinate with relevant agencies.

The current weather reported on Monday, 26 Octobe 12:34 is clear and cloudy. The flood has continuosly receed.

The BPBD Cilacap delivered the relief items to the affected communities.

Source : BPBD Cilacap

Additional Data

Country: Indonesia

Affected Area / Region: Cilacap, Central Java

Casualties

Affected Families: 213

Affected Persons: 1065

Displaced Persons: 25

Damages

Damaged houses: 5Damaged educational facilities (e.g. schools): 1Damaged infrastructure (e.g. road, water network): 1 road; 73 ha paddy fieldAccess to early warning: Yes

Full Story

Indonesia, Flooding in Cimahi, West Java (19:54 Oct 26 2020)

Fri, 30 Oct 2020 02:52:58 +0000

Country: Indonesia
Source: ASEAN Coordinating Centre for Humanitarian Assistance

Description

Kronologis :

High rainfall intensity triggers flooding in several villages in Cimahi City, West Java on Sunday, 25 October 2020 1435 hrs local time.

Affected area:

• South Cimahi Selatan Sub-region, Melon Village

• Central Cimahi Sub-region, Cigugur Village

• Central Cimahi Sub-region, Batos Village

• North Cimahi Sub-region, Cibabat Village

• North Cimahi Sub-region, Pasir Kaliki

Local disaser management authority (BPBD Cimahi) deploy the rapid assessment team and coordinate with local authorities.

BPBD Cimahi distribute the logistic to the affected communities and continue monitor the water discharge.

The following are the immediate needs:

• Tarpauline• Kitchen Set• Clean Water• Blanket• Hygiene Kit

Source : BPBD Cimahi City

Additional Data

Country: Indonesia

Affected Area / Region: Cimahi, West Java

Casualties

Death: 1

Affected Families: 71

Affected Persons: 290

Evacuation Centre: 1

Damages

Damaged houses: 3Access to early warning: Yes

Full Story

Indonesia, Flooding in Ciamis, West Java (02:00 Oct 27 2020)

Fri, 30 Oct 2020 02:50:00 +0000

Country: Indonesia
Source: ASEAN Coordinating Centre for Humanitarian Assistance

Description

High rainfall intensity and overflow of Ciputrahaji River and Cikaso River on Tuesday, 27 October 2020 at 0200 hrs local time caused flooding in several locations in Ciamis Region, West Java Province. inundation 50 - 100 cm.

Affected Location:

• Banjarsari Sub-region

  • Purwasari Village

  • Ciherang Village

  • Cibadak Village

  • Banjarsari Village

  • Ratawangi Village

  • Sindangasih Village

  • Sindanghayu Village

  • Ciulu Village

  • Sukasari Village

•Banjaranyar Sub-region

  • Cikaso Village

  • Sindangrasa Village

  • Gigayam Village

  • Banjaranyar Village

  • Langkapsari Village

  • Tanjungsari Village

  • Karyamukti Village

The local disaster management authority (BPBD Ciamis) performs rapid assessment, evacuate the affected communities and coordinate with relevant agencies. The BPBD distributes logistic relief items such as food items, blanket, mattress, kids ware, clothes and mineral water.

Latest Situation as of 27 October 2020 1934 hrs local time the rain is still continually pouring. The are is still blackouts. 150 people evacuated at school in Banjarsari Sub-region.

The BPBD list down the immediate needs:

• Evacuation• Food items• Hygiene Kits• Mattress• Blankets• Clothes

Source: BPBD Ciamis

Additional Data

Country: Indonesia

Affected Area / Region: Ciamis, West Java

Casualties

Affected Families: 3880

Affected Persons: 5493

Displaced Persons: 150

Evacuation Centre: 1

Damages

Full Story

World: Le Conseil de sécurité débat des « femmes, la paix et la sécurité » alors que la pandémie a des effets disproportionnés sur les femmes et les filles

Fri, 30 Oct 2020 02:49:38 +0000

Country: World
Source: UN Security Council

SC/14341

Vingt ans après l’adoption, le 31 octobre 2000, de l’ « historique » résolution 1325 (2000), sur les femmes, la paix et la sécurité, le Secrétaire général des Nations Unies, M. António Guterres, a déclaré ce matin au Conseil de sécurité que la pandémie de COVID-19, « la plus grande épreuve pour la communauté internationale depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale », avait un effet disproportionné sur les femmes et les filles.  Il a ainsi expliqué que la pandémie n’avait fait qu’accroître les menaces sur l’intégrité physique des femmes dans leur propre foyer, ajoutant que le risque qu’elles soient victimes de violences durant la pandémie était équivalent à celui d’une zone de guerre. 

Présidente de séance, la Fédération de Russie a regretté qu’à cause de cette pandémie, le débat ouvert annuel sur ce thème, toujours marqué par la participation de plusieurs dizaines de délégations, n’ait pu se faire en personne et ait d슩 prendre la forme d’une visioconférence à laquelle seuls pouvaient participer les membres du Conseil et les cinq présentateurs, dont le Secrétaire général. Dans ce format, les autres États Membres peuvent néanmoins présenter une brève contribution écrite qui sera compilée dans un document de séance.

Le Secrétaire général a jugé urgent, face à tous les défis traditionnels et structurels, de « s’assurer que les femmes prennent pleinement part aux processus de paix » en ajoutant que « cela exige de renforcer les partenariats entre l’ONU, les organisations régionales, les États Membres et la société civile ».  Après avoir appelé à utiliser toute la gamme d’outils disponibles et à trouver des solutions innovantes pour un impact déterminant sur la représentation des femmes, M. Guterres a estimé, en s’appuyant sur son expérience d’homme politique dans son pays, que « les mesures temporaires spéciales telles que les quotas peuvent faire une énorme différence ». 

Le Conseil a ensuite entendu quatre exposés présentés par la Directrice exécutive chargée de l’Entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes (ONU-Femmes), Mme Phumzile Mlambo-Ngcuka; l’Ambassadrice de bonne volonté d’ONU-Femmes, Mme Danai Gurira; la Conseillère pour les questions de violence sexuelle et de violence de genre de la Force intérimaire de sécurité des Nations Unies pour Abyei, Mme Nataliia Emelianova; et la Directrice générale de la « Women and Children Legal Research Foundation », Mme Zarqa Yaftali. 

Si le Secrétaire général a relevé que les femmes ne dirigent que 7% des pays du monde, que les hommes représentent les trois-quarts des membres des équipes et des comités chargés de lutter contre le COVID-19 et que les décisions concernant la paix et la sécurité internationales continuent d’être prises à une écrasante majorité par des hommes, de nombreux intervenants ont appelé le Conseil de sécurité à ne tolérer aucune régression et à protéger les activistes des droits des femmes. 

Rappelant le chemin parcouru par les femmes depuis la signature de la Charte en 1945, où ne figuraient que quatre femmes parmi les 850 délégués, la représentante de la Belgique s’est félicitée que 90 pays aient adopté des plans d’action nationaux pour la mise en œuvre des objectifs de la stratégie « Femmes, paix et sécurité » et que plusieurs régions se soient dotées de cadres régionaux, comme le plan d’action de l’Union européenne de 2019.  Illustrant les risques de régression, elle a cité la Libye, où les militantes de la société civile et les femmes politiques sont confrontées à des représailles de plus en plus nombreuses. Sur le même ton, Mme Yaftali a appelé la communauté internationale à défendre les acquis dans la cadre des négociations en cours entre le Gouvernement afghan et les Taliban « parce que nous savons que ces progrès obtenus de haute lutte peuvent être balayés d’un coup de main ».  

Tous les intervenants ont jugé indispensable que les droits des femmes soient une condition sine qua non de tous les processus de paix soutenus par les Nations Unies, et que la présence des femmes soit garantie dans toutes les équipes de négociations et de médiations. Or, la directrice exécutive d’ONU-Femmes a noté que les femmes ne représentaient que 20% des négociateurs et Mme Gurira a déploré la lenteur des progrès s’agissant de l’inclusion des femmes, rappelant qu’elles ne représentaient que 19% des parlementaires au monde.  Les deux ont jugé indispensable de combler les lacunes qui persistent dans l’application de la résolution 1325 (2020), pour préserver les acquis et  « mieux reconstruire » au sortir de la pandémie. 

Plusieurs initiatives ont été annoncées. La France compte ainsi lancer un fonds de 120 millions d’euros pour soutenir des organisations féministes, notamment dans les pays en développement. En outre, le Forum génération égalité, que la France organisera en juin 2021 à paris en partenariat avec le Mexique et ONU-Femmes, verra le lancement d’un pacte mondial « femmes, paix et sécurité » pour bâtir sur les engagements existants et réunir de nouveaux financements.    Le Royaume-Uni a annoncé l’apport d’un million de livres sterling au bénéfice du réseau des femmes médiatrices du Commonwealth et le financement de recherches sur les incidences de la pandémie pour les femmes dans les pays en conflit et vulnérables. La Fédération de Russie s’est dite fière que 17% des femmes déployées sous mandat de l’ONU soient russes, les États-Unis ont mis en avant leur soutien à la participation de femmes dans les processus de paix en Colombie et en Afghanistan et la République dominicaine a appelé à transformer partout la culture d’impunité en une culture de redevabilité en jugeant inacceptable qu’au XXIe siècle, certains continuent de saper les droits des femmes au nom de normes culturelles, traditionnelles et religieuses. 

M ANTÓNIO GUTERRES, Secrétaire général des Nations Unies, a noté que, dans la résolution qu’il a adoptée à l’appui de son appel au cessez-le-feu mondial, le Conseil de sécurité avait « établi un lien précieux et solide avec le programme pour les femmes et la paix et la sécurité ». La pandémie de COVID-19, qualifiée de « plus grande épreuve que connaît la communauté internationale depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale », a un effet disproportionné sur les femmes et les filles, a-t-il ajouté. Il a ainsi expliqué que les femmes subissaient une augmentation de la violence fondée sur le genre et que l’on assistait en outre clairement à un détournement de ressources qui auraient d슩 être consacrées à leur santé, notamment à la santé sexuelle et procréative. La pandémie pourrait avoir un effet durable sur l’éducation des filles et l’emploi des femmes, a-t-il ajouté. M. Guterres a notamment relevé que le risque pour les femmes d’être victimes de violences durant la pandémie pouvait être équivalent ou supérieur à celui d’une zone de guerre.

M. Guterres a fait observer que les femmes jouaient un rôle clef face à la pandémie en intervenant à tous les niveaux en première ligne du combat contre la COVID-19. Il a cité les auxiliaires de vie, les infirmières, les enseignantes, les agricultrices, les vendeuses de produits alimentaires et autres travailleuses essentielles qui assurent les services qui permettent aux communautés, aux économies et aux sociétés de fonctionner.

Le Secrétaire général a également appelé à rendre hommage aux femmes qui sont des bâtisseuses de la paix au niveau local, dans les communautés du monde entier et notamment à celles qui, chaque jour, dans les zones de conflit, aident les personnes exposées au danger, négocient entre divers groupes pour permettre l’accès aux civils et à l’aide humanitaire, instaurent la confiance et resserrent les liens sociaux.

M. Guterres a rappelé que, dans sa résolution « historique » 1325 (2000), le Conseil avait demandé que des femmes soient nommées à des postes de direction et de décision, partout dans le monde. Les institutions, les organisations, les entreprises et les gouvernements fonctionnent mieux lorsqu’ils associent la société dans son ensemble, plutôt que la moitié, a-t-il affirmé, ajoutant qu’un rôle de direction et de décision n’était pas une faveur faite aux femmes mais une contribution essentielle à la paix et au progrès de tous.

Avertissant que le monde ne pourra surmonter la crise climatique, réduire les divisions ou pérenniser la paix sans y associer intégralement toute la société, le Secrétaire général a jugé capital que les femmes jouent un rôle de direction dans tous les domaines, afin de trouver le moyen le plus rapide et le plus s슩r de surmonter la pandémie et d’édifier un avenir plus pacifique et plus stable.

Par ailleurs, tout en saluant les changements importants dans la façon dont l’ONU traite des enjeux de paix et de sécurité internationales, dans les ressources investies et l’expertise déployée depuis l’adoption de la résolution 1325, le Secrétaire général a relevé que l’égalité des genres est avant tout une question de pouvoir et que ce sont les hommes qui dominent les instances du pouvoir.

Le Secrétaire général a relevé que, dans les faits, les femmes ne dirigeaient que 7% des pays du monde, que les hommes représentaient les trois quarts des membres des équipes et des comités chargés de lutter contre la COVID-19 et que les décisions concernant la paix et la sécurité internationales continuaient d’être prises à une écrasante majorité par des hommes.

« Même si les femmes sont de mieux en mieux représentées dans les équipes de médiation de l’ONU, elles demeurent largement exclues des pourparlers et des négociations de paix » a en outre regretté le Secrétaire général, qui a noté par exemple que les femmes n’étaient pas équitablement représentées dans les discussions sur le futur de l’Afghanistan menées entre les Taliban et le Gouvernement, celles qui doivent amorcer une transition politique au Mali, ou encore celles des parties au conflit au Yémen.

« S’assurer que les femmes prennent pleinement part aux processus de paix exige de renforcer les partenariats entre l’Organisation des Nations Unies, les organisations régionales, les États Membres et la société civile » a insisté M. Guterres, avant d’appeler à utiliser toute la gamme d’outils disponibles et trouver des solutions innovantes susceptibles d’avoir un impact rapide et déterminant sur la représentation des femmes. « Les mesures temporaires spéciales telles que les quotas peuvent faire une énorme différence » a-t-il insisté, avant de préciser qu’il en avait lui-même été témoin en tant qu’homme politique dans son propre pays.

« Lorsque j’ai pris mes fonctions de Secrétaire général, l’une de mes premières priorités a été de mettre fin à la discrimination à l’égard des femmes au sein de l’Organisation des Nations Unies » a ensuite illustré M. Guterres, qui s’est félicité d’avoir atteint la parité femmes-hommes parmi le personnel de direction employé à plein temps à l’Organisation au début de l’année 2020, ainsi que parmi les Coordonnateurs résidents, « y compris dans les pays touchés par un conflit ». Il s’est également félicité que la part des femmes exerçant des fonctions de direction dans les missions ait bondi de 21% à 41% en trois ans seulement, et soit désormais de 52% dans les missions politiques spéciales.

Mettant l’accent sur la valeur ajoutée de la pleine participation des femmes en tant qu’agents en tenue, le Secrétaire général a félicité le Conseil d’avoir adopté cette année la première résolution axée sur les femmes et le maintien de la paix. Tout en reconnaissant que le nombre de femmes déployées était encore trop faible, il a souligné qu’il avait beaucoup augmenté ces cinq dernières années.

M. Guterres a par ailleurs rappelé que l’un des principes fondamentaux du programme pour les femmes et la paix et la sécurité est que les armes n’améliorent pas notre sécurité, ce que la pandémie vient de confirmer une fois de plus. Dans ce contexte, il a particulièrement regretté que les dépenses militaires mondiales aient atteint 1 900 milliards de dollars en 2019, soit la plus forte augmentation annuelle observée depuis 10 ans, alors même que la recherche et la pratique universitaires ont mis en évidence, ces 20 dernières années, les liens étroits entre l’égalité femmes-hommes, la prévention des conflits et la paix.

Notant que le programme pour les femmes et la paix et la sécurité appelle à une réflexion plus large sur les moyens de prévenir les conflits, d’empêcher la violence fondée sur le genre et de bâtir des communautés et des sociétés pacifiques et inclusives, le Secrétaire général a souhaité que le relèvement après la pandémie soit l’occasion de lutter contre la militarisation croissante et d’œuvrer à une plus grande inclusion, à l’égalité et à la prévention des conflits et des crises de toutes sortes. Il a estimé que l’égalité femmes-hommes était l’un des moyens les plus s슩rs de renforcer la cohésion sociale pour les gouvernements et les institutions internationales du monde entier. « Pour les millions de femmes, d’hommes, de filles et de garçons dont les espoirs de paix et de sécurité reposent sur des sociétés plus égales et plus justes », il ne faut pas attendre 20 ans de plus pour mettre en œuvre le programme pour les femmes et la paix et la sécurité, a conclu le Secrétaire général.

Mme DANAI GURIRA, Ambassadrice de bonne volonté d’ONU-Femmes, a relayé l’appel d’une défenseure des droits de l’homme en vue de mettre fin à l’appui militaire aux opérations au Yémen, parce que les enfants là-bas, en raison des bombardements, ont peur du son de la pluie. Elle a détaillé les actions d’autres femmes invitées à s’exprimer devant le Conseil au cours des dernières années et qui demandent des comptes aux hommes puissants et sont des faiseuses de paix, plutôt que des fauteuses de troubles. Elle a rappelé les mots d’une jeune Sud-Soudanaise qui, il y a quatre ans, décrivait, devant ce même Conseil, le Soudan du Sud « comme un enfer pour les femmes. » Elle a déploré la lenteur des progrès s’agissant de l’inclusion des femmes, celles-ci ne formant par exemple que 19% des parlementaires au monde. Mme Gurira a également décrit les actions et l’engagement d’autres héroïnes du quotidien, comme au Libéria ou encore en Somalie, avant de plaider pour une coopération multilatérale renforcée en vue de défendre une meilleure inclusion des femmes. « À votre tour d’entendre ces femmes, à votre tour de défendre la paix et les femmes », a conclu Mme Gurira.

Mme PHUMZILE MLAMBO-NGCUKA, Directrice exécutive chargée de l’Entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation desfemmes (ONU-Femmes), a rappelé que la résolution 1325 (2000) est née des guerres survenues dans l’ex-Yougoslavie ou au Rwanda, et de faits commis en Amérique latine et centrale, qui ne pouvaient rester ignorés. La Conférence mondiale sur les femmes de Beijing en 1995 a reconnu les droits des femmes comme des droits humains.

Les femmes ont lutté en Colombie, aux Philippines, au Kosovo, a souligné Mme Mlambo-Ngcuka, elles ont travaillé pour obtenir des réparations après les violences subies. En Afghanistan aussi, les femmes se sont battues pour participer aux pourparlers de paix et influencer les Taliban. Un fonds dédié soutient plus de 200 organisations de femmes dans de nombreux pays.

Cela fait 20 ans que l’on dit qu’il faut davantage de femmes dans les initiatives de paix et davantage de femmes en uniforme dans les opérations de maintien de la paix.  « Les chiffres montrent bien que là où les femmes ont participé aux pourparlers de paix, les résultats ont été meilleurs », a fait valoir la Directrice d’ONU-Femmes. Or, « les négociations sont toujours structurées de façon à donner la haute main à ceux qui ont incité aux violences ».

Mme Mlambo-Ngcuka a évoqué l’enlèvement des lycéennes de Chibok au Nigéria. Boko Haram, les Taliban, Daech et autres groupes non étatiques doivent comparaître devant la justice pour rendre compte de leurs actes. « Les femmes manquent de financement », a-t-elle en outre regretté. Le pourcentage des fonds fournis aux pays en conflit qui va aux femmes atteint à peine 4% et trop peu de ces fonds viennent alimenter les programmes qui les servent directement.

Le rapport du Secrétaire général sur les femmes, la paix et la sécurité est orienté vers l’avenir et appelle à un changement radical et à des résultats tangibles avec la participation des femmes aux processus décisionnels sur un pied d’égalité avec les hommes. C’est là une « priorité non négociable pour l’ONU », a indiqué la responsable. La défense inconditionnelle des droits des femmes est le marqueur le plus identifiable du programme pour les femmes et la paix et sécurité. L’ONU, a-t-elle reconnu, doit déployer plus d’efforts pour protéger et défendre les droits de femmes.

Dans tous ses contacts avec les organisations féminines, a relevé Mme Mlambo-Ngcuka, il est toujours question d’accès aux services sanitaires et de santé reproductive. « Les femmes doivent pouvoir décider librement ce qu’elles veulent faire de leur corps. » Il s’agit aussi d’inverser les dépenses militaires mondiales qui ont atteint 1 800 milliards de dollars alors même que les gouvernements peinent à financer des services sociaux et éducatifs. «  Faute d’investissements en faveur des femmes, rien ne changera et ce ne seront que des palabres », a-t-elle mis en garde.

La Directrice d’ONU-Femmes a jugé indispensable de combler les lacunes qui persistent dans l’application de la résolution 1325 (2020), en préservant les acquis et de façon à « mieux reconstruire » au sortir de la pandémie. Avec la COVID-19, « on a bien vu que ce sont les femmes qui sont sur les lignes de front » et qu’elles en font bien plus à tous les égards. Malheureusement, les femmes sont aussi en butte à la violence et à la discrimination, même par ces temps de crise mondiale sans précédent, a-t-elle dénoncé.

Il faut concrétiser l’appel au cessez-le-feu mondial immédiat lancé par le Secrétaire général au début de la pandémie de COVID-19, a plaidé Mme Mlambo-Ngcuka. Les conséquences de la pandémie ont non seulement mis à nu le rôle clef des femmes mais aussi les discriminations à leur encontre. « Nombre de jeunes femmes ne veulent plus être de simples spectatrices passives et veulent diriger le changement qui s’impose. » Vingt-cinq ans après Beijing, bien des rêves restent lettre morte et il est temps de les réaliser. Les jeunes, les organisations de la société civile et d’autres parties prenantes agissent activement; il importe de saisir l’occasion qui se présente et d’améliorer la mise en œuvre de tout ce qui a été adopté à ce jour, car chaque jour qui passe est un jour perdu pour édifier la paix et la sécurité des femmes au lendemain de la pandémie, a conclu l’intervenante.

Mme NATALIIA EMELIANOVA, Conseillèresur la violence sexiste auprès de la Force intérimaire de sécurité des Nations Unies pour Abyei (FISNUA), a évoqué son expérience sur le terrain en tant que soldate de la paix, d’abord au Soudan du Sud. Les résidents locaux craignent souvent les Casques bleus en un premier temps puis, lorsqu’ils voient une femme, ils ont davantage confiance, a-t-elle constaté. Lors de sa mission, en décembre 2013, la situation au Soudan du Sud s’était détériorée et le mandat de la Mission a été remanié pour mettre l’accent sur la protection des civils. Elle a expliqué avoir alors notamment veillé à la mise en place d’un lieu d’accueil pour les personnes âgées, les femmes et les enfants, une « première » à l’ONU.

Mme Emelianova a expliqué qu’à son retour en Russie, elle avait commencé à former des collègues russes et étrangers au maintien de la paix. En juin 2017, le Ministère de la défense de la Fédération de Russie a organisé une conférence internationale sur la participation des femmes aux missions de maintien de la paix. De 2017 à 2019, elle a été détachée dans le cadre d’une deuxième mission à Chypre, qui avait un mandat très différent de celle au Soudan du Sud. Le Ministère de l’intérieur de la Russie l’a ensuite nommée au poste de Conseillère sur la violence sexiste auprès de la FISNUA, également une première. 

Mme Emelianova s’est enorgueillie que sa nomination ait eu lieu un 8 mars, Journée internationale des femmes. Il est ardu de défendre les droits de femmes opprimées depuis longtemps et l’action de la police passe par une préparation stricte et des outils ainsi qu’une base de données pour analyse, a-t-elle expliqué. Elle a précisé qu’un bureau avait aussi été créé pour les survivantes de la violence à Abyei et que, pour réussir dans sa tâche, la police de la FISNUA s’efforçait d’inclure la société civile et les autorités locales, entre autres, les activités étant désormais centrées sur les mesures de préservation du personnel de la Mission et les communautés locales contre la propagation de la pandémie. L’Équipe de la FISNUA a livré 30 000 masques aux comités de protection, aux détenus, aux déplacés internes et à d’autres, a précisé la conseillère.

Les trois centres de détention ont aussi été inclus dans les programmes et des femmes et des enfants ayant commis des délits mineurs ont été remis en liberté, notamment quatre mineurs, a poursuivi Mme Emelianova, qui a ajouté qu’elle continuait de négocier pour que davantage de femmes soient relaxées. La participation des chefs de file traditionnels est tout aussi importante, par la création de réseaux de promotion des droits des femmes, a-t-elle signalé.

Les femmes chargées du maintien de la paix appréhendent les problèmes de manière plus approfondie et établissent une confiance qui facilite le travail des missions de maintien de la paix où elles sont chaque fois plus nombreuses, a estimé Mme Emelianova. La situation actuelle avec le confinement a accentué les violences sexuelles et sexistes qui restent en outre sous-signalées, et les structures en la matière sont quasi inexistantes, a-t-elle fait observer, avant d’encourager à comparer avec d’autres missions sur le terrain pour s’inspirer de leurs pratiques.

Présentant les initiatives de son organisation qui recense les cas de violences contre les femmes et les enfants en Afghanistan, Mme ZARQA YAFTALI, Directrice générale de la « Women and Children Legal Research Foundation », a déclaré que les femmes et les enfants afghans vivent une des pires situations au monde. Elle a rappelé que 100 000 civils ont perdu la vie au cours des 10 dernières années dans ce pays où 70% des femmes sont analphabètes et 75% des filles obligées de se marier avant l’âge de 18 ans. Tous cela est exacerbé par l’épidémie de COVID-19, a-t-elle témoigné avant de s’inquiéter des conséquences d’une pandémie « qui enferme à nouveau les femmes chez elle ».

Soulignant les avancées en Afghanistan, Mme Yaftali a noté que beaucoup de filles peuvent aller à l’école à l’abri de la peur, que les médias sont libres et que la Constitution protège les droits des femmes issues de minorités ethniques et religieuses. Les femmes ne sont plus lapidées et tuées en public et elles commencent à exercer des professions diverses autrefois réservées exclusivement aux hommes. « Les femmes sont aujourd’hui en mesure de participer à la vie politique et de prendre en main le destin de la société afghane qui est prête à voir arriver des femmes aux postes de prises de décisions », s’est-elle aussi félicitée.

« Parce que nous savons que ces progrès obtenus de haute lutte peuvent être balayés d’un coup de main », Mme Yaftali a toutefois appelé à défendre les acquis dans la cadre des négociations en cours entre les Taliban et le Gouvernement de l’Afghanistan. Elle a jugé « insuffisante » la présence de quatre femmes dans l’équipe gouvernementale chargée des négociations. Elle a exhorté l’ONU, les organisations régionales et tous les acteurs impliqués en Afghanistan à exercer leurs responsabilités afin qu’aucune partie, y compris les Taliban, ne puisse mépriser les droits humains des femmes. Selon elle, il est indispensable de faire de la prise en compte des droits des femmes une exigence préalable à tout processus de paix. L’intervenante a suggéré la création d’un comité conjoint entre tous les pays et parties impliqués en Afghanistan pour garantir la sécurité des femmes leaders et activistes et leur donner un rôle majeur dans la promotion de la paix. Elle a rappelé que la première femme afghane intervenue devant le Conseil de sécurité en 2005 a décrit l’engagement des femmes en faveur de leurs droits comme une « question de vie ou de mort » et appelé le Conseil à ne jamais cesser de défendre ces droits.

M. JAMES CLEVERLY, Ministre d’État pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord du Royaume-Uni, a souligné la nécessité d’accélérer la mise en œuvre du programme pour les femmes, la paix et la sécurité. Il a détaillé l’action de son pays en appui dudit programme, en particulier l’apport d’un million de livres sterling au bénéfice du réseau des femmes médiatrices du Commonwealth. Le Ministre a souligné l’impérieuse nécessité que les femmes bâtisseuses de paix puissent faire entendre leur voix, avant de noter les risques que lesdites femmes encourent.

« Aucune femme ne devrait voir sa sécurité menacée parce qu’elle défend les femmes ou sa communauté », a déclaré M. Cleverly. Le Ministre a aussi affirmé que les minorités ethniques et religieuses sont, à l’instar des femmes, souvent réduites au silence. Il convient d’entendre la voix de la diversité partout, dans tous les domaines, a poursuivi le Ministre. Il a ensuite noté les conséquences négatives de la pandémie de COVID-19 pour la réalisation des objectifs de développement durable. Le Royaume-Uni va débloquer 250 000 livres sterling pour financer des recherches sur les incidences de la pandémie pour les femmes dans les pays en conflit et vulnérables, afin de mieux préparer le relèvement post-pandémie, a annoncé le Ministre. Enfin, estimant que la paix est un effort continu, le Ministre a affirmé que « l’heure est venue de passer des bonnes intentions à l’action, pour les 20 prochaines années et les décennies qui suivront ».

Mme MICHELLE MÜNTEFERING, Ministre d’État aux affaires étrangères de l’Allemagne, a qualifié de petite révolution la résolution 1325 (2000), le Conseil de sécurité disant très clairement que la participation des femmes était essentielle pour la paix et la sécurité internationales, et que la violence familiale et dans les conflits devait être punie en tant que crimes.

Il fallait aussi entendre la voix des femmes et leur faire une place dans les négociations et à tous les niveaux, a rappelé la ministre, pour qui, à présent encore, les femmes restent exclues des processus de paix, leurs droits ignorés lors de la reconstruction à la sortie des conflits, et les violences, impunies. Pire encore, certains droits sont aujourd’hui remis en question, a ajouté Mme Müntefering. L’Allemagne a bien l’intention de pousser à la mise en œuvre de la résolution 1325 (2000) et faire de cette question une priorité clef de son action, en particulier pour la comparution devant la justice des auteurs des violences. Les droits génésiques et reproductifs doivent également être défendus.

Pour Mme Müntefering, les femmes peuvent jouer un rôle crucial pour le programme pour les femmes et la paix et la sécurité et il convient de donner suite à leurs recommandations par l’intégration, comme norme, de leurs points de vue dans le système. Elle a souligné la responsabilité conjointe d’honorer les engagements pris dans la résolution et de toutes celles qui ont suivies sur cette problématique.

Récemment, plusieurs propositions ont été faites, et suivies d’effet, a noté la Ministre, en rendant un hommage appuyé à toutes les femmes qui défendent la paix, avant d’inviter à leur protection en toutes circonstances. L’Allemagne insistera toujours en faveur des initiatives des femmes, comme dans les processus de paix au Soudan et au Yémen, a encore affirmé Mme Müntefering. Elle a aussi rappelé le courage des femmes biélorusses qui se battent à présent pour un changement. L’Allemagne inclura toujours des femmes dans ses délégations. « Le monde a besoin de femmes, et que celles-ci soient au centre de la scène », a-t-elle conclu.  

La France a salué le fait que la Fédération de Russie ait fait des droits des femmes une priorité de sa présidence du Conseil de sécurité et a émis le souhait que « cela signale un nouvel élan de l’engagement de la Russie en faveur de l’agenda Femmes, Paix et Sécurité. » Vingt ans après l’adoption de la résolution 1325 (2000), nous sommes encore loin d’atteindre les objectifs fixés, a déclaré la France. « L’heure n’est donc pas à la célébration. »  

Depuis 20 ans, les progrès accomplis en matière de droits des femmes et des filles n’ont cessé d’être remis en cause par la succession de crises, dont les femmes sont les victimes systématiques, a poursuivi la délégation. Pour la France, le retour en arrière est une menace constante à chaque conflit ou chaque crise, dont la pandémie actuelle. « Le temps n’est plus au constat mais aux actes » et le Conseil de sécurité ne doit tolérer aucune régression. 

Pour la France, les femmes sont encore insuffisamment présentes au sein de l’ensemble des processus de paix et de sortie de crise. Les efforts sont réels, en Afghanistan, au Yémen, en Libye, au Mali et en République démocratique du Congo notamment, mais les négociatrices et les médiatrices n’ont pas la place qu’elles méritent et qui leur revient dans ces processus. « Soyons honnêtes, le vivier est là ; il a besoin d’être utilisé », a déclaré la délégation. C’est pourquoi la France finance des formations pour des femmes civiles et militaires. 

La France appelle à une action déterminée et résolue contre le fléau des violences sexuelles et fondées sur le genre, en estimant que la prévention de ces violences ne relève pas d’un choix mais d’une exigence. Elle regrette les entraves à l’accès aux droits et à la santé sexuels et reproductifs, encore aggravées par la pandémie, ainsi que la politisation de ces enjeux, qui conduit à perdre de vue l’intérêt supérieur des femmes et des filles.  La France condamne tout discours ouvertement sexiste, misogyne ou homophobe et soutient les actions en faveur de la résilience des victimes de ces violences grâce à une importante contribution au Fonds mondial pour les survivant(e)s de violences sexuelles créé par le Dr Mukwege et Mme Murad.   Enfin, la délégation a indiqué que la France lancerait cette année un Fonds de 120 millions d’euros pour soutenir des organisations féministes, notamment dans les pays en développement. 

La Tunisie a déclaré qu’au cours de ces 20 dernières années, des résultats encourageants ont été enregistrés dans les droits des femmes et dans la mise en œuvre de la résolution 1325 (2000) et des autres qui ont suivi. Mais on voit bien que 20 ans plus tard, la mise en œuvre de cette résolution doit encore être complétée et intégrée dans ses quatre piliers, a poursuivi la délégation.  Il faut également réaffirmer son lien avec le Programme d’action de Beijing et la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes.  Il faut en outre reconnaître la contribution importante des organisations de femmes de la société civile. La Tunisie a pour sa part mis en place un comité de suivi de mise en œuvre de ladite résolution, composé à 50% de représentantes de femmes de la société civile.  

Pour la Tunisie, la pandémie a aggravé la situation des femmes dans le monde. Pour cette raison, les États doivent redoubler d’efforts, y compris en soutenant les organisations de femmes, qui pour l’heure sont souvent sous-financées.  Une attention doit par ailleurs être accordée aux violences faites aux femmes; reconnaître que les femmes ne sont pas un groupe homogène, et donc adopter des mesures spécifiques pour chaque situation.  Il faut en outre intégrer des approches de genre dans les politiques nationales. La délégation a conclu en assurant que telle est la voie suivie par son pays. 

Les États-Unis ont rappelé qu’ils ont montré leur engagement dans le cadre du sujet à l’ordre du jour par le vote de la loi « femmes, paix et sécurité » de 2017, devenant ainsi le premier pays à codifier son engagement dans sa législation nationale. En juin dernier, l’Administration Trump a lancé sa stratégie « femmes, paix et sécurité » qui promeut un rôle de premier plan pour les femmes dans le règlement des conflits, la lutte contre le terrorisme et le maintien de la paix au sortir des conflits. « Les femmes représentent une voix forte, mais elles doivent maintenant être entendues, particulièrement dans le domaine du maintien de la paix », a déclaré la délégation, en relevant leur participation efficace au sein des troupes de maintien de la paix au Soudan du Sud. « Plus le nombre de femmes investies dans ces missions augmente, plus les incidents diminuent, en particulier les violences et les abus sexuels. » Les États-Unis ont insisté sur l’application d’une politique de tolérance zéro contre les auteurs de violences sexuelles, qui implique de rapatrier et traduire en justice les coupables.

La délégation s’est dite préoccupée par les violences à grande échelle qui ont eu lieu en République démocratique du Congo dans le cadre des missions liées à la lutte contre la maladie à virus Ebola. Elle a insisté sur la priorité à donner à la protection des femmes et des filles, à l’aide humanitaire et à la lutte contre l’exploitation sexuelle dans le monde entier. Elle a noté les efforts consentis par les États-Unis pour promouvoir la participation des femmes dans les processus de paix, citant leur rôle d’importance dans les processus en Colombie et en Afghanistan, où elles doivent absolument être protégées contre les menaces qu’elles subissent. Les États-Unis se sont dits prêts à aider les États Membres à prendre des mesures pour l’égalité et la participation des femmes et a loué les efforts de l’Indonésie et du Kenya. Ensemble, nous devons protéger les droits des femmes et promouvoir leur participation aux processus politiques, a conclu la délégation. « Notre monde sera d’autant plus s슩r et prospère que les femmes seront entendues ».

L’Estonie a déclaré que les droits humains sont le socle du programme pour les femmes et la paix et la sécurité. Les violations des droits humains sont reconnues comme l’une des causes de conflit, tandis que les restrictions des droits des femmes et l’absence d’une égalité entre les genres augmentent les risques que ces dernières courent en temps de conflit et sapent leur pleine participation aux processus de paix. La mission a souligné l’importance de l’accès aux droits et à la santé sexuelle et reproductive en temps de conflit. « Tout recul s’agissant des droits des femmes ne fait que fragiliser le programme pour les femmes et la paix et la sécurité. » La mission a souhaité une obligation de rendre compte accrue s’agissant de la mise en œuvre dudit programme et mentionné la préparation en cours en Estonie du troisième plan d’action national.

L’Estonie a défendu une participation renforcée des femmes aux processus de paix, celle-ci demeurant insuffisante. « Face au rétrécissement de l’espace politique, civique et physique dévolu aux femmes, le Conseil doit faire clairement entendre sa voix », a déclaré l’Estonie. La mission a ensuite plaidé pour une action commune face aux menaces pesant sur les défenseures des droits humains et pour l’apport de ressources suffisantes pour inclure au sein des missions onusiennes des conseillers sur le genre, la protection des femmes et la protection des droits humains. Nous devons faire mieux pour promouvoir le programme pour les femmes et la paix et la sécurité, a conclu l’Estonie.

La République dominicaine a cité des objectifs loin d’être réalisés, s’agissant de la mise en œuvre de la résolution 1325 et du programme pour les femmes et la paix et la sécurité.  Il est inacceptable qu’au XXIe siècle, certains continuent de saper les droits des femmes au nom de normes culturelles, traditionnelles et religieuses, a affirmé la délégation, qui a souligné l’importance du cadre que représente la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes en mettant tout particulièrement l’accent sur la recommandation générale numéro 13.

En outre, la République dominicaine demande que les femmes membres de la société civile et les défenseuses des droits humains doivent être protégées par les États et appuyées sans compter par le Conseil de sécurité, pour qu’elles puissent continuer leur travail de plaidoyer sans peur de représailles.  La délégation a estimé que ces questions de droits des femmes devaient être au cœur de tous les processus de paix afin que ceux-ci puissent être crédibles.  « Notre Conseil de sécurité ne doit pas perdre de vue les conséquences de la prolifération des armes légères et de petit calibre sur les perspectives de genre », a-t-elle également souligné. 

La délégation a appelé à transformer la culture d’impunité en une culture de reddition des comptes et jugé important d’inclure des données ventilées par sexe dans tous les rapports des missions de maintien de la paix.    Elle a dit l’importance du Groupe informel d’experts chargé de la question des femmes et de la paix et de la sécurité pour améliorer la mise en œuvre du programme pour les femmes et la paix et la sécurité sur le terrain.  En conclusion, la République dominicaine a appelé à une détermination sans faille des États Membres et du Conseil de sécurité afin que les avancées de ces 20 dernières années ne soient remises en question.    

La Chine a rappelé la connexion entre la promotion du rôle des femmes à l’échelle internationale et les objectifs de développement durable à l’horizon 2030. Elle a insisté sur la nécessité de leur participation plus importante à la paix et à la sécurité. La délégation a vanté le rôle des femmes Casques bleus chinoises au sein de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), leur rôle dans les hôpitaux de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) et la récompense décernée à une femme chinoise chargée du déminage pour la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL). Dénonçant les crimes sexistes, la Chine a recommandé de prendre en compte les causes sous-jacentes des conflits et encouragé à une plus grande participation des femmes dans les « points chauds » et dans la résolution des conflits par la médiation. Elle a défendu la promotion de l’égalité des sexes, conformément à la Déclaration de Beijing, et rappelé son engagement en faveur de l’autonomisation des femmes par le développement durable. Outre une participation accrue des femmes dans les processus politiques, la délégation a souligné l’importance de leur protection économique.

Notant les conséquences graves de la pandémie de COVID-19, durant laquelle les femmes et les groupes les plus vulnérables encourent des risques « colossaux », la Chine a appelé les États Membres à contribuer à la cause des femmes par la voie du multilatéralisme et de la coopération au niveau régional, avec le soutien de toutes les entités compétentes de l’ONU. Mais, a-t-elle rappelé, il est nécessaire de respecter la souveraineté des États et de prendre en compte les conditions particulières de chaque pays. Mettant en avant les mesures concrètes mises en œuvre par le Président chinois, notamment un plan d’aide maternelle qui a déjà bénéficié à 30 000 femmes, et l’organisation dans cinq ans d’une nouvelle conférence des femmes à Beijing, la délégation a loué les efforts internationaux en faveur de l’éducation des femmes, propres à accélérer la réalisation du Programme 2030.

L’Indonésie a invité à ne pas verser dans l’autosatisfaction s’agissant des progrès accomplis en 20 ans. Comme le Secrétaire général l’a rappelé, les femmes ne représentent, dans les processus de paix majeurs dans le monde, que 13 % des négociatrices et 6% des médiatrices. L’Indonésie a donc plaidé pour une implication accrue des femmes en tant que médiatrices et négociatrices, afin d’apporter une plus grande légitimité aux processus de paix et d’assurer une paix durable. La mission a mentionné le réseau mis en place par l’Indonésie et l’Afghanistan afin d’augmenter le rôle des femmes afghanes dans le processus de paix.

La délégation a demandé un appui accru aux femmes Casques bleus, non seulement en augmentant leur nombre, mais en instaurant un environnement qui leur soit favorable et en renforçant leurs compétences par le biais de formations. Les compétences des femmes sont précieuses pour l’instauration de la paix et la protection des victimes de violence sexuelle en temps de conflit. La mission a indiqué que 157 femmes indonésiennes servent au sein des missions onusiennes, en tant que Casques bleus ou policières. Enfin, l’Indonésie a souligné la nécessité de partenariats des autorités nationales avec la société civile et les communautés afin d’assurer la pleine mise en œuvre du programme pour les femmes et la paix et la sécurité. « En misant sur les femmes, nous misons sur la paix. »

Saint-Vincent-et-les Grenadines a rendu hommage aux femmes qui sont les architectes du programme pour les « femmes et la paix et la sécurité » au sein de la société civile.  La délégation a cependant regretté qu’à ce jour, les femmes restent sous-représentées dans les processus de paix à travers le monde et qu’elles soient trop souvent encore visées par des menaces et des violences sexuelles.  Le Conseil de sécurité doit intégrer une approche de parité femme-homme en veillant à éliminer toute forme de discrimination transversale dont sont victimes les femmes dans les conflits, qu’elles soient en uniforme ou pas. 

Les résultats sont insuffisants,  a tranché la délégation, qui a appelé à mieux financer le plan d’action pour la participation des femmes à tous les niveaux et toute autre initiative en ce sens.  En conclusion Saint-Vincent-et-les Grenadines a estimé qu’il ne saurait y avoir de développement sans que les femmes soient impliquées sur un pied d’égalité. 

L’Afrique du Sud, après avoir salué les progrès réalisés depuis l’adoption de la résolution 1325 (2000) il y a 20 ans, a néanmoins appelé à l’accélération de sa mise en œuvre.  La délégation a reconnu l’impact de la pandémie de COVID-19 sur la question des « femmes, la paix et la sécurité » et a concédé qu’il n’avait pas encore été entièrement défini.  Cependant, pour l’Afrique du Sud, il est impératif à ce stade de prendre en considération le fait que la pandémie a non seulement présenté des défis, mais aussi des opportunités en ce qui concerne la manière dont cette question peut être traitée, en particulier pour faire progresser les piliers de participation et de représentation des femmes. Pour la délégation, cela concerne notamment l’utilisation de moyens virtuels pour accroître la participation des femmes à divers processus de paix. Toutefois, a mis en garde l’Afrique du Sud, si les engagements virtuels ont montré que l’inclusion des femmes est possible, ils ne doivent pas être utilisés pour exclure les femmes des interactions physiques. 

Pour l’Afrique du Sud, sur la question des « femmes, la paix et la sécurité » est un outil d’autonomisation permettant aux femmes de s’impliquer activement dans divers processus de paix, en particulier dans la prévention, le rétablissement et la consolidation de la paix. À cet égard, l’Afrique du Sud s’est engagée à contribuer à réduire la sous-représentation des femmes dans les postes de médiation, de négociation et de direction. Elle dispense une formation annuelle aux femmes médiatrices et négociatrices aux niveaux local et continental et de nombreuses femmes en ont bénéficié et participent déjà activement aux processus de paix dans leur pays respectif, dont la République centrafricaine, la République démocratique du Congo et le Soudan du Sud.

L’Afrique du Sud a également réitéré son soutien à la stratégie de parité entre les sexes à l’échelle du système de l’ONU et à la stratégie de parité entre les sexes du personnel en uniforme du Département des opérations de paix. La toute première résolution du Conseil de sécurité sur les femmes dans les opérations de paix, récemment adoptée, ajoute au nombre croissant de cadres normatifs relatifs à cette question. C’est d’autant plus important pour l’Afrique du Sud parce qu’elle reste le principal pays fournisseur de troupes féminines dans les opérations de paix de l’ONU avec 15,1% de femmes au sein de ses troupes déployées.

Avant de conclure, la délégation a souligné le rôle central des organisations régionales dans l’avancement du programme pour les « femmes et la paix et la sécurité » et a demandé que les futurs   rapports du Secrétaire général fournissent des détails sur les efforts des organisations régionales telles que l’Union africaine et ses organisations sous-régionales pour le promouvoir.

La Belgique a rappelé que quatre femmes seulement sur 850 délégués avaient participé en 1945 à la signature de la Charte des Nations Unies, se félicitant du chemin parcouru depuis. Elle a qualifié la résolution 1325 (2000) de véritable jalon, source d’une série de résolutions liées au genre et d’un solide ensemble d’outils de mise en œuvre comme le Groupe d’experts sur la thématique femmes, paix et sécurité et la création du bureau d’une représentante spéciale pour les violences sexuelles liées aux conflits.

La délégation a fait savoir que la Belgique met en œuvre son troisième plan d’action national pour l’égalité des sexes, la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la promotion des droits sexuels et reproductifs, et qu’elle s’est engagée à augmenter ses contributions annuelles à des projets de lutte contre la violence liée au genre, tout en soutenant notamment les efforts d’ONU-Femmes. En République démocratique du Congo, la Belgique soutient des projets dans l’est du pays pour aider les organisations de base sur les questions de violence sexiste, de la formation et de l’autonomisation des femmes rurales.

La délégation a noté que « les femmes sont toujours sous représentées dans de nombreux organes de décision au niveau mondial ainsi que dans les processus de paix, comme ceux liés au terrorisme ou au désarmement ». Elle a appelé à faire pression en faveur de « normes minimales » en veillant à ce que les femmes soient pleinement impliquées en tant que partenaires égales, comme en Colombie ou dans les négociations en Afghanistan. Elle a insisté pour que l’on donne à la société civile les moyens d’agir pour soutenir les femmes défenseurs des droits de l’homme et lutter contre les stéréotypes négatifs auxquels elles sont confrontées. En Libye, par exemple, des militantes de la société civile font face à des représailles de plus en plus nombreuses. La délégation a appelé à intensifier les efforts pour amener les auteurs de tels actes à en répondre. Elle a conclu en demandant une amélioration de la collecte de données sur les questions les plus urgentes concernant les femmes et les filles, et en encourageant les bailleurs de fonds à conditionner leurs contributions à la mise en œuvre d’une planification prenant en compte des spécificités liées au genre.

Le Viet Nam a noté qu’entre 2017 et 2019 environ 70% des résolutions du Conseil ont mentionné de manière explicite le programme pour les femmes et la paix et la sécurité, alors que 15% de résolutions seulement le faisaient entre 2000 et 2005. « Beaucoup reste cependant à faire. » La délégation a exhorté tous les États à appuyer, dans ce contexte de pandémie, l’appel du Secrétaire général pour un cessez-le-feu mondial afin de ramener l’espoir auprès des plus vulnérables, dont les femmes et les filles. La délégation a souligné la nécessité de prévenir les conflits et de remédier à leurs causes profondes. Elle a ensuite appelé de ses vœux une action robuste afin d’aboutir à un changement radical dans la participation des femmes aux processus de paix. Les femmes doivent être impliquées sur un pied d’égalité à toutes les étapes des processus politiques.

Le Viet Nam a appelé la communauté internationale des donateurs à continuer de fournir un minimum de 15% de l’aide publique au développement aux pays en proie à un conflit en vue de promouvoir l’égalité entre les genres. Enfin, la délégation a rappelé que les femmes vietnamiennes se sont battues pour la liberté et l’indépendance du Viet Nam, avant de jouer un rôle essentiel dans le relèvement et le développement du pays. Les organisations de femmes ont joué un rôle actif dans le nettoyage des mines et dans l’assistance aux victimes de l’agent orange et aux familles des anciens combattants, a encore précisé le Viet Nam.

Pour le Niger, si, 20 ans après l’adoption de la résolution 1325 (2000), des progrès ont été réalisés, il reste encore beaucoup à faire.  Les femmes restent largement sous-représentées dans la prise de décisions, y compris au Niger. Pour remédier à cette situation, le Niger a, en octobre dernier, augmenté son quota de femmes aux postes électifs de 15% à 25% et les nominations aux postes de responsabilité au sein de l’État de 25% à 30%. 

Pourtant, il faut faire plus, y compris au sein du Conseil de sécurité, estime le Niger.  Les consultations avec les organisations de femmes de la société civile sont importantes et doivent être significatives, suivies de manière appropriée.  Il faut en outre assurer la mise en œuvre des recommandations issues du processus d’examen de la résolution 1325 (2000) réalisé en 2015.

Pour la délégation, le fossé entre les engagements de la communauté internationale et la réalité ne peut être comblé que si le travail des femmes artisanes de la paix est « adéquatement » soutenu.  Or, les organisations de femmes restent « gravement » sous-financées.  Le fait que seulement 0,2% de l’aide bilatérale totale destinée aux interventions en zones précaires et en conflit vont directement aux organisations de femmes est « tout simplement regrettable », a jugé la délégation, ajoutant qu’il faudrait faire en sorte que davantage de financements soient alloués à ces organisations, en particulier à celles qui travaillent au niveau local.   

Le Niger a en outre souligné la nécessité de s’attaquer aux facteurs sexo-spécifiques des conflits et à la manière dont ils se recoupent avec les vulnérabilités existantes.  Prenant exemple de la situation des pays du Sahel, il a jugé essentiel de mener une analyse et un travail « plus poussés » de la situation, à l’intersection du programme pour les femmes et la paix et la sécurité et des questions liées au climat.  De plus, la lutte contre certaines des inégalités structurelles et de la discrimination à l’égard des femmes et des filles reste « primordiale » pour la prévention des conflits.  À cet égard, l’accès à l’éducation est l’un des moyens les plus s슩rs de s’attaquer à certains des moteurs du conflit, a estimé la délégation. 

Si les femmes sont souvent les premières victimes dans les situations de conflit, elles sont également à l’avant-garde des changements majeurs, a fait valoir la délégation, qui a cité le rôle joué par les jeunes femmes au Soudan et plus récemment dans d’autres régions du continent africain. Le Niger demande qu’une protection plus étendue soit accordée aux femmes défenseurs des droits humains qui font face à de graves représailles en raison de leur travail « essentiel ».  

Le Niger, « grand pays fournisseur de contingents », appelle en outre à une participation plus efficace des femmes aux opérations et missions de maintien de la paix.  Il suggère également que les accords de paix continuent de contenir des dispositions spéciales pour les femmes.  

La Fédération de Russie, qui assurait la présidence de la séance, a déclaré avoir écouté avec le plus grand intérêt les discours des différentes intervenantes, qui toutes œuvrent pour la paix dans le monde à travers diverses actions essentielles de l’ONU ou de ses partenaires.  Elle a ajouté que la résolution 1325 (2000) jouait depuis plus 20 ans un rôle moteur dans la mise en œuvre de la feuille de route de l’Organisation pour parvenir à la parité et à l’amélioration de la condition féminine.

Il est regrettable qu’en raison de la pandémie de COVID-19, la tenue du débat d’aujourd’hui n’est pas pu se faire en personne, a ajouté la Fédération de Russie, qui a attiré l’attention sur les dispositifs mis en œuvre depuis l’adoption de la résolution pour impliquer directement les femmes dans les domaines clefs de la prévention contre les violences sexuelles et sexistes, la protection des civils ou encore le renforcement des mesures de paix dans les conflits armés.

Pour la Fédération de Russie, la pleine participation des femmes dans ces domaines améliore concrètement les situations sur le terrain, cela, en renforçant les relations de confiance des missions avec les populations locales, en contribuant à la réintégration sociale des victimes de violences et en luttant contre les auteurs de crimes sexuels ou ciblant les femmes et les filles.  La Fédération de Russie a également souligné le rôle déterminant des centres russes de formation au déploiement des femmes dans des opérations de maintien de la paix, notant qu’à ce jour pas moins de 17% des femmes déployées sur ces terrains étaient russes. 

Continuons d’accorder une attention accrue à la situation des femmes dans les situations de conflit armé, protégeons la famille et, pour cela, évitons les doublons stratégiques et opérationnels entre l’Assemblée générale, le Conseil de sécurité et la Commission de consolidation de la paix, a ensuite recommandé la délégation russe.   Enfin, elle a annoncé son intention de rejoindre le Groupe de travail informel du Conseil de sécurité sur les femmes et la paix et la sécurité, escomptant y apporter sa contribution « dans le cadre de délibérations intergouvernementales constructives et non-politisées  ».   Les membres de ce conseil doivent être unis autour de ces questions importantes, a insisté la Fédération de Russie.

QUESTIONS DE GENRE ET DE FEMMES

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.

Full Story

Reporting, Investigating and Prosecuting Family and Sexual Violence Offences in Papua New Guinea

Fri, 30 Oct 2020 02:45:06 +0000

Descriptive text is not available for this image

Country: Papua New Guinea
Source: Australian National University

Please refer to the attached file.

EXECUTIVE SUMMARY

Funded by the Australian Government through the Justice Services and Stability for Development Program (JSS4D), the research project was conducted between June and October 2019 by a small team from the Australian National University (ANU), with the assistance of researchers based in Papua New Guinea (PNG).

The aim was to identify and analyse quantitative data that would indicate what has happened with the reporting, investigation and prosecution of family and sexual violence (FSV) offences in the past five years in three locations — Port Moresby, Lae and Arawa.

Although it is recognised that sexual violence and domestic violence can and often do overlap, due to the project’s reliance on criminal justice and agency records a distinction is usually drawn between the two forms of violence, which reflects the separation in the Criminal Code between violent and sexual offences. In addition, we draw a distinction between domestic violence, which involves current or former intimate partners, and family violence, which involves violence perpetrated by a family member. As a result, throughout the report we usually refer to domestic and family violence (DFV) that can result in a range of violent offence charges, and sexual violence offences.

In the three locations more than 50 stakeholders were consulted or interviewed, and data sourced from the PNG Magisterial Services and National Judicial Staff Services, the Office of Public Prosecutions, eleven different sections of the Royal Papua New Guinea Constabulary (RPNGC), and five non-government organisation (NGO) services.
In recent years in PNG there have been significant legislative reforms and policy developments to address FSV. Aid programs have sought to improve capacity and skills to address FSV, with JSS4D focusing on training, awareness raising, as well as targeted infrastructure in the law and justice sector under its four outcome areas.1 The impact of these cumulative efforts appeared in the statistical crime and justice data. At every stage in the criminal justice system there were indications that there was an increase in the volume of FSV offences, and as a proportion of the matters dealt with. This held true even where there was a decline in the total number of offences being dealt with by the police and courts. It appears that much of the increase is in DFV offences, both summary and indictable offences, although the levels of reported serious sexual offences also appear to be slowly and steadily rising.

Obtaining statistical data was extremely challenging, and there are major gaps in the picture that emerges. It is impossible to say, based on the available evidence, whether rates of successful prosecution, the length of time cases take, and court outcomes have changed in the past five years. However, the data does give some insights into:

Full Story

How do floods and drought impact economic growth and human development at the sub-national level in India?

Fri, 30 Oct 2020 02:39:12 +0000

Descriptive text is not available for this image

Country: India
Source: CGIAR

Please refer to the attached file.

Abstract/Description

This paper tries to shift the focus of research on the impact of natural disasters on economic growth from global and national levels to sub-national levels. Inadequate sub-national level information is a significant lacuna for planning spatially targeted climate change adaptation investments. A fixed-effect panel regression analyses of 19 states from 2001 to 2015 assess the impacts of exposure to floods and droughts on the growth of gross state domestic product (GSDP) and human development index (HDI) in India. The flood and drought exposure are estimated using satellite data. The 19 states comprise 95% of the population and contribute 93% to the national GDP. The results show that floods indeed expose a large area, but droughts have the most significant impacts at the sub-national level. The most affected GSDPs are in the non-agriculture sectors, positively by the floods and negatively by droughts. No significant influence on human development may be due to substantial investment on mitigation of flood and drought impacts and their influence on better income, health, and education conditions. Because some Indian states still have a large geographical area, profiling disasters impacts at even smaller sub-national units such as districts can lead to effective targeted mitigation and adaptation activities, reduce shocks, and accelerate income growth and human development.

Full Story

Philippines: PDRRMO: 'Pepito' leaves P953-M damage to agriculture in Isabela

Fri, 30 Oct 2020 02:30:48 +0000

Country: Philippines
Source: Government of the Philippines

CITY OF ILAGAN, Isabela, October 29 (PIA) - Tropical Storm “Pepito” left almost P954 million in damage to agriculture, the Provincial Disaster Risk Reduction and Management Office (PDRRMO) in this province reported today.

PDRRM Officer Ret. B/Gen. Jimmy Rivera said based on the report of the Provincial Agriculture Office, the estimated damages left by Pepito to agriculture is P953,778,583.

He said although the province was not directly hit by Pepito, its rain band affected the province and brought moderate to heavy rainfall which triggered flooding in rice and corn lands, and destroyed high value crops and fisheries in the province.

The PDRRMO also reported that Pepito has left overflow bridges not passable for few days as the water level of the Cagayan river rose and submerged the bridges.

On infrastructure, the PDRRMO reported that the estimated damage is P16 million. (MDCT/MGE/PIA 2-Isabela)

Full Story

Japan to support humanitarian demining activities in northern Sri Lanka

Fri, 30 Oct 2020 01:40:33 +0000

Descriptive text is not available for this image

Countries: Japan, Sri Lanka
Source: Government of Japan

Please refer to the attached file.

The Government of Japan has provided a total sum of US$ 636,363 (approx. Rs. 115 million) to the HALO Trust for humanitarian demining activities in Northern Sri Lanka. The grant contract was signed on 29th October 2020 between His Excellency Mr. Sugiyama Akira, Ambassador of Japan and Ms. Belinda Vause, Programme Manager of the HALO Trust. Due to the prevailing Covid-19 situation, the contract was signed remotely.

The project will contribute to the efforts of the Government of Sri Lanka in ensuring that mine-contaminated areas are safe, enabling the resettlement of the displaced people and enhancing directly or indirectly more than 5,000 people’s livelihoods in Kilinochchi, Mullaitivu and Jaffna Districts.

Japan has been a major donor in the area of mine clearance in Sri Lanka since 2002, and the only country which assists all the four demining NGOs currently operating in Sri Lanka. More than US$ 37.5 million in assistance was rendered towards this cause through its Grant Assistance for Grassroots Human Security Project (GGP). HALO started its operation in Sri Lanka in 2002, and has released over 35km2 of contaminated land in the country. More than 20% of it was accomplished through the assistance from Japan.

The Government of Sri Lanka aims to achieve a mine impact free Sri Lanka within a few years and become the next mine impact free country in the world. Through the project the Government of Japan assists this endeavor and ensures the country to be safe for all.

Commenting on the provision of this grant, Ms. Belinda Vause stated;

“The HALO Trust is incredibly grateful to The Government of Japan for this continued support. Across the world, Japan has an honorable history of providing humanitarian assistance to clear landmines in post conflict countries and few places is that more evident than in Sri Lanka. Japan is currently funding four demining operators in Sri Lanka and over the last 17 years, Japanese support to The HALO Trust alone has led to the clearance of 9.12 square kilometers of contaminated land and the removal of over 94,000 mines and other explosive remnants of war. This has been achieved through the employment of hundreds of men and women in the post-conflict areas, providing a noble income. Once the land is cleared from these deadly legacies of war, it is safe to live upon or to farm again, enabling economic growth. To date the work of HALO’s Japanfunded mine clearance teams has helped over 200,000 people. In this endeavor Japan is supporting The Government of Sri Lanka to reach their goal - to clear Sri Lanka of landmines.”

For further information, please contact;

Development Cooperation Section of the Embassy of Japan

Tel. 011-2693831 ext 225

Email: odajpn@co.mofa.go.jp

Full Story