ReliefWeb - Updates

ReliefWeb - Updates

Descriptive text is not available for this image

ReliefWeb - Updates

World: Protect the Progress: Rise, Refocus, Recover - 2020 Progress Report on the Every Woman Every Child Global Strategy for Women’s, Children’s and Adolescents’ Health (2016–2030)

Fri, 25 Sep 2020 02:51:12 +0000

Descriptive text is not available for this image

Country: World
Sources: World Health Organization, UN Children's Fund

Please refer to the attached files.

Conflict, climate crisis and COVID-19 pose great threats to the health of women and children

New York City, 25 September 2020 – Fragile gains made to advance women and children’s health are threatened by conflict, the climate crisis and COVID-19, according to a new report from Every Woman Every Child.

Protect the Progress: Rise, Refocus, Recover, 2020 highlights that since the Every Woman Every Child movement was launched 10 years ago, spearheaded by the United Nations Secretary-General, there has been remarkable progress in improving the health of the world’s women, children and adolescents. For example, under-five deaths reached an all-time recorded low in 2019, and more than 1 billion children were vaccinated over the past decade. Coverage of immunization, skilled birth attendant and access to safe drinking water reached over 80 per cent. Maternal deaths declined by 35 per cent since 2000, with the most significant declines occurring from 2010. An estimated 25 million child marriages were also prevented over the past decade.

However, conflict, climate instability and the COVID-19 pandemic are putting the health and well-being of all children and adolescents at risk. The COVID-19 crisis, in particular, is exacerbating existing inequities, with reported disruptions in essential health interventions disproportionately impacting the most vulnerable women and children. At the height of pandemic lockdowns, schools were closed in 192 countries, affecting 1.6 billion students. Domestic violence and abuse of girls and women increased. Poverty and hunger are also on the rise.

“Even before the COVID-19 pandemic, a child under the age of five died every six seconds somewhere around the world,” said Henrietta Fore, UNICEF Executive Director. “Millions of children living in conflict zones and fragile settings face even greater hardship with the onset of the pandemic. We need to work collectively to meet immediate needs caused by the pandemic while also strengthening health systems. Only then can we protect and save lives.”

In 2019, 5.2 million children under the age of 5 and 1 million adolescents died of preventable causes. Every 13 seconds a newborn baby died. Every hour 33 women did not survive childbirth; and 33,000 girls a day were forced into marriages, usually to much older men.

The report examines the deep-rooted inequities which continue to deprive women, children and adolescents of their rights – noting birthplace as a significant determinant of survival. In 2019, 82 percent of under-5 deaths and 86 percent of maternal deaths were concentrated in sub Saharan Africa and South Asia. Nine in 10 paediatric HIV infections occurred in sub-Saharan Africa. Maternal, newborn, child and adolescent mortality rates were substantially higher in countries chronically affected by conflict.

“For too long, the health and rights of women, children, and adolescents have received insufficient attention and services have been inadequately resourced,” said former Prime Minister of New Zealand and Board Chair of the Partnership for Maternal, Newborn and Child Health, Helen Clark. “We call on all partners to work together to support governments to strengthen health systems and tackle the inequities that constrain progress.”

The report calls upon the global community to fight COVID-19 while honoring and respecting commitments that can improve the lives of women and children, and not widen the gap between promise and reality.

“The COVID-19 pandemic threatens to turn back the clock on years of progress in reproductive, maternal, child and adolescent health. This is unacceptable,” said Muhammad Ali Pate, Global Director for Health, Nutrition and Population at the World Bank Group and Director, Global Financing Facility. “The GFF partnership will double down on its efforts to engage with partners and countries and honor the global commitment to ensure that all women, adolescents and children can access the quality, affordable health care they need to survive and thrive.

The past decade of progress to advance the health of women, children and adolescents must be protected from the impact of the pandemic and the responses to it, the report says.

“Rapid reversal of hard-fought progress in women’s, children’s and adolescents’ health is a real threat,” said Ties Boerma, Director of the Countdown to 2030 for Reproductive, Maternal, Newborn, Child and Adolescent Health. “As the intensive tracking of the COVID-19 pandemic tells us, timely local data are necessary to be able to target actions and prevent rising inequalities. Global and country investments in local health information systems are much needed to guide the response and protect progress.”

Without intensified efforts to combat preventable child deaths, 48 million children under age 5 could die between 2020 and 2030. Almost half of these deaths will be newborns.

The report advocates for countries to continue investing in the health of all women, children and adolescents, in all crises. "As we respond to COVID-19 and reimagine a better future, with sustained peace, including at home, we must repeat unequivocally that the rights of women and girls are not negotiable. Even in times of crisis – especially in times of crisis – their sexual and reproductive health and rights must be safeguarded at all costs," said Natalia Kanem, UNFPA Executive Director.

The report argues that the Every Woman Every Child movement is more critical than ever as we step into the SDG Decade of Action in the midst of the worst global health crisis of a generation. The momentum of the movement must continue to champion multilaterialism, to mobilize action across all sectors to safeguard the tremendous investments and gains realized by commitments since its launch 10 years ago, and to protect the health and well-being of every woman, child and adolescent, everywhere.

"There is no doubt that the pandemic has set back global efforts to improve the health and well-being of women and children, but that should only serve to strengthen our resolve," said Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, WHO Director-General. “Our joint action under the Every Woman Every Child movement is more important than ever. We now must renew our commitment to a healthier, safer, fairer and more sustainable world for women, children and future generations.”

Notes to the editor:

Findings and discussion of the report will be presented at an 11:30 am to 12:00 pm EDT United Nations Briefing on 25 September. A live stream and recording of the briefing can be viewed here.

Speakers include:

  • H.E. Ms. Kersti Kaljulaid, President of the Republic of Estonia and Co-Chair of the High-Level Steering Group for Every Woman Every Child (@KerstiKaljulaid)

  • H.E. Ms. Erna Solberg, Prime Minister of Norway and Co-Chair of the UN Secretary-General’s Sustainable Development Goals Advocacy Group (@erna_solberg)

  • Ms. Henrietta Fore, Executive Director of UNICEF (@unicefchief)

  • Ms. Inger Ashing, CEO of Save the Children International and member of the High-Level Steering Group for Every Woman Every Child (@ingerashing)

  • Mr. Ayanda Makayi, Actor from MTV Shuga: Down South, South Africa (@AyandaMcKayi)

  • H.E. Ms. Amina J. Mohammed, Deputy Secretary-General of the United Nations (via video) (@AminaJMohammed)

The launch will be followed by a deeper dive into data, analysis and solutions at the PMNCH, White Ribbon Alliance and Every Woman Every Child Accountability Breakfast on 29 September, 8am – 12pm EDT. Register here.

Media Contacts:

For media enquiries or interview requests for the participants of the event, journalists are invited to contact: nbailey@unicef.org

Full Story

Mali: Tombouctou : Une réflexion sur les dividendes de paix pour commémorer la journée mondiale de la paix

Fri, 25 Sep 2020 02:25:13 +0000

Country: Mali
Source: UN Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali

A Tombouctou, le Bureau régional de la MINUSMA, à travers son bureau de la Communication, vient de commémorer la Journée Internationale de la Paix à travers une conférence sur les « dividendes de la paix ». Cinquante personnes, dont des femmes leaders et des leaders coutumiers, ont pris part à l’évènement qui s’est déroulé dans la salle du Centre Ahmed Baba, en présence des représentants du personnel civil et des éléments de la police des Nations Unies ainsi que du deuxième Adjoint du Maire de la ville de Tombouctou qui présidait la cérémonie.

Le 21 septembre de chaque année, la Journée internationale de la paix est célébrée dans le monde entier. L'Assemblée générale a déclaré que cette journée serait consacrée au renforcement des idéaux de paix au sein de toutes les nations et peuples.

Comme c’est souvent le cas en pareille occasion, le message du Secrétaire général des Nations Unies, a été lu par le représentant du Chef du Bureau régional de la MINUSMA, Abel Kavanagh. Une allocution du Maire sur les dividendes de la paix, une représentation théâtrale ainsi que la projection d’une vidéo sur le rôle de la femme dans les opérations de maintien de paix étaient, entre autres, les temps forts de cette commémoration. « Nous avons été meurtris par le passé, nous avons perdu le sommeil, nos loisirs. Mais aujourd’hui nous reprenons nos vieilles habitudes et la MINUSMA est à saluer pour avoir contribuer à cela » a martelé l’Imam Mohamed Alfadi CISSE.

C’est dans une atmosphère conviviale que les participants ont remercié la MINUSMA pour sa contribution à la stabilisation de la région et au renforcement de la confiance entre toutes les communautés. Les femmes ont affirmé que la présence des Nations Unies aux Mali a permis la relance de l’économie locale et a fortement contribué aux retours des réfugiés et déplacés dans leurs localités respectives. « Nous sommes les premières victimes des conflits. Notre participation aux efforts nationaux et internationaux pour contribuer au renforcement de la paix et la sécurité est indispensable. Et nous souhaitons une plus grande présence des Casques Bleus sur le terrain pour rassurer davantage les populations. » a déclaré Mme Fadimata Tandima.

Full Story

Mali: Gao : le Musée du Sahel revalorisé pour promouvoir la paix

Fri, 25 Sep 2020 02:23:19 +0000

Country: Mali
Source: UN Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali

La MINUSMA apporte son appui à la mise en place d’un cadre pour la promotion de la cohésion sociale et de la valorisation des collections du musée du Sahel.

Le Chef du Bureau Régional de la MINUSMA à Gao, Mohamed El-Amine Souef a pris part, ce 23 septembre 2020 au musée du Sahel de Gao, au lancement officiel du projet à impact rapide « Contribution de la culture aux efforts de cohésion sociale et à la valorisation des collections du musée du Sahel de Gao ». D’une durée de six mois, le projet sera mis en œuvre par l’Association Culturelle ‘Alanga’. Financé à hauteur de 24,2 millions de francs CFA (exactement 24 191 000 F CFA) par la MINUSMA à travers sa Division des Affaires Civiles, « ce projet s’inscrit dans le cadre du Mandat de la Mission onusienne et contribuera à la redynamisation des initiatives locales visant la promotion de la paix, de la cohésion sociale et du vivre ensemble, » a dit M. Mohamed El-Amine Souef aux participants présents, notamment le Directeur Régional du musée de Sahel de Gao, le Vice-Président de l’Association Culturelle "Alanga", le Président de l’Autorité Intérimaire, ou encore le Directeur Régional de la Jeunesse et des Sports.

La restauration des ouvrages et œuvres artistiques-culturelles, l’acquisition et la collecte d’objet à valeur artistique auprès des professionnels et des citoyens et la mise en place d’un centre audiovisuel au musée du Sahel de Gao, sont des activités qui bénéficient aussi de l’appui de la MINUSMA.

Ce projet répond directement aux objectifs du plan régional de stabilisation parce qu’il vise à redonner vie au Musée du Sahel, afin de répondre à son rôle originel de promoteur de la culture d’une part et donner d’autre part, l’opportunité aux communautés de se rencontrer pour des échanges culturels

"Alanga" est une association culturelle de jeunes qui a été créée afin de permettre aux jeunes de contribuer d’une façon ou d’une autre à la promotion d’une culture de non-violence et de paix, de la culture Songhoy et la protection des sites touristiques et archéologique de la Région de Gao.

Administrativement, le Musée du Sahel de Gao est placé sous la tutelle du Ministère de la Culture et sur le plan régional, depuis la dévolution et le transfert de certains services aux collectivités, il est rattaché au Conseil régional de Gao (autorité intérimaire Région).

Full Story

World: Global Weather Hazards Summary: September 25 - October 01, 2020

Fri, 25 Sep 2020 02:15:19 +0000

Descriptive text is not available for this image

Countries: Afghanistan, Belize, Benin, Burkina Faso, Chad, Costa Rica, Côte d'Ivoire, Democratic Republic of the Congo, Dominican Republic, El Salvador, Eritrea, Ethiopia, Ghana, Guatemala, Guinea, Haiti, Honduras, Kazakhstan, Kenya, Kyrgyzstan, Liberia, Mali, Mauritania, Nicaragua, Niger, Nigeria, Pakistan, Panama, Saudi Arabia, Senegal, Somalia, South Sudan, Sudan, Tajikistan, Togo, Turkmenistan, Uganda, Uzbekistan, World, Yemen
Source: Famine Early Warning System Network

Please refer to the attached file.

Continued heavy rainfall and flooding is forecast across West and East Africa

  1. Desert locust swarms remain present across parts of Kenya, Uganda, South Sudan, Ethiopia, Somalia, Eritrea, and Yemen. Desert locusts continue to seriously impact Yemen and other areas of the subregion.

  2. Heavy rainfall over the past several weeks caused flooding across Senegal, Mauritania, Mali, Nigeria, Niger, Burkina Faso, and Ghana. Additional rainfall will maintain a high flood risk.

  3. Above-average rainfall since July has caused widespread flooding across Sudan. The additional forecast rainfall is likely to worsen conditions over many local areas.

  4. Heavy rainfall over the past several weeks has caused flooding across the South Kivu Province of eastern DRC. Heavy rainfall next week is likely to maintain a high flood risk.

Full Story

Tchad : notre action de janvier à juin 2020

Fri, 25 Sep 2020 02:00:03 +0000

Descriptive text is not available for this image

Country: Chad
Source: International Committee of the Red Cross

Please refer to the attached file.

Au Tchad, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) apporte protection et assistance aux personnes touchées par le conflit armé qui sévit dans la Province du Lac. Il met tout en œuvre pour améliorer leur sort et protéger leur vie et leur dignité, en étroite collaboration avec ses partenaires de la Croix Rouge du Tchad (CRT) et du Mouvement. Cette année 2020 fut exceptionnelle pour les opérations du CICR au Tchad. Avec le risque de propagation de la Covid-19, nous avons renforcé notre soutien à la CRT afin de faire face à la pandémie, sans néanmoins oublier les autres besoins existant dans le pays. Présent en République du Tchad depuis 1978, le CICR dispose d’une délégation à N’Djamena et d’une sous-délégation à Baga-Sola dans la Province du Lac.

Full Story

Colombia: Population Movement - Revised Emergency Appeal Revision 4 (MDRCO014)

Fri, 25 Sep 2020 01:51:22 +0000

Descriptive text is not available for this image

Countries: Colombia, Venezuela (Bolivarian Republic of)
Source: International Federation of Red Cross And Red Crescent Societies

Please refer to the attached file.

This revised Emergency Appeal seeks a total of some 10 million Swiss francs, increased from 6,6 million Swiss francs, to enable the IFRC to support the Colombian Red Cross Society to deliver assistance and support through 6475,000 services to vulnerable migrants and host communities for 39 months, with a focus on the following areas of focus and strategies for implementation: Shelter; Livelihood and basic needs; Health; Water, sanitation and hygiene; Protection, Gender and Inclusion; Migration; Disaster Risk Reduction; Strengthening the National Society, Ensuring effective international disaster management, Influencing others as leading strategic partner and Ensuring a strong IFRC.

This revised Appeal results in a funding gap of 2.2 million Swiss francs based on an increased number of people to be assisted, an extended timeframe, an increase in activities with an enlarged geographic scope and a transition towards supporting the Colombian Red Cross with medium to long-term migration programming. The planned response reflects the current situation and information available at this time of the evolving operation and the COVID-19 context and will be adjusted based on further developments.

The operational strategy

Summary of the Red Cross response to date

The Colombian Red Cross Society (CRCS) has conducted actions to assist migrants since 2015, with the start of the population movement from Venezuela. To structure its more comprehensive humanitarian action, the CRCS created a 2018-2021 National Strategy for Attention to Migrants that focuses on humanitarian, rapid response and stabilization actions. This strategy is aligned with the Toluca Declaration and the IFRC’s Global Strategy for Migration 2018 to 2022. With the support of Movement partners and through CRCS branches, the National Society has extended its migration strategy to all strategic points where pendular, settling and transiting migrants are located. At all stages of their journeys, and irrespective of their legal status, the CRCS team is ready to respond to migrants’ needs, support the enhancement of their resilience, and assist them in advocating for their rights.

The CRCS intervention strategy aims to assist in a comprehensive manner through the provision of support and accompaniment for the stabilization of persons, communities and territories affected by the current migratory context. It seeks to provide humanitarian assistance and initial complementary support in a sustainable manner, in terms of opportunity, and relevance. It concurrently aims to contribute to the economic, social and cultural integration of the migrant population and to sustainable development.

During the first two years of this Emergency Appeal operation, the CRCS and IFRC worked together to establish strategically located attention points for people on the move, seeking to combine health services to the target populations with actions in the areas of shelter; livelihoods and basic needs; water, sanitation and hygiene promotion; and protection, gender and inclusion (PGI). By the end of July 2020, 470,482 services in all areas of focus were provided through the financing of this appeal.

Full Story

Morocco: Réfugiés au Maroc: Approvisionnement normal en produits alimentaires de base (HCP)

Fri, 25 Sep 2020 01:32:22 +0000

Countries: Central African Republic, Côte d'Ivoire, Morocco, Syrian Arab Republic, Yemen
Source: Government of Morocco

La quasi-totalité des réfugiés (95,5%) jugent que les produits alimentaires de base sont disponibles pendant le confinement et 3,5% peu disponibles, relève le Haut-Commissariat au Plan (HCP) dans une enquête sur l'impact du nouveau coronavirus (covid-19) sur la situation socioéconomique et psychologique des réfugiés au Maroc.

Les deux-tiers (66,1%) considèrent que les prix des produits alimentaires de base n'ont pas changé, proportion qui atteint 80% aussi bien parmi les ménages syriens que ceux présidés par une personne âgée de 50 ans et plus, fait savoir le HCP, notant que près du tiers (31,6%) des ménages réfugiés considère que ces prix ont augmenté.

S'agissant de la disponibilité des médicaments, plus du tiers (37,2%) des réfugiés disposent de médicaments en quantités suffisantes et 11,2% en quantités insuffisantes, souligne l'enquête, réalisée en partenariat avec le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR).

En outre, plus des deux-tiers (68,1%) des ménages réfugiés disposent de bavettes et de masques de protection en quantités suffisantes, 24,9% en quantités insuffisantes et 7% n'en disposent pas, fait remarquer la même source.

L'enquête montre également, que près de la moitié (48,1%) disposent de produits désinfectants en quantités suffisantes, 15,8% en quantités insuffisantes, alors que 36,1% n'en disposent pas, précisant que les raisons citées sont le manque d'argent pour 69,5% des cas et le fait de ne pas en avoir besoin (20,4%).

En ce qui concerne les autorisations exceptionnelles de sortie, près des trois quarts des ménages réfugiés (73,9%) l'ont obtenu pour effectuer les courses de première nécessité pendant le confinement, 67,1% facilement et 6,8% difficilement, fait savoir le HCP.

La part des ménages ayant obtenu l'autorisation a atteint 89,1% parmi les Syriens, 83,4% les Ivoiriens, 75% les Yéménites et 67,3% parmi les Centrafricains, alors qu'une proportion de 6,3% n’en avait pas besoin, 1,5% n'en était pas au courant et 18,3% n’a pas pu l'obtenir.

L'enquête fait en outre ressortir que pendant le confinement, 4 réfugiés sur 10 (42%) ont déclaré avoir reçu une aide alimentaire, 54% parmi les ménages dont le chef est une femme et 40% parmi ceux dirigés par un homme, relevant que la majorité des aides est fournie par des associations et organisations non gouvernementales (60%).

Et d'ajouter que moins de la moitié (47%) ont déclaré avoir connu, pendant le confinement, des moments où ils n'avaient pas assez de produits alimentaires, en raison du manque d’argent (91,7%) et des restrictions de déplacements (4,2%), 30,6% d'entre eux ont bénéficié du soutien des voisins, 24,8% de celui des membres de leur communauté alors que 9,4% ont eu recours à la mendicité.

Menée du 2 au 8 juin 2020 auprès des réfugiés au Maroc, cette enquête a pour objectif d'évaluer l'impact de la pandémie de Covid-19 sur la situation économique, sociale et psychologique de cette population.

Full Story

Global health diplomacy: a solution to meet the needs of disabled people in Yemen

Fri, 25 Sep 2020 01:10:00 +0000

Descriptive text is not available for this image

Country: Yemen
Source: BioMed Central

Please refer to the attached file.

Saeed Shahabi, Maryam Jalali & Kamran Bagheri Lankarani

Conflict and Health volume 14, Article number: 66 (2020)

Abstract

People with disabilities (PWD) are one of the most vulnerable groups in society during armed conflicts. According to the statistics, four million persons with disability live in Yemen. Lack of access and the use of rehabilitation services make PWD unable to retrieve their social and economic roles, which would have substantial negative impacts both on their families and community. The conflict escalation, an increase in the number the of displaced, COVID-19 pandemic, an increase in non-communicable diseases, and the exacerbation of poverty and malnutrition have rapidly enhanced the population at risk of disability in Yemen. Accordingly, effective and comprehensive approaches such as global health diplomacy (GHD) should be considered to meet the emerged needs. GHD seeks to address the common challenges in the global health system by involving all key stakeholders and establishing negotiations and diplomatic dialogue among official actors. Given the presence of various regional and international actors in Yemen and the examples of the successful use of GHD under conflict and post-conflict conditions in Iraq and Afghanistan, the use of diplomacy is crucial to respond to the needs of PWD in this war-torn country appropriately.

Full Story

CAR: Communique de presse conjoint Union Africaine – CEEAC - Nations Unies

Fri, 25 Sep 2020 01:07:09 +0000

Country: Central African Republic
Sources: African Union, Economic Community of Central African States, UN Multidimensional Integrated Stabilization Mission in the Central African Republic

Le Commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union africaine, l’Ambassadeur Smaïl Chergui ; le Président de la Commission de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), l’Ambassadeur Gilberto Da Piedade Veríssimo; et le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de paix, M. Jean-Pierre Lacroix, ont tenu, ce jeudi 24 septembre, une réunion de haut-niveau par vidéoconférence sur la situation en République centrafricaine. Les échanges ont porté essentiellement sur le processus électoral, et la mise en œuvre de l’Accord politique pour la paix et la réconciliation en République centrafricaine signé le 6 février 2019 entre le Gouvernement et quatorze groupes armés.

S’agissant du processus électoral, les hauts responsables de l’Union africaine, de la CEEAC et des Nations Unies saluent les progrès réalisés. Toutefois, ils encouragent le Gouvernement et l’Autorité Nationale des Elections à prendre toute mesure utile, en coopération avec les parties prenantes et avec le soutien coordonné des partenaires internationaux, pour résorber le retard enregistré dans la finalisation du processus d’enrôlement des électeurs, et la publication de la liste électorale définitive afin de convoquer le corps électoral dans les délais légaux. Ils prennent note de l’adoption par l’Assemblée nationale du projet de loi modifiant le Code Electoral. Ils soulignent que la participation de tous les segments de la société centrafricaine au process électoral demeure un élément fondamental pour la crédibilité et l’inclusivité des élections ainsi que la consolidation de la paix, de la démocratie, et de la réconciliation nationale en République centrafricaine A cet effet, les hauts responsables se joignent à l’appel de la communauté internationale afin que les mesures nécessaires soient prises pour une inclusion des réfugiés centrafricains au processus électoral.

Les hauts responsables de l’Union Africaine, de la CEEAC et des Nations Unies deplorent les obstructions et les menaces posées par certains groupes armés aux opérations électorales et invitent ces derniers à s’engager de manière effective au processus électoral, conformément à leur engagement pris dans le cadre de l’Accord politique de ne pas interférer dans les processus démocratiques.

L’Union Africaine, la CEEAC et les Nations Unies saluent le dialogue initié par le Président Touadéra avec les responsables de l’opposition, les anciens chefs d’Etats, et les autres acteurs de la société civile, des syndicats et des chefs religieux. Les organisations partenaires soulignent leur fort attachement à l’organisation d’élections paisibles, crédibles et inclusives dans le respect des délais constitutionnels, empêchant toute rupture de l’ordre constitutionnel. Rappelant la décision de la Cour constitutionnelle centrafricaine du 5 juin 2020 et les observations qu’elle a rendues le 8 septembre, les hauts responsables de l’Union Africaine, de la CEEAC et des Nations Unies invitent les acteurs nationaux à privilégier le dialogue et le consensus, y compris le respect des délais, aux fins de préserver l’ordre constitutionnel et de prévenir toute instabilité et violence.

En ce qui concerne la mise en œuvre de l’Accord politique pour la paix et la réconciliation en République centrafricaine, les hauts responsables de l’Union Africaine, de le CEEAC et des Nations Unies saluent les progrès importants réalisés, notamment par le Gouvernement. Ils réitèrent que cet Accord demeure la seule voie viable pour la paix et la stabilité en République centrafricaine. A cet égard, il est crucial que les acteurs politiques soutiennent la mise en œuvre continue de l’Accord, y compris au-delà du processus électoral afin d’accompagner la République centrafricaine sur le chemin définitif de la paix et du développement. Ils invitent ainsi les parties signataires à redoubler d’efforts pour restaurer une paix définitive en République centrafricaine, y compris en respectant leurs engagements, et rappellent que les auteurs de violations graves de l’Accord politique, notamment les exactions commises à l’encontre des civils, peuvent faire l’objet de sanctions, conformément aux dispositions de l’Accord et aux normes juridiques domestiques et internationales y relatives.

Les hauts responsables de l’Union africaine, de la CEEAC et des Nations unies réitèrent leur disponibilité à appuyer le dialogue politique en République centrafricaine, notamment par le biais de rencontres avec la classe politique, et les autorités nationales. Ils réaffirment leur engagement à travailler ensemble avec les autres partenaires internationaux, y compris les autres membres du G5, pour appuyer les efforts nationaux de consolidation de la paix et de la démocratie en République centrafricaine. Ils saluent particulièrement l’engagement des pays de la sous-région et encouragent une coopération régionale plus forte pour faire avancer le processus de paix en République centrafricaine au grand bénéfice de la population.

Fait à Addis-Abeba, Libreville et New York, le 24 septembre 2020

Le Commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union africaine

Ambassadeur Smaïl Chergui,

Le Président de la Commission de la CEEAC

Ambassadeur Gilberto Da Piedade Veríssimo

Le Secrétaire général adjoint des Nations unies aux opérations de paix

M. Jean-Pierre Lacroix

Full Story

Philippines: DSWD DROMIC Report #1 on the FlashFlood Incident in Palimbang, Sultan Kudarat as of 23 September 2020, 6PM

Fri, 25 Sep 2020 01:06:34 +0000

Descriptive text is not available for this image

Country: Philippines
Source: Government of the Philippines

Please refer to the attached file.

SUMMARY

On 15 September 2020, a flashflood incident occurred in Barangays of Poblacion, Langali, Malatunol, Badiangon, and Wasag in Palimbang, Sultan Kudarat due to heavy rains associated with strong wind brought by Low Pressure Area and South West Monsoon.

Source: DSWD-FO XII

I. Status of Affected Families / Persons

A total of 474 families or 2,370 persons were affected by the armed conflict in 5 barangays in Palimbang Sultan Kudarat (see Table 1).

II. Status of Displaced Families / Persons

a. Inside Evacuation Center

There are 105 families or 525 persons currently taking temporary shelter in 2 Evacuation Centers in Palimbang Sultan Kudarat (see Table 2).

b. Outside Evacuation Center

There are 310 families or 1,550 persons temporarily staying with their relatives and/or friends (see Table 3).

Full Story

Niger : don de plus de quatre millions d’euros au Programme de financement de la gestion des risques de catastrophe en Afrique (ADRiFi)

Fri, 25 Sep 2020 00:59:59 +0000

Country: Niger
Source: African Development Bank

Le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement a approuvé, mercredi 23 septembre à Abidjan, un don de 4,8 millions d’euros au Niger pour la mise en œuvre de son Programme de financement de la gestion des risques de catastrophe en Afrique (ADRiFi).

Ce financement issu des ressources du Fonds africain de développement FAD-15), est un appui technique et institutionnel visant à renforcer la résilience et la réponse du Niger face aux catastrophes liées à la sécheresse. Le projet, qui porte sur un montant total de 6,9 millions d’euros (5,8 millions d’UC), sera cofinancé par le guichet de prêt à taux concessionnel du Groupe de la Banque et aussi la Mutuelle panafricaine de gestion des risques (contribution en nature d’environ 891 000 euros soit 0,75 millions d’UC) et le gouvernement nigérien environ 1,24 millions d’euros (1,05 millions d’UC).

L’ADRiFi au Niger a pour objectif de renforcer la résilience et la réponse aux chocs climatiques en améliorant la gestion des risques de catastrophes et l’adaptation au changement climatique. A cet effet, il fournira un appui technique et financier au gouvernement nigérien, à travers deux axes : le renforcement des capacités du Niger en matière d’évaluation des risques de sécheresse, de prévention des crises alimentaires liées à la sécheresse et d’élaboration de plans de contingence ; le transfert du risque souverain à travers la souscription d’une assurance contre les risques de sécheresse auprès de la Mutuellepanafricaine de gestion des risques, African Risk Capacity (ARC).

« Ce financement arrive à point nommé car le Niger subit désormais de plein fouet les impacts des changements climatiques, qui portent à chaque fois un coup aux revenus des ménages, à la performance du secteur agricole, à la croissance économique, et aux équilibres macroéconomiques du pays notamment le budget de l’État et la balance des paiements », a déclaré la directrice générale pour l’Afrique de l’Ouest à la Banque, Marie Laure Akin Olugbade.

Le Niger, vaste pays d’Afrique de l’Ouest situé dans le désert du Sahara, a adopté le recours à l'assurance paramétrique comme option de prévention et de gestion des risques de catastrophes liées aux aléas climatiques pouvant affecter les populations vulnérables en milieu rural. Le recours à un tel mécanisme de transfert de risques garantit unedisponibilité immédiate de fonds en cas de catastrophe pour limiter les dégâts et fournir les filets sociaux nécessaires au relèvement de la crise.

« Une intervention de la Banque pour appuyer le gouvernement à faire face à cette contrainte est opportune, car la Banque sauvegardera les acquis des investissements dans les domaines de la résilience, tout en promouvant la mise en place de politiques et mécanismes nécessaires pour une meilleure gestion des crises alimentaires », indique le document présenté mercredi par la Haute direction de la Banque au Conseil d’administration.

De plus, face à la pandémie actuelle et son impact sur l’économie mondiale, et nigérienne en particulier, et compte tenu de la vulnérabilité du pays aux aléas climatiques qui demeurent d’actualité, l’appui de la Banque à travers l’ADRiFi revêt une pertinence singulière. En effet, grâce à l’ADRiFi, la Banque préserve le budget de l’État du Niger contre les potentiels chocs de sècheresse alors que le pays s’efforce à relancer son économie.

Le programme ADRiFi qui sera mis en œuvre de 2020 à 2023 au Niger est en ligne avec la Stratégie nationale de sécurité alimentaire et nutritionnelle et de développement agricole durable du Niger intitulée « Initiative : les Nigériens Nourrissent les Nigériens » (I3N), qui vise à atteindre l’objectif ultime « Faim Zéro » au Niger. Il s’inscrit également dans le cadre du Document de stratégie-pays (DSP) de la Banque pour le Niger (2018-2022) et cadre avec deuxdes « High 5 », les cinq priorités stratégiques de la Banque : « nourrir l’Afrique » et « améliorer la qualité de vie des Africains ».

Le projet du Niger est le cinquième à être approuvé dans le cadre d'ADRiFi, après ceux de la Gambie, de Madagascar, du Zimbabwe et de la Mauritanie.

Contact:

Romaric Ollo HIEN I Département de la Communication et des relations extérieures I Email : O.HIEN@AFDB.ORG

Full Story

Indonesia, Landslide in Sorong City, West Papua (16:45 Sep 18 2020)

Fri, 25 Sep 2020 00:59:14 +0000

Country: Indonesia
Source: ASEAN Coordinating Centre for Humanitarian Assistance

Description

High intensity rainfall and unstable soil structure caused a landslide in Sorong City, West Papua on 18 Sep 2020 at 16.45 WIT

Location:

Sorong Manoi, Sorong city

As a result 1 resident died and 1 house was damaged.

BPBD of Sorong City is conducting rapid assessment and coordinating with BASARNAS, TNI/POLRI for evacuation.BPBD recommends people at the location to stay vigilant

Additional Data

Country: Indonesia

Affected Area / Region: Sorong City, West Papua

Casualties

Death: 1

Affected Families: 1

Affected Persons: 5

Damages

Damaged houses: 1

Full Story

Viet Nam, Flood, Landslides, and Storms in Tay Giang, Quang Nam (06:00 Sep 22 2020)

Fri, 25 Sep 2020 00:54:14 +0000

Country: Viet Nam
Source: ASEAN Coordinating Centre for Humanitarian Assistance

Description

The entire national grid system in the area of ​​H. Tay Giang is paralyzed from September 18 to September 21, only to overcome and energize for living in the lowland communes of the district. Currently, the electricity industry is working to overcome energizing in upland communes, it is expected that by September 22, it will completely energize the district, in order to serve production and daily life for the people. Estimated damage is more than 3 billion.

The entire traffic route DT 606, and the inter-district university road as well as the route to the highland border area and the rural roads in the 10 communes were landslides on negative talus, talus, many sections broken, completely isolated, dividing the whole district, especially the road to 4 upland communes. Currently, the route from Ho Chi Minh road to the district center is over 14 km and is concentrating human resources and means to clear the route on the remaining roads. Particularly for some broken concrete and suspension bridges, the district is looking for timely measures for people to travel and transport goods.

Through the initial inspection, the route DT606, landslide caused traffic congestion from Ho Chi Minh road to the district center and to upland communes with a length of more than 50km, about over 300,000 m3 of soil and rock poured down the road surface. , especially the section to upland communes, some of the roads are broken and the total landslide is over 1,500 meters.

Inter-commune university routes, landslides cause traffic jams, with a volume of about 200,000 m3 of rocky soil, some routes are broken about 2,000m, 12,200m of vertical ditches buried, faulty, 87 buried sewers damaged, 8 sluices landslide, 1 last ban bridge completely drifted, reinforced concrete bridge abutments were damaged seriously. Commune roads and rural transport, landslide 120,200 m3 of rock, 3,800m of ditches buried, 8 round culverts landslide, 5 suspension bridges were swept away, 1 suspension bridge is tilted and many suspension bridges are damaged bridge abutment.

The value of the damage in the transport sector is estimated at about 126 billion dong.

Irrigation system, most of the works were landslide, flooding, flooding the canal, pipeline, with the number of 70 works, estimated damage of 15 billion VND. The water system for domestic use, most of the projects were landslides, flooding and filling, swept away the pipeline, landslides in reservoirs, with the number of 91 projects / 115 residential points, estimated damage of 12 billion VND. The school system, the total number of classrooms flooded 41 rooms / 10 school sites, 2 kitchens and washed away many of the water pipes serving cooking for students at the schools, estimated damage is about 3.2 billion VND.

Additional Data

Country: Vietnam

Affected Area / Region: Tay Giang, Qang Nam

Casualties

Damages

Damaged educational facilities (e.g. schools): 10 Damaged infrastructure (e.g. road, water network): 2 km of roads, 87 sewers damaged, 8 sluices, 8 round culverts, 6 bridges damaged

News Source Link http://phongchongthientai.mard.gov.vn/Pages/tay-giang-thiet-hai-hang-tram-...

Full Story

DR Congo: RDC : la Banque africaine de développement approuve une enveloppe de près de 142 millions de dollars pour appuyer la lutte contre la pandémie de Covid 19

Fri, 25 Sep 2020 00:53:53 +0000

Country: Democratic Republic of the Congo
Source: African Development Bank

Le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement a approuvé, le 23 septembre à Abidjan, un soutien financier de 100 millions d’Unité de compte (environ 142 millions de dollars) à la République démocratique du Congo, au titre du Programme d’appui budgétaire en réponse à la crise de Covid‑19 (PABRC).

Cette enveloppe, qui comprend un prêt et un don Fonds africain de développement (FAD) respectivement de 43,6 millions de dollars et 60,6 millions de dollars ainsi qu’un don de la Facilité d’appui à la transition (FAT) de 37,8 millions de dollars, constitue un soutien important dans un contexte difficile où les indicateurs de performance économique de la RDC ont été perturbés par la pandémie. Cet appui permettra surtout d’atténuer l’impact économique du virus afin de favoriser la relance du pays.

Selon Solomane Koné, directeur général par intérim de la Banque pour l’Afrique centrale, « la République démocratique du Congo est dans une phase de transition politique relativement apaisée et fait face à des défis, dont celui de relancer la croissance économique et lutter contre la pauvreté. Le pays a besoin d’un soutien fort et coordonné des partenaires. Cet appui contribuera à renforcer la résilience économique et sociale des populations face à la pandémie de Covid‑19. »

L’enveloppe, qui est issue de la Facilité de réponse rapide à la Covid-19 (CRF) mise en place par la Banque et dotée d’un fonds de 10 milliards de dollars, est destinée à appuyer la RDC dans sa riposte contre le nouveau coronavirus. Les provinces de Kinshasa, Nord-Kivu, Kongo Central, Haut Katanga, Sud Kivu, Ituri et Lualaba qui regroupent l’essentiel des cas de contamination, bénéficieront d’un déploiement plus important du dispositif de riposte contre le Covid-19.

La République démocratique du Congo a enregistré, à ce jour, 271 victimes du virus, selon l’OMS, et ce pays d’Afrique centrale a subi les contrecoups économiques de la pandémie qui n’a épargné aucun pays du continent.

Dans le cadre de cette opération, la Banque africaine de développement s’est associée aux partenaires au développement comme le FMI, la Banque mondiale et l’Agence française de développement, pour mener une action concertée face à la pandémie.

En juin dernier, la Banque avait mobilisé 13 millions de dollars en faveur des six pays membres de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) et de la RDC. L’objectif était de fournir des kits sanitaires, des kits de dépistage et des ambulances médicalisées. Il était également prévu de former des agents communautaires et de sensibiliser les populations.

Contact:

Amadou Mansour Diouf, Département de la communication et des relations extérieures, Banque africaine de développement, email : a.diouf@afdb.org

Full Story

Philippines: DOLE Bicol allots P2.78M for Masbate earthquake victims

Fri, 25 Sep 2020 00:50:57 +0000

Country: Philippines
Source: Government of the Philippines

LEGAZPI CITY (PIA)—Around 500 affected residents of the earthquake that hit Masbate last month will receive a short-term emergency employment from the Department of Labor and Employment (DOLE) Region 5.

Through its Masbate Provincial Field Office, a total of P2.78 million will be downloaded to the local government unit of Cataingan, Masbate for the implementation of Tulong Panghanap-buhay sa Ating Disadvantaged or Displaced Workers (TUPAD) program.

“Through this program, we may be able to address the impact of the magnitude 6.6 earthquake to affected workers in the informal sector by providing them with emergency employment,” Ella Verano, DOLE Masbate provincial director, said.

TUPAD beneficiaries in Masbate will be working for 15 days with a minimum wage of P310 per day.

DOLE Bicol Regional Director Joel M. Gonzales said that the TUPAD program will help the victims particularly those in the informal sector to recover from the economic displacement and loss of livelihood.

“Earthquakes, volcanic eruption and floods are some of the natural calamities that occur every year, at any point, and anywhere, causing threats to the livelihoods of residents and their food security. With our community-based package of short-term employment assistance or TUPAD, we are able to mitigate the impact of these on workers in the informal economy,” he explained.

Moreover, he stated that the immediate assistance was made possible through the commitment and eagerness of Labor Secretary Silvestre Bello III to help the victims cope with the effects of the earthquake.

Masbate Province was shaken by a 6.6 magnitude earthquake last August 18, 2020 where many houses and infrastructures were damaged. (PIA5/CEBalala/DOLE5/JVG)

Full Story

Philippines: P36M regional evacuation center to rise in Koronadal City

Fri, 25 Sep 2020 00:48:49 +0000

Country: Philippines
Source: Government of the Philippines

By Oliver Ross Rivera

KORONADAL CITY, South Cotabato, Sept. 24 (PIA) -- Koronadal City LGU broke ground for the construction of a P36-million evacuation center in Barangay San Jose on Monday.

With a capacity of up to 500 individuals, the Regional Evacuation Center, a 3,000-square meter lot near barangay San Jose gymnasium will be built to be disaster-resilient, gender-sensitive, and compliant to standards.

The hazard-adaptive building is also designed in compliance with BP344 or the Accessibility Law which ensures the differently-abled persons access and convenience during the evacuation period.

The building construction funded by the Department of Public Works and Highways (DPWH) is initiated by the National Disaster Risk Reducation and Management Council (NDRRMC) through the Office of Civil Defense (OCD).

It includes a well-lit and sufficiently ventilated accommodation building, reception area, stage area, administration office with consultation room, clinic, play room with breastfeeding area, mess hall with kitchen, conjugal room, storage room, toilet and bath facilities for men, women and differently-abled persons and a prayer room.

In a report from DPWH XII, funding requests for the construction of five more evacuation centers were approved by DPWH Secretary Mark Villar this year.

This will be built in Bagumbayan and Tacurong City in Sultan Kudarat province and three in North Cotabato Province (one in Arakan and two in Kidapawan City).

According to DPWH XII Regional Director Basir Ibrahim, the importance of evacuation centers was highlighted during the series of earthquakes the region experienced last year.

“Our determination to protect and respect human life was tested during the earthquakes in North Cotabato last year. Calamities and disasters can happen anytime and when they do, we want to provide affected people safe space and ensure that their basic human needs such as food, water and medicines are met,” Director Ibrahim said.

“In those difficult and perilous times, everyone realized the importance of evacuation centers,” he added. (ORVR with reports from DPWH12)

Full Story

World: Sur fond de COVID-19, le Conseil de sécurité s’accorde sur la nécessité de coopérer mais affiche ses divergences sur la gouvernance mondiale

Fri, 25 Sep 2020 00:46:49 +0000

Country: World
Source: UN Security Council

SC/14312

La crise planétaire liée à la pandémie de COVID-19 met non seulement gravement à l’épreuve la coopération internationale, elle met aussi en évidence les « carences incontestables » du système multilatéral, a affirmé ce matin le Secrétaire général de l’ONU devant le Conseil de sécurité à l’occasion d’un débat au sommet organisé par la présidence nigérienne sur le thème « Maintien de la paix et de la sécurité internationales: gouvernance mondiale post-COVID-19 ».

Le sommet, qui s’est une fois encore déroulé sous forme de visioconférence du fait de la pandémie, a été l’occasion pour la plupart des membres du Conseil de soutenir, non sans divergences, la coopération internationale, et le multilatéralisme, objets d’appels à une « réflexion innovante » sur la gouvernance mondiale de la part de M. Guterres.

Partisan d’un « multilatéralisme de réseau », fondé sur une coopération entre les organisations internationales et régionales, les institutions financières internationales et autres alliances et institutions mondiales, M. Guterres a rappelé que, depuis sa prise de fonctions en 2017, il avait fait du partenariat stratégique avec l’Union africaine (UA) une priorité, devenue un « cadre solide » pour la paix et la sécurité sur le continent. Sa position a reçu le soutien du Président de la Commission de l’UA, M. Moussa Faki Mahamat, pour qui une gouvernance mondiale efficace et équitable passe par une « synergie créatrice de nos intelligences ».

Améliorer l’efficacité de la gouvernance mondiale est avant tout la responsabilité de l’ONU, a répété M. Guterres, qui rappelé notamment son initiative « Action pour le maintien de la paix » et son appel au cessez-le-feu mondial immédiat du 23 mars, qui nécessite désormais selon lui un « effort collectif, mené par ce Conseil, pour faire taire les armes dans le monde entier d’ici à la fin de cette année ».

Ce ne sera pas facile car, a reconnu M. Guterres, « nous ne sommes pas en phase avec la réalité du monde d’aujourd’hui ». Alors que la pandémie « accentue les risques dans tous les domaines », il est « impossible de continuer à répondre à des risques globaux systémiques et prévisibles par des solutions ad hoc », a-t-il poursuivi. Le Secrétaire général en a appelé à une gouvernance mondiale « déterminée, coordonnée, souple et prête à réagir à l’éventail des défis auxquels nous devons faire face », qui non seulement regroupe les États, impuissants isolément, mais s’élargisse aux collectivités territoriales, aux entreprises, à la société civile, au monde universitaire et à la jeunesse.

Prenant en exemple les difficultés rencontrées pour faire du futur vaccin contre la COVID-19 « un bien public mondial, d’accès universel et d’un co슩t abordable », le Secrétaire général a jugé urgent que les institutions multilatérales soient « en mesure d’agir de manière décisive, sur la base d’un consensus mondial ». Son appel à une meilleure représentation des pays en développement a été repris au vol par le Président du Niger, qui a souhaité une telle représentation équitable au Conseil de sécurité, dont les pouvoirs devraient également être rééquilibrés avec ceux de l’Assemblée générale. Le Ministre fédéral des affaires étrangères de l’Allemagne a, quant à lui, souhaité que le Conseil de sécurité ne se réduise pas à une « brochette de grandes puissances », et regretté, tout comme le Président de la Tunisie, sa lenteur extrême –près de quatre mois- à s’entendre sur un soutien à l’appel du Secrétaire général.

En termes de mécanismes multilatéraux mondiaux, il n’existe actuellement « aucune structure alternative à l’ONU » pour mieux coordonner la réponse mondiale à la pandémie ou à d’autres calamités mondiales, a assuré le Vice-Premier Ministre des affaires étrangères de l’Indonésie. De même, le chef de la diplomatie chinoise a souhaité que le rôle de l’ONU soit promu et que le Conseil de sécurité, « composante essentielle du système de la gouvernance mondiale », s’acquitte efficacement de ses responsabilités.

« La loi du monde dans lequel nous vivons, c’est l’interdépendance », a quant à lui soutenu le chef de la diplomatie française, rejoint dans cette analyse par son homologue russe. Ce dernier a toutefois déploré que la crise n’ait pas effacé les différences de vues et que certains succombent à « la tentation croissante de chercher à l’étranger des coupables pour leurs propres problèmes internes ». Il a notamment dénoncé les attaques récurrentes portées contre l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), mais aussi le maintien de sanctions unilatérales, qui touchent selon lui les couches les plus faibles des populations et limitent leur accès aux soins médicaux. Une position partagée au Conseil par l’Afrique du Sud et le Viet Nam.

Face à ces propos, les États-Unis, un des deux seuls États Membres à intervenir au simple niveau de sa représentante permanente, ont accusé « certains membres » du Conseil d’avoir saisi l’occasion du débat « pour cultiver les rancunes politiques ». Se disant « dégo슩tée » par le contenu du débat, la représentante a jugé « en lambeaux » la réputation de l’OMS, accusée d’avoir « aidé la Chine à mentir au reste du monde », et a rappelé l’intention affirmée du Président Trump de « demander des comptes à la nation qui a déclenché ce fléau dans le monde: la Chine » avant d’affirmer que ce sont les États-Unis qui avaient apporté la plus forte contribution financière à la réponse de l’ONU à la pandémie grâce à un financement « fourni par de généreux contribuables américains ». Les propos de la délégation ont suscité une reprise de parole de trois des membres du Conseil, dont un « Ça suffit! » de la délégation chinoise.

MAINTIEN DE LA PAIX ET DE LA SÉCURITÉ INTERNATIONALES : GOUVERNANCE MONDIALE POST-COVID-19

Déclarations

M. ANTÓNIO GUTERRES, Secrétaire général de l’ONU, a déclaré qu’« un virus microscopique est aujourd’hui la principale menace dans notre monde ». Crise à part entière, à la fois « imprévisible et dangereuse », la pandémie de COVID-19 « met manifestement à l’épreuve la coopération internationale », a-t-il ajouté, avant de constater: « une épreuve à laquelle nous avons échoué ». En ce soixante-quinzième anniversaire de l’Organisation, « nous devons de toute urgence mener une réflexion innovante sur la gouvernance mondiale et le multilatéralisme, afin de les adapter au XXIe siècle », a-t-il estimé.

Plaidant pour un « multilatéralisme en réseau, fondé sur des liens et une coopération solides entre les organisations internationales et régionales, les institutions financières internationales et autres alliances et institutions mondiales », M. Guterres a rappelé que, depuis sa prise de fonctions, il avait fait du partenariat stratégique avec l’Union africaine (UA) une priorité, devenue un « cadre solide » pour la paix et la sécurité sur le continent.

Il convient, selon lui, d’approfondir cette collaboration en créant des liens solides et officiels avec le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine et en communiquant régulièrement avec lui. L’Union africaine pourrait ainsi « mener des opérations d’imposition de la paix et de lutte contre le terrorisme, qui seraient appuyées par des mandats du Conseil de sécurité et bénéficieraient d’un financement prévisible, garanti par les contributions obligatoires ».

Pour M. Guterres, « c’est la seule façon de construire la coalition dont nous avons besoin pour lutter contre le terrorisme sur le continent africain et de mener à bien l’initiative phare de l’Union africaine pour faire taire les armes ».

Mais l’ONU a aussi la responsabilité d’améliorer l’efficacité de la gouvernance mondiale, a-t-il poursuivi. En témoignent l’accent mis sur la prévention, le renforcement de l’architecture de paix et de sécurité, l’initiative « Action pour le maintien de la paix » et l’action menée pour mettre fin à l’exploitation et aux atteintes sexuelles dans l’ensemble du système des Nations Unies.

Tout en se félicitant de la résolution 2532 (2020) adoptée le 1er juillet en soutien de son appel au cessez-le-feu mondial immédiat, le Secrétaire général a jugé que « nous avons maintenant besoin d’un effort collectif, mené par ce Conseil, pour faire taire les armes dans le monde entier d’ici à la fin de cette année ». Mais si, à ses yeux, la responsabilité du fonctionnement de la gouvernance mondiale incombe au premier chef aux États Membres, la réforme de cette gouvernance « ne saurait se substituer à l’action collective » pour surmonter les défis communs.

Or, a constaté le Secrétaire général, « nous ne sommes pas en phase avec la réalité du monde d’aujourd’hui ». Pire, la pandémie « accentue les risques dans tous les domaines »: « les besoins humanitaires s’alourdissent, des décennies de progrès en matière de développement durable sont en jeu et les troubles sociaux se multiplient ».

Alors que de nombreux États du Sud se retrouvent « sans ressources financières ou pratiques » et que certains pays à revenu intermédiaire sont « écrasés par le fardeau de la dette » en tentant répondre à la crise, il importe que le Groupe de la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) « soutiennent les États Membres en leur donnant un meilleur accès aux dispositifs et aux outils », a affirmé M. Guterres.

Il faut aussi que le FMI reçoive des ressources plus importantes et qu’un appui renforcé soit apporté au Groupe de la Banque mondiale et à d’autres institutions financières et mécanismes bilatéraux, a préconisé le Secrétaire général, qui a rappelé en outre qu’il avait lancé en mai une initiative sur le financement du développement « axée sur des domaines qui sont essentiels à la survie et à la mise en œuvre d’une relance forte », notamment la liquidité mondiale, la stabilité financière et la vulnérabilité liée à la dette. Ses conclusions sont attendues la semaine prochaine, a-t-il précisé.

Toutefois, a ajouté M. Guterres, « nous ne pouvons pas continuer à répondre à des risques globaux systémiques et prévisibles par des solutions ad hoc ». Le monde a besoin d’une gouvernance « déterminée, coordonnée, souple et prête à réagir à l’éventail des défis auxquels nous devons faire face », a-t-il insisté, notant que « la solidarité est dans l’intérêt de chacun ».

Confrontés à des problèmes transfrontières comme la crise climatique, la montée des inégalités ou encore la cybercriminalité, les États ne peuvent y répondre chacun isolément, a relevé le Secrétaire général. Il faut donc « élargir notre idée de la gouvernance mondiale, et y inclure les entreprises, la société civile, les villes et les régions, le monde universitaire et la jeunesse », en s’appuyant sur des « mécanismes souples » et pas nécessairement sur des conférences internationales.

Rappelant à cet égard que les mécanismes de gouvernance mondiale avaient trop souvent exclu les femmes, il a fait valoir que, comme le démontre la pandémie, ces dernières sont « éminemment efficaces lorsqu’elles prennent les rênes ». De fait, a-t-il soutenu, « nous ne pouvons pas espérer surmonter la crise climatique, réduire les divisions sociales ou instaurer une paix durable sans la pleine contribution de toute la société ».

Convaincu que, dans ce cadre, les institutions doivent être « remaniées et renforcées », M. Guterres a estimé que la COVID-19 illustrait « les carences incontestables de notre système multilatéral ». En effet, a-t-il déploré, « lorsque les pays choisissent de faire cavaliers seuls, le virus gagne du terrain ». Appelant à une « approche rationnelle et équitable de la vaccination » pour réduire le nombre de décès évitables, il a reconnu les difficultés rencontrées pour mobiliser les ressources nécessaires afin que le vaccin « devienne un bien public mondial, d’accès universel et d’un co슩t abordable ».

« Il nous faut d’urgence des institutions multilatérales qui soient en mesure d’agir de manière décisive, sur la base d’un consensus mondial, pour le bien de la planète », a-t-il lancé, réclamant une meilleure représentation des pays en développement, « afin que toutes les parties aient leur place proportionnelle à la table mondiale ».

Avant de conclure, le Secrétaire général a indiqué qu’à l’occasion de cette réflexion sur l’avenir de la coopération multilatérale et le monde post-COVID-19, ouverte par la déclaration de l’Assemblée générale sur le soixante-quinzième anniversaire de l’ONU, il présenterait ultérieurement des analyses et des recommandations, avec « la solidarité pour fil conducteur ».

M. MOUSSA FAKI MAHAMAT, Président de la Commission de l’Union africaine (UA), a déclaré que la réponse apportée à la pandémie de COVID-19 jusqu’à présent avait démontré que la santé de l’espèce humaine était une question de paix et de sécurité de premier ordre. Les ravages résultant de la pandémie sont incommensurables, a-t-il ajouté, en rappelant que des centaines de millions de gens à travers le monde étaient désormais exposés à la précarité, à la pauvreté, et à l’insécurité et livrés à de nombreuses incertitudes.

Dans ce contexte, l’aide de la communauté internationale s’est trouvée limitée par les restrictions imposées aux transports aériens et maritimes, a observé M. Mahamat, qui a souligné l’impact de cette situation pour l’Afrique: les groupes armés et les organisations terroristes l’ont exploitée pour intensifier leurs activités criminelles, comme l’illustre la situation dans le bassin du lac Tchad, s’est-il alarmé. M. Mahamat a aussi dénoncé les multiples violences sexuelles et sexistes visant la population civile.

M. Mahamat s’est donc félicité de l’adoption de la résolution 74/270 par l’Assemblée générale et de la résolution 2532 (2020) du Conseil de sécurité. Pour sa part, face à cette pandémie, l’Union africaine et ses différents organes, en particulier sa structure technique, ont su faire preuve d’une remarquable efficacité, a estimé le Président de la Commission. Le vrai message de l’Afrique, a-t-il ajouté, est de vous inviter à « mettre en synergie créatrice nos intelligences » au service d’un multilatéralisme revitalisé et d’une gouvernance mondiale efficace et équitable.

M. MAHAMADOU ISSOUFOU, Président du Niger, a estimé que la crise engendrée par la pandémie de COVID-19 était l’occasion de repenser la gouvernance mondiale pour répondre aux défis globaux. Dans ce cadre, a-t-il précisé, la priorité doit porter sur la gouvernance politique. Rappelant l’appui de son pays aux efforts du Secrétaire général en faveur d’une réforme de l’ONU et de l’instauration d’un ordre mondial plus démocratique, M. Issoufou a plaidé pour que toutes les régions du monde soient représentées de manière équitable au Conseil de sécurité, que son pays préside ce mois-ci. Pour le Niger, il importe également d’élargir le nombre des membres permanents et de réduire l’usage du droit de veto. Quant à l’Assemblée générale, il convient de rééquilibrer ses pouvoirs avec ceux du Conseil de sécurité.

Au regard des limites observées, il est également urgent de revenir sur les concepts de sécurité collective, a poursuivi le Président du Niger. En effet, la nature des conflits évolue et les missions de l’ONU doivent évoluer parallèlement. À l’influence croissante des organisations criminelles non étatiques et terroristes s’ajoute le risque de confrontation entre les États eux-mêmes, a relevé M. Issoufou, qui a réitéré son appel à une dénucléarisation de notre planète.

Évoquant ensuite l’aggravation des inégalités entre les pays et à l’intérieur de ces pays, M. Issoufou a constaté que l’écart entre les plus riches et les plus pauvres était aujourd’hui plus important qu’il ne l’était dans l’antiquité. Cette escalade est la plus grande menace à laquelle la communauté internationale doit faire face, a averti le Chef de l’État, pour qui la « main invisible » du marché ne peut corriger de tels déséquilibres. Pour y remédier, le Niger préconise l’instauration d’une taxe sur les transactions financières, voire d’un impôt sur le capital. Cela nécessite aussi une réforme de la Banque mondiale et de l’Organisation mondiale du commerce, a fait observer M. Issoufou.

Le Président du Niger a d’autre part jugé urgent de construire un monde sans pauvreté. Nous produisons suffisamment de richesses pour l’éradiquer, a-t-il assuré, voyant dans ce fléau le terreau du terrorisme et de la criminalité organisée. Pour M. Issoufou, l’institution d’un revenu universel de base pour chaque individu est une solution à envisager, à l’image de ce que fait le Niger avec ses transferts d’argent au bénéfice des plus vulnérables. La crise exige aussi un meilleur partage du travail et une réforme des institutions financières mondiales, a-t-il poursuivi, notant que l’Afrique concentre l’immense majorité des personnes vivant sous le seuil de pauvreté.

Enfin, le Président Issoufou a fait observer que, depuis le début de l’ère industrielle, notre modèle de développement agresse la nature. Cela a pour conséquence un réchauffement de la planète et la disparition d’un grand nombre d’espèces ces dernières années. Il a donc souligné l’urgence à mettre en œuvre l’Accord de Paris sur le climat, jugeant que les instruments mis en place au lendemain de la Seconde Guerre mondiale ne suffisaient plus pour faire face à de telles menaces. La pandémie marque la fin d’une époque et la nécessité de repenser notre système de sécurité collective, a-t-il conclu.

M. MATAMELA CYRIL RAMAPHOSA, Président de l’Afrique du Sud, a dit espérer que le Conseil de sécurité continuerait de jouer un rôle clef pour veiller à ce que cette pandémie ne vienne saper la paix et la sécurité à travers le monde. L’Afrique du Sud soutient, aux côtés de l’Union africaine, l’appel lancé par le Secrétaire général et l’ONU à un cessez-le-feu mondial et au renforcement de l’aide humanitaire au bénéfice des sociétés vulnérables, a-t-il poursuivi.

M. Ramaphosa a lancé un appel à lever les mesures de sanctions unilatérales pendant la durée de la pandémie afin de permettre aux pays visés de bénéficier de l’approvisionnement et de l’aide dont ils ont tant besoin. Il s’est dit convaincu que nous avons besoin d’un Conseil de sécurité qui reflète mieux les Nations Unies, dans le respect de l’égalité souveraine de tous les États. Devant les besoins économiques, sociaux et humanitaires criants « de nos pays », M. Ramaphosa a exhorté à agir pour réaliser, « avec un sentiment d’urgence », les objectifs de développement durable. Il a affirmé en conclusion l’importance de prioriser la coopération plutôt que l’unilatéralisme.

Mme KERSTI KALJULAID, Présidente de l’Estonie, a renouvelé le soutien de son pays à l’appel du Secrétaire général en faveur d’un cessez-le-feu mondial et a estimé que le développement technologique était le domaine qui nous aidait à maintenir la cohérence de notre monde post-COVID-19 et à continuer à coopérer les uns avec les autres.

Cette pandémie nous a montré que le monde du travail, de l’éducation, de la communication, des services a radicalement changé, a encore observé Mme Kaljulaid. « Que devons-nous faire maintenant? » Nous devons adapter notre modèle de gouvernance mondiale à ce que nous voyons dans le monde réel, ce qui constitue potentiellement « une opportunité en or » pour les pays cherchant à sauter le pas, ainsi que pour les personnes qui ont les compétences nécessaires pour participer au marché mondial des services, mais qui viennent de pays d’où il est difficile d’offrir ces services pour le reste du monde. Dans ce contexte, a ajouté la dirigeante, nous avons besoin d’une structure de gouvernance mondiale qui créera un environnement juridiquement favorable à tous ces développements.

M. KAÏS SAÏED, Président de la Tunisie, a jugé que le Conseil de sécurité devait jouer un rôle central pour faire face aux répercussions de la pandémie, notamment en ce qui concerne la paix et la sécurité internationales. Réaffirmant son appui aux initiatives du Secrétaire général et du Président de l’Union africaine, M. Saïed a averti que ces répercussions risquaient d’être ressenties pendant des générations et menaçaient d’accroître les tensions entre les puissances et d’affaiblir le multilatéralisme. De plus, a-t-il souligné, aucun pays n’est à lui seul en mesure de faire face à cet ennemi invisible et transnational.

Dans ce contexte, a poursuivi M. Saïed, la Tunisie, en coordination avec la France, a déposé un projet de résolution au Conseil de sécurité, insistant sur le fait que la lutte contre la COVID-19 exigeait davantage de solidarité internationale. Une réponse cohérente, coordonnée et collective sous la supervision de l’ONU est impérative, a-t-il argué, avant d’appeler à un cessez-le-feu immédiat et complet dans le monde entier, conformément à l’appel lancé le 23 mars par le Secrétaire général.

Pour la Tunisie, l’adoption de cette résolution a envoyé un message positif sur l’engagement du Conseil à lutter contre la COVID-19. Mais, a déploré M. Saïed, il a fallu quatre mois de négociations ardues pour y parvenir, ce qui témoigne des profondes divisions au sein de l’instance. Ce sont ces mêmes divisions qui ont entravé la capacité du Conseil à traiter de questions essentielles, telles que « la juste cause palestinienne », a poursuivi le Président. Il convient par conséquent d’accélérer le processus de réforme du Conseil afin qu’il devienne plus flexible.

Évoquant les conséquences directes et immédiates de la pandémie, M. Saïed a dit s’attendre à ce que les difficultés sociales et économiques provoquées par le virus soient les pires depuis le siècle dernier. Tous les indicateurs montrent que l’économie mondiale connaîtra une récession de plus de 5%, qui poussera des millions de personnes dans le chômage et la pauvreté, notamment dans les pays en développement, a-t-il rappelé. De tels facteurs peuvent alimenter les tensions, conduisant à un cycle de conflits.

Pour le Président de la Tunisie, les Nations Unies doivent aujourd’hui dépasser le concept traditionnel de sécurité, qui ne recouvre pas tous les risques auxquels l’humanité est confrontée. Nous devons élaborer de nouveaux concepts qui intègrent des menaces comme les pandémies, les changements climatiques et la cybercriminalité, a-t-il plaidé. L’ampleur des problèmes souligne l’importance de la solidarité pour lutter contre la pauvreté, tout en luttant sur le front environnemental. Ainsi, la Tunisie appelle la communauté internationale à continuer à apporter toute l’aide qui s’impose au continent africain, ce qui passe notamment par une restructuration de la dette étrangère.

Dans ce contexte, M. Saïed a appelé à davantage de sensibilisation quant à l’importance des valeurs humaines. « Il nous faut coopérer davantage pour instaurer un ordre plus juste et œuvrer de concert pour faire de cette crise un nouveau départ », a-t-il conclu.

M. WANG YI, Ministre des affaires étrangères de la Chine, a jugé urgent d’améliorer la gouvernance mondiale, laquelle doit refléter les réalités géopolitiques contemporaines. Aussi a-t-il formulé cinq propositions en ce sens, la première consistant à poursuivre le principe de consultations et de bénéfices partagés. Les menaces telles que la pandémie de COVID-19 se jouent des frontières et rendent indispensable de faire de chaque pays un acteur, un contributeur et un bénéficiaire de la paix dans le monde, a-t-il observé. Dans ce contexte, les pays en développement, particulièrement vulnérables, doivent être davantage écoutés.

Plus largement, le chef de la diplomatie chinoise a estimé que la communauté internationale devait se mobiliser pour répondre aux menaces sécuritaires non conventionnelles, comme les opérations terroristes ou les crises financières ou sanitaires. En outre, les pays les plus développés doivent « donner l’exemple » en apportant une plus grande contribution à la paix dans le monde, a préconisé le Ministre, pour qui il faut rejeter « la mentalité de la guerre et les préjugés idéologiques ».

M. Wang a ensuite préconisé de défendre le droit et les règles de base qui gouvernent les relations internationales, comme le respect de la souveraineté et le règlement des différends par des moyens pacifiques. Enfin, le rôle de l’ONU doit être promu, l’Organisation étant la plus apte à jouer un rôle dirigeant. Le Conseil de sécurité, qui est une composante essentielle du système de la gouvernance mondiale, doit quant à lui s’acquitter efficacement de ses responsabilités, en vertu de la Charte des Nations Unies, a conclu le Ministre.

M. SERGEY LAVROV, Ministre des affaires étrangères de la Fédération de Russie, a fait valoir que, face à la pandémie qui frappe le monde, il importait de tirer les leçons et les bonnes conclusions. Cette crise, a-t-il dit, a mis en évidence l’interdépendance de tous les États dans tous les domaines de la vie sociale. À la menace de la COVID-19 s’ajoutent celles du terrorisme et du risque de prolifération des armes de destruction massive, a-t-il souligné, notant que personne ne pouvait s’y soustraire. Cela signifie, selon lui, qu’il faut y répondre ensemble.

Malheureusement, a poursuivi le Ministre, cette crise n’a pas effacé les différences de vues intergouvernementales. De nombreux pays ont la tentation croissante de chercher à l’étranger des coupables pour leurs propres problèmes internes. Malgré la situation actuelle, on voit perdurer les sanctions unilatérales, a-t-il déploré, appelant à la levée des restrictions qui touchent selon lui les couches les plus faibles des populations et limite leur accès aux soins médicaux.

D’après le chef de la diplomatie russe, la proposition faite par le Président Putin, en avril devant le G20, en faveur de « couloirs verts » sans sanction reste d’actualité. Pourtant, a-t-il regretté, certains restent sourds aux besoins de tous les pays. La Russie considère pour sa part que les actions doivent être concertées, sous l’égide de l’ONU, enceinte irremplaçable pour le dialogue. À cet égard, M. Lavrov a qualifié d’injustes les attaques récurrentes portées contre l’ONU et ses agences spécialisées, à commencer par l’OMS. À toutes les étapes de la crise, celle-ci a réagi avec professionnalisme, en contact étroit avec tous les États Membres, a salué le Ministre.

M. Lavrov a ensuite confirmé que la Russie, qui met au point son propre vaccin Spoutnik, est prête à coopérer dans le domaine épidémiologique avec tous les pays. Le Président Putin a en outre proposé d’organiser une conférence de tous les pays qui travaillent à l’élaboration d’un vaccin, a-t-il indiqué, estimant que la pandémie nous mettait devant un choix: se refermer sur soi ou travailler ensemble. Cette deuxième option nécessite de faire preuve de volonté politique, notamment au sein du Conseil, a fait observer M. Lavrov, qui a rappelé l’initiative russe visant à convoquer un sommet des cinq membres permanents -le « G5 »- quand la situation sanitaire permettra la tenue physique d’une telle réunion. Lors de sa présidence du Conseil, en octobre, la Fédération de Russie mettra l’accent sur le renforcement de la coopération et sur le respect des buts et principes de la Charte des Nations Unies, a conclu M. Lavrov.

M. LOUIS STRAKER, Vice-Premier Ministre et Ministre des affaires étrangères et du commerce international de Saint-Vincent-et-les Grenadines, a estimé que le chevauchement des risques sanitaires, socioéconomiques, politiques et sécuritaires précipités par la pandémie de COVID-19 avait placé le système multilatéral devant son défi le plus complexe depuis la Seconde Guerre mondiale. « La COVID-19 a mis à nu le fait incontestable que les défis complexes d’aujourd’hui ne seront pas résolus par des stratégies militaires et a donné la preuve irréfutable que, dans notre monde de plus en plus interconnecté, le développement inégal des économies, des systèmes de santé et des institutions de gouvernance produit des vulnérabilités collectives », a analysé M. Straker. À cet égard, nous pouvons et nous devons faire mieux pour renforcer les capacités des plus vulnérables d’entre nous et promouvoir l’inclusion, la paix et la résilience conformément au Programme de développement durable à l’horizon 2030. Cela reste le principal modèle pour un monde pacifique, juste et s슩r.

Dans ce contexte, le Vice-Premier Ministre a souligné le besoin de modalités de financement du développement plus prévisibles et fiables. Il a réitéré les appels déjà lancés aux pays développés pour qu’ils honorent leurs engagements en matière d’aide publique au développement et pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. « Pour ceux qui subissent les effets des aléas climatiques, cette défaillance des grands émetteurs constitue un acte d’hostilité. D’Haïti à la Corne de l’Afrique en passant par le Moyen-Orient, les implications des changements climatiques sur la paix et la sécurité doivent être pleinement reconnues et résolument prises en compte », a mis en garde M. Straker. En outre, alors que débute la décennie d’action pour accélérer les objectifs de développement durable, des stratégies intégrées et cohérentes qui rassemblent tous les organes et institutions spécialisées des Nations Unies, dans le cadre de leurs mandats respectifs, sont nécessaires d’urgence, a-t-il recommandé.

M. JEAN-YVES LE DRIAN, Ministre de l’Europe et des affaires étrangères de la France, a déclaré que le mot d’ordre du monde d’aujourd’hui était « interdépendance ». Selon lui, les États doivent resserrer les rangs et mettre à profit l’interdépendance des défis actuels. Il a ajouté que le Conseil avait un rôle central à jouer à cet égard. Faisant écho à l’appel lancé par le Secrétaire général en faveur d’un cessez-le-feu mondial adopté par le Conseil de sécurité dans la résolution 2532 (2020), le Ministre a averti que, tout en s’attaquant à la crise des soins de santé, les pays ne devaient pas perdre de vue les autres grands défis qui se posent. Rappelant l’universalité des droits de l’homme, il a affirmé qu’il ne saurait y avoir de place pour le « relativisme » ou pour les tentatives visant à les faire reculer, même dans le cadre d’une situation d’urgence.

Le chef de la diplomatie française a ensuite appelé les nations à rester sur leurs gardes face à de telles érosions, soulignant en particulier la nécessité de garantir le respect des droits reproductifs des femmes. Simultanément, les traitements et vaccins contre la COVID-19 doivent être considérés comme des biens communs, a déclaré M. Le Drian, qui a apporté son soutien au travail de l’OMS ainsi qu’à la création d’un projet de Haut Conseil pour la santé humaine et animale. Il appartient à la communauté internationale d’ancrer sa reprise de l’après-pandémie de COVID-19 dans la poursuite du développement durable, a-t-il ajouté, plaidant également pour une réforme du Conseil de sécurité qui élargirait la représentation des nations africaines et interdirait l’exercice du droit de veto dans les situations marquées par des atrocités de masse.

M. PHAM BINH MINH, Vice-Premier Ministre et Ministre des affaires étrangères du Viet Nam, a déclaré que les mécanismes multilatéraux mondiaux et régionaux devaient être renforcés, l’ONU devant servir d’« incubateur » aux initiatives de coopération multilatérale pour la paix, le développement et la prospérité. D’autres réformes devraient être entreprises pour faire de l’ONU une organisation plus forte et efficace, capable de remplir son rôle d’harmonisation des intérêts et des comportements des États face aux changements monumentaux de notre temps.

Le Vice-Premier Ministre a par ailleurs appelé à la levée des sanctions unilatérales, qui nuisent au développement socioéconomique des nations et aux moyens de subsistance de la population, en particulier l’embargo imposé à Cuba. Selon lui, la pandémie de COVID-19 exige des engagements plus forts pour promouvoir un développement durable, inclusif et centré sur l’homme.

Dans la lutte contre la COVID-19, et malgré les difficultés, le Viet Nam, s’est enorgueilli M. Minh, a enregistré des résultats positifs et remarquables. « Nous avons réussi à contenir la pandémie tout en favorisant le développement social et économique », s’est-il félicité. Par solidarité internationale, le Viet Nam s’est en outre engagé dans la coopération et le partage d’expériences avec de nombreux pays, y compris le soutien apporté aux personnes les plus touchées par la pandémie et aux efforts internationaux communs.

En tant que membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies pour la période 2020-2021, le Viet Nam promeut le dialogue, la désescalade des tensions et de la confrontation, et des solutions justes et raisonnables aux problèmes de paix et de sécurité régionaux et mondiaux, a aussi assuré le Vice-Premier Ministre.

Et en tant que président de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) pour l’année 2020, le Viet Nam travaille avec ses autres États membres pour construire une région de paix, d’amitié et de coopération, afin de concrétiser la vision de l’ASEAN en tant que communauté politiquement cohérente, économiquement intégrée et socialement responsable. En collaboration avec les pays à l’intérieur et à l’extérieur de la région, nous nous engageons à maintenir et à promouvoir la paix, la stabilité, la sécurité et la s슩reté maritimes et la liberté de navigation dans la mer de l’Est (mer de Chine méridionale), conformément au droit international, en particulier à la Convention des Nations Unies de 1982 sur le droit de la mer, a assuré M. Minh. « Nous appelons toutes les parties concernées à faire preuve de retenue, à éviter les actes unilatéraux qui compliqueraient la situation et à régler les différends par des moyens pacifiques dans le respect des processus diplomatiques et juridiques », a-t-il encore ajouté.

M. PHILIPPE GOFFIN, Ministre des affaires étrangères de la Belgique, a mis l’accent sur les impacts dévastateurs de la pandémie de COVID-19 dans les domaines économique, social et sanitaire. Il a notamment averti que les campagnes de vaccination étaient fortement perturbées par cette crise et que de nombreux enfants étaient susceptibles de mourir du fait de cette négligence. Le Ministre a regretté à cet égard que la méfiance et la désinformation sapent les discours de santé publique.

M. Goffin a d’autre part constaté que des groupes armés profitent de cette situation pour déstabiliser des régions entières. Les conséquences de cette crise mondiale se font surtout sentir chez les groupes vulnérables, notamment les femmes, les enfants, les réfugiés et les personnes déplacées, a poursuivi le Ministre, qui a évoqué une aggravation des inégalités et un très lourd co슩t humain.

Dans ce contexte, M. Goffin a dit partager l’appel du Secrétaire général en faveur d’une coopération accrue et d’une réforme de la gouvernance mondiale. La Belgique soutient également l’appel de M. Guterres pour un cessez-le-feu mondial et immédiat ainsi que les autres initiatives du système onusien pour répondre à la crise de la COVID-19 sur le terrain. La Belgique exhorte en outre tous les États à partager des données précises avec l’OMS afin de garantir l’efficacité de la réponse sanitaire. Rappelant qu’elle a contribué à hauteur de 22 millions d’euros à ces efforts, la Belgique a aussi tenu à souligner que l’Union européenne dans son ensemble participait grandement à la solidarité internationale pour soutenir les pays les plus frappés.

Face à ce défi énorme, le monde ne peut se permettre une fracture géostratégique, a relevé M. Goffin. Sa réponse doit être fondée sur la confiance et la volonté politique, ce qui nécessite du Conseil qu’il améliore ses méthodes de travail. En effet, a constaté le Ministre, nous avons mis trop de temps pour adopter la résolution 2532 (2020). Pour la Belgique, le Conseil doit aussi réfléchir à une adaptation de ses missions de paix, sans quoi ses décisions risquent de devenir moins conséquentes. Cette crise est aussi une crise sécuritaire, de protection et des droits humains, a souligné en conclusion M. Goffin, qui a appelé à « faire davantage et ensemble ».

M. TARIQ AHMAD DE WIMBLEDON, Ministre d’État pour l’Asie du Sud et le Commonwealth du Royaume-Uni, a considéré que la crise de la COVID-19 avait certes rapproché la communauté internationale, comme en témoigne l’Alliance du Vaccin GAVI, mais qu’elle nous avait aussi séparés, en mettant à l’épreuve notre système international. Il est donc de notre intérêt collectif qu’un système multilatéral renforcé émerge de la situation actuelle. Alors que des centaines de millions de personnes sont confrontées à l’insécurité alimentaire, le Royaume-Uni, a annoncé le Ministre, a versé cette année 150 millions de dollars qui viennent s’ajouter au milliard de dollars déjà versés au niveau international pour lutter contre la famine.

Le Ministre d’État a tenu à assurer que son pays défendait les valeurs de la Charte des Nations Unies. Alors que nous célébrons le soixante-quinzième anniversaire de l’Organisation, nous devrions veiller à ce que celle-ci soit mieux armée pour lutter contre les menaces complexes qui se multiplient aujourd’hui, a-t-il conclu.

M. NIELS ANNEN, Ministre d’État au Ministère fédéral des affaires étrangères de l’Allemagne, a observé que la communauté internationale se trouvait « à la croisée des chemins » pour ce qui est de la gouvernance mondiale. « Si l’un d’entre nous échoue, nous échouerons tous », a-t-il averti.

Afin d’empêcher que ne surviennent des crises comme celle de la COVID-19, des institutions fortes sont nécessaires, a estimé le Ministre d’État. Dans le cadre de la réforme des Nations Unies qu’elle appelle de ses vœux, l’Allemagne estime que des principes de base doivent être défendus, notamment ceux qui président à la Charte de l’Organisation. Mais il faut aussi faire preuve d’innovation pour relever les défis d’aujourd’hui. Or, a constaté M. Annen, le Conseil a perdu en confiance et n’a pas été en mesure de s’exprimer clairement face à la COVID-19. De fait, lorsqu’il est considéré comme étant une « brochette de grandes puissances », nous y perdons tous, a affirmé M. Annen, préconisant une réforme de l’instance pour qu’elle ne perde pas en pertinence.

La protection de la santé ne sera possible que si l’OMS est renforcée de manière durable, a en outre estimé le Ministre d’État. La pandémie doit être l’occasion de relever les défis de l’OMS dans le domaine de la santé, et ce, même si aujourd’hui « nos attentes dépassent ses capacités ».

En outre, a poursuivi M. Annen, nous devons faire plus en matière de prévention des crises et de leurs catalyseurs, tels que les changements climatiques. Pour cela, il importe de défendre le multilatéralisme, dont l’avenir dépend en partie du « rôle fort » joué par l’Union européenne. En tant que membre de l’ Union européenne, l’Allemagne continue d’appuyer les Nations Unies et les approches conjointes pour faire face aux défis de la communauté mondiale et appelle à « investir dans ce système et dans sa légitimité ».

M. MAHENDRA SIREGAR, Vice-Ministre des affaires étrangères de l’Indonésie, a rappelé que l’ONU avait, depuis le début de la pandémie, utilisé tous les outils à sa disposition pour y répondre, notamment en lançant un appel au cessez-le-feu mondial et un plan mondial de réponse humanitaire. De son côté, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté à l’unanimité la résolution 2532 (2020), qui contient des dispositions importantes pour lutter contre la COVID-19.

Pour M. Siregar, le Conseil devrait continuer à jouer un rôle important, en continuant de surveiller les engagements pris pour respecter le cessez-le-feu, en soutenant les efforts des opérations de l’ONU sur le terrain pour aider les pays hôtes, en garantissant l’acheminement de l’aide humanitaire et en veillant à ce que les progrès obtenus dans la consolidation de la paix ne subissent pas de revers.

Il faut cependant noter que le Conseil de sécurité n’est pas le seul organe de l’ONU doté d’une compétence pour s’attaquer à cette crise, a tempéré le Vice-Ministre, pour qui tous les organes des Nations Unies doivent faire preuve de coordination à cet égard. Or, bien qu’une réponse internationale urgente et coordonnée soit plus que jamais nécessaire, les frictions peuvent malheureusement renforcer les facteurs qui rendent de nombreux organes des Nations Unies dysfonctionnels, au risque d’entraîner une nouvelle érosion de la confiance dans les institutions mondiales, a prévenu M. Siregar. Certains peuvent même plaider pour une refonte totale des principes et des engagements envers le système de gouvernance mondiale, a-t-il observé.

Pourtant, a rappelé le Vice-Ministre, il n’existe actuellement aucune structure alternative à l’ONU pour mieux coordonner la réponse mondiale à la pandémie ou à d’autres calamités mondiales. C’est pourquoi il a conclu en plaidant pour l’élaboration d’une stratégie globale à long terme de relèvement et de résilience.

« Honte à chacun de vous »: c’est par ces mots que la délégation des États-Unisadébuté son intervention, se disant à la fois « étonnée » et « dégo슩tée » par le contenu du débat d’aujourd’hui. « J’ai vraiment honte de ce Conseil, dont certains membres ont saisi l’occasion pour cultiver les rancunes politiques », a poursuivi la délégation. « Mon Dieu. Je suis déçue au nom des gens auxquels vous essayez de venir en aide, en gaspillant cette opportunité à des fins politiques. Le président Trump l’a dit très clairement, nous ferons tout ce qui doit être fait, même si c’est impopulaire, car, laissez-moi vous dire que ce n’est pas un concours de popularité. Ceci dit, j’ai l’intention de rendre mes remarques aujourd’hui responsables et adaptées au sujet à l’ordre du jour », a affirmé la représentante.

Les États-Unis n’ont pas ménagé leurs efforts de lutte contre la COVID-19, tant au niveau national qu’à l’étranger, a affirmé la délégation. Cela s’est traduit par d’énormes investissements dans le traitement et les soins, ainsi que par l’activation d’un effort national pour développer des vaccins, des actions qui « ont sauvé d’innombrables vies et permis d’envisager la perspective de mettre fin rapidement à la pandémie ».

À ce jour, nous avons également alloué plus de 20 milliards de dollars au profit de la réponse internationale, y compris pour développer des vaccins, des traitements et des infrastructures de santé, ont affirmé les États-Unis. Pour eux, « ce financement, fourni par de généreux contribuables américains, sauve des vies dans plus de 120 pays à travers le monde ». En outre, les États-Unis ont dit avoir contribué à hauteur de plus de 900 millions de dollars à la réponse de l’ONU, « de loin la plus importante de tous les États Membres à ce jour ». La délégation a cité notamment cinq États actuellement membres du Conseil de sécurité: le Niger (4,6 millions de dollars), l’Afrique du Sud (8,4 millions), l’Indonésie (5 millions), le Viet Nam (9,5 millions), la Tunisie (600 000 dollars).

Il n’est pas toutefois possible qu’un pays ou une poignée de pays répondent à la part du lion de ces besoins croissants, a ajouté la délégation. Alors que nous continuons à mobiliser des ressources, nous devons également renforcer l’appel lancé par le Secrétaire général en faveur d’un cessez-le-feu mondial et soutenu par le Conseil de sécurité dans la résolution 2532 (2020), « étant entendu que les efforts légitimes et nécessaires de lutte contre le terrorisme se poursuivront ».

Malheureusement, les premiers signes de respect de l’appel du 23 mars dans les zones de conflit ont commencé à céder la place à une escalade de la violence, a regretté la délégation. Les États-Unis condamnent dans les termes les plus forts les organisations terroristes qui ont profité de cette situation difficile et appellent les États qui commanditent le terrorisme, « notamment la République islamique d’Iran », à cesser définitivement et complètement de financer et d’armer des terroristes à travers le monde.

À propos de origines de la pandémie, la délégation a rappelé les propos du Président Trump dans son allocution à l’Assemblée générale mardi, qui a annoncé son intention de « demander des comptes à la nation qui a déclenché ce fléau dans le monde: la Chine ». La décision du « Parti communiste chinois » de dissimuler les origines de ce virus, d’en minimiser le danger et de supprimer la coopération scientifique a transformé une épidémie locale en pandémie mondiale, a-t-elle affirmé. Pour les États-Unis, les actions du « Parti communiste chinois » prouvent que tous les États Membres ne sont pas également attachés à la santé publique, à la transparence et au respect de leurs obligations internationales.

Nous devons tous nous engager à nouveau à un partage complet et rapide des données de santé publique les uns avec les autres, a poursuivi la délégation, pour qui le danger posé par les organisations internationales « corrompues » est tout aussi troublant. La réputation de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) est « en lambeaux » aujourd’hui après qu’elle a aidé la Chine à mentir au reste du monde, ont encore affirmé les États-Unis. À ce jour, les scientifiques du monde n’ont toujours pas une compréhension complète des origines, des caractéristiques et de la propagation du virus, « une compréhension que seul le Parti communiste chinois peut fournir », ont-ils allégué. Ce manque d’indépendance, de transparence et de responsabilité est la raison pour laquelle le Président Trump a pris la décision de retirer les États-Unis de l’OMS, a justifié la délégation, en réitérant l’appel de Washington à réformer cette organisation.

Pour la République dominicaine, la crise de la COVID-19 est la plus importante depuis la fondation de l’ONU et une menace pour la paix et la sécurité internationales. Elle risque d’engendrer de nouveaux conflits et de remettre en question les progrès réalisés dans le domaine du développement, a ajouté la délégation, qui a constaté que ce choc mondial avait mis à nu les failles du système structurel de l’ONU.

Pour y faire face, nous avons besoin d’un multilatéralisme efficace et inclusif, a prôné la délégation. Il convient, selon elle, de proposer une réponse basée sur le principe de solidarité et prenant en compte les besoins des plus faibles. Il importe également de faciliter les efforts du Secrétaire général et de l’OMS dans la coordination d’une réponse internationale, avec le concours des États et de la société civile. La pandémie ayant fait apparaître un problème d’accès aux services de base, notamment pour les plus vulnérables, il est aussi essentiel de développer la résilience des communautés. Nous devons travailler directement avec elles et avec ceux qui œuvrent pour la paix au niveau local, a plaidé la délégation.

Cependant, a relevé la République dominicaine, les politiques nationales à elles seules ne suffisent pas. Face à la polarisation politique croissante et aux tensions géopolitiques qui remettent l’ordre international en question, des efforts doivent être déployés pour renforcer le multilatéralisme. Pour la délégation, il est ainsi urgent d’investir dans le développement, de garantir la sécurité d’Internet et de lutter plus efficacement contre la cybercriminalité. Cela suppose une coopération internationale sans précédent et le renforcement de l’interaction du Conseil de sécurité avec d’autres organes des Nations Unies, a-t-elle souligné. Avant de conclure, la délégation a souhaité la mise en place d’un système de reddition des comptes pour garantir la mise en œuvre effective du cessez-le-feu mondial, conformément à la demande de la résolution 2532 (2020).

La Chine a repris la parole pour se plaindre des propos tenus par la délégation des États-Unis, dont les points de vue exprimés aujourd’hui étaient selon elle « sans rapport avec le sujet à l’ordre du jour ». Elle a rejeté les attaques dont son pays a fait l’objet, en pointant du doigt la désinformation américaine visant Beijing.

« Ça suffit », a tranché la délégation, « vous avez généré suffisamment de problèmes à travers le monde ». Le peuple chinois s’est uni dans sa lutte contre la pandémie aux niveaux national et international. Pourquoi les États-Unis ont-ils, face à la pandémie, « la moitié des morts au niveau mondial » alors qu’ils disposent d’une technologie de pointe et d’une science avancée? Dans ce pays, ce sont les minorités qui souffrent le plus de la pandémie, a observé la Chine. Les États-Unis devraient comprendre qu’accuser autrui, pointer du doigt, mentir, induire en erreur ne leur permettra pas de résoudre leurs propres problèmes. Isolés face à la communauté internationale, ils doivent se réveiller, ouvrir les yeux, cesser leur manipulation politique en se concentrant sur la lutte contre la COVID-19 sur leur territoire, en coordination avec l’OMS. Les États-Unis se présentent toujours comme une « force du bien », mais il est temps pour eux de s’acquitter de leurs responsabilités en vertu du droit international, plutôt que de privilégier la voie de l’exceptionnalisme, de nourrir les confrontations, d’imposer leur monopole pour endiguer les progrès technologiques d’autres pays, a conclu la délégation chinoise.

Reprenant à son tour la parole, la Fédération de Russie a déploré que les États-Unis aient choisi cette réunion pour accuser « de façon infondée » l’un des membres du Conseil. Nous n’avons pas compris en quoi consistaient ces accusations, a-t-elle indiqué, renvoyant aux propos du Ministre Lavrov à cet égard. Observant que la délégation américaine avait prôné l’unité et non la division, la délégation s’est étonnée que son discours ne corresponde pas à un tel appel. La tragédie actuelle n’a pas apaisé les tensions mais les a aggravées, a-t-elle ajouté. Plusieurs pays ont cherché à pointer du doigt l’étranger. Certains profitent aussi de la situation pour satisfaire leurs intérêts à court terme ou régler des comptes, a poursuivi la délégation russe, jugeant « injuste » d’attaquer le système de l’ONU et ses agences spécialisées, notamment l’OMS. Cette dernière a réagi de manière professionnelle, en contact étroit avec les États Membres, a-t-elle fait valoir.

L’Indonésie a rappelé à tous les membres du Conseil de sécurité ce qu’avait dit le Président de ce pays devant l’Assemblée générale lors de son débat général, à savoir qu’un monde sain et productif ne pourrait être réalisé que si notre engagement collectif est consolidé.

#COVID-19

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.

Full Story

Ecuador: 3W – COVID-19: Mapeo de organizaciones del Equipo Humanitario País (EHP) (a 15 de septiembre de 2020)

Fri, 25 Sep 2020 00:33:48 +0000

Descriptive text is not available for this image

Country: Ecuador
Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs

Please refer to the attached Map.

Descripción del producto

Esta infografía presenta los datos de la presencia operacional de los socios del EHP, así como los sectores en los cuales se encuentran trabajando.
El EHP y el Grupo de Trabajo para Refugiados y Migrantes (GTRM) trabajan de manera articulada, sin distinción de nacionalidad ni estatus migratorio.

Full Story

Benin: Evaluation finale de P4PII et P4PIII

Fri, 25 Sep 2020 00:10:22 +0000

Descriptive text is not available for this image

Country: Benin
Source: CARE

Please refer to the attached file.

RESUME

Le Bénin fait partie des pays en développement où la prévalence du retard de croissance au sein des enfants de moins de 5 ans est considérée comme étant très élevée (≥ 30%). Ce retard de croissance s’installe particulièrement au cours des 1000 premiers jours de vie. Des études ont montré qu’au Bénin, 72% des enfants de 6 à 59 mois et 58% des femmes en âge de procréer sont atteints d’anémie. Afin de prévenir la malnutrition parmi les enfants de 0 à 23 mois et les femmes en âges de procréer, CARE International Bénin/Togo a initié un programme intégré de nutrition dénommé « Nutrition au Centre ». Ce programme est le point de départ de la mise en oeuvre du projet P4P qui vient de boucler sa troisième phase. L’objectif principal de P4P III est de contribuer à réduire le retard de croissance et l'anémie chez les enfants de moins de 2 ans, et l'anémie chez les femmes en âge de procréer, en augmentant la disponibilité et l'accès équitable aux aliments d'origine animale et végétale à haute valeur nutritive. La présente étude vise à évaluer les résultats de P4P II dans les communes d’Adjohoun et Dangbo et de P4P III dans les 4 communes bénéficiaires que sont : Adjohoun, Dangbo, Covè et Djakotomey. Les informations ont été recueillies auprès de 475 couples mère-enfant de 6 à 23 mois en utilisant des entretiens individuels et des questionnaires, et auprès de 114 groupements bénéficiaires de P4P en utilisant un guide d’entretien. L’analyse des données collectées a été effectuée grâce au logiciel SPSS (version 21) et a permis d’obtenir des résultats chiffrés sous forme de tableaux et de graphiques.

Plus de la moitié des mères ne sont pas scolarisées dans Dangbo (52,1%), Adjohoun (61,3%) et Djakotomey (55,9%), alors que dans Covè, 53,4% sont scolarisées.Parmi les mères enquêtées, celles dont les ménages ont mis en place leur propre élevage à partir des produits P4P se retrouvent uniquement dans la commune de Dangbo et représentent 87% de celles appartenant aux groupements avicoles et 13% de celles appartenant aux groupements cunicoles. Les mères n’achètent pas systématiquement les produits de leur groupement. Cependant, des proportions élevées d’achat sont observées pour les produits coturnicoles à Covè (59,5% des mères) et pour les poissons à Dangbo (86,7%). La consommation constitue la principale utilisation des produits P4P achetés dans les groupements quelle que soient la spéculation et la commune. Cette consommation se fait très rarement (moins d’une fois/mois) ou rarement (1 à 3 fois/mois) dans toutes les communes et quelle que soit la spéculation.

Dans l’ensemble des quatre communes d’intervention : plus de la moitié des mères et leurs enfants de 6 à 23 mois ont atteint la diversité alimentaire minimum. Les proportions d’enfants ayant reçu le nombre de fréquence minimale des repas recommandés varient de 58,6 à 69,5% et celles ayant atteint le minimum alimentaire acceptable varient de 28,6 à 60,2%. Ces proportions sont nettement supérieures aux valeurs obtenues au niveau national, traduisant ainsi un impact très positif sur les pratiques d’alimentation des enfants de 6 à 23 mois dans les communes d’intervention de CARE Bénin/Togo. Le poisson représente l’aliment source de protéine le plus consommé par les enfants de 6 à 23 mois (64,7 à 83,1%) et leurs mères (81 à 94,9%) le jour précédant l’enquête quelle que soit la commune.

Les proportions de mères en sécurité alimentaire varient de 20,2 à 32,2% dans les quatre communes. Ces valeurs sont supérieures à celles obtenues dans les départements auxquels appartiennent les communes en utilisant l’Echelle d’Accès pour l’Insécurité Alimentaire des ménages. Elles suggèrent également une amélioration de la sécurité alimentaire des ménages bénéficiaires du projet P4P par rapport aux ménages non bénéficiaires.

La totalité des mères membres des groupements bénéficiaires du projet P4P ont accès aux services financiers informels grâce à l’arrivée du projet. Ceci a permis à de nombreuses mères de développer une activité génératrice de revenue dans les communes d’intervention à l’exception des mères de la commune de Covè.

En considérant la participation à la prise de décisions sur la gestion des ressources du ménage dans les communes, la majorité des mères décident, soit seules ou soit ensemble avec leur conjoint, de comment utiliser les revenus issus de leurs activités génératrices de revenus (85,4% à 100%) ; de l’utilisation des ressources financières pour l’épargne dans leurs ménages (73,1% à 94,9%) ; du choix de la structure d’épargne (79,6% à 93,1%) ; des ressources financières à allouer à l’alimentation (61% à 97,5%). Toutefois concernant la vente ou de l’achat des biens (motos, voiture, outils agricoles, etc.) appartenant au ménage, la scolarisation des enfants et des ressources financières à y allouer, ainsi que les ressources financières à allouer aux soins des enfants, c’est le mari seul qui décide pour 65,3% à 76,3% des mères dans la commune de Djakotomey ; tandis que la participation des mères à la prise de ces décisions est notée chez 57,2% à 92,5% des mères dans les communes de Dangbo, Adjohoun et Covè.

Concernant les risques d’entéropathie environnementale dans les communes de Covè et de Djakotomey, des efforts restent à fournir. En effet, les proportions des mères qui pratiquent le lavage des mains aux 5 moments critiques sont de 49,1% dans la commune de Covè et de 56,9% dans la commune de Djakotomey. Seulement 15,5% des mères déclarent laver les mains de leurs enfants aux trois moments critiques dans la commune de Covè, tandis que dans la commune de Djakotomey, cette proportion est de 57,6%. La plupart des mères enquêtées à Covè et à Djakotomey ne disposent pas d’enclos pour les animaux dans leur ménage (85,3 et 95,8%).

En général, la grande majorité des mères enquêtées dans les communes de Covè et de Djakotomey (93 à 100%) peut se rendre, toutes seules ; au marché pour acheter ou vendre des choses ; aller chercher de l’eau ; aller à des cours de formation, y compris des cours d'alphabétisation pour adultes ; aller au centre de santé (lorsqu’elles sont malades) ; aller à une réunion de la communauté ; aller chez des amis près de chez elles (dans le même village) ; aller à l’extérieur du village et aller à l'église ou à la mosquée. Néanmoins, des proportions élevées de mères de ces communes tolèrent les violences conjugales quand la femme sort sans informer son mari (45,8% et 56,9%), quand elle ne prend pas bien soin des enfants (53,4% et 62,1%) ou quand ou quand elle se dispute avec son mari (39,7% et 47,5%).

S’agissant de la disponibilité des produits P4P dans les groupements bénéficiaires, on remarque un groupement qui dispose de 120 têtes d’escargots dans la commune de Dangbo et un autre groupement qui dispose de 2000 têtes de poissons dans la commune d’Adjohoun, marquant ainsi une grande augmentation par rapport au nombre de têtes d’animaux initialement reçus. En général, les nombres de femelles actuellement disponibles sont plus importants que les mâles pour l’ensemble des spéculations. La vente et le partage entre membres sont les modes d’utilisation les plus courants dans les groupements. Toutefois, certains groupements se contentent uniquement, pour le moment, d’élever leurs animaux à cause de la petite taille de l’exploitation où par préférence. La plupart des groupements enquêtés ont rencontré des difficultés dans la conduite de leur élevage. Malgré cela, la majorité de ces groupements est satisfaite des interventions et souhaite continuer avec le même produit P4P dans les quatre communes.

Le projet P4P a démontré de nombreux résultats positifs et les acquis doivent être renforcés afin d’assurer leur enracinement au sein des communautés et la pérennisation. Des progrès ont été réalisé par CARE Bénin/Togo et ses partenaires en ce qui concerne la disponibilité des protéines, l’accès des ménages à ces protéines et la diversification de l’alimentation pour les membres des ménages. Il en est de même pour les pratiques d’hygiène indispensables pour la bonne utilisation des aliments par l’organisme. Néanmoins, la taille de l’exploitation mise en place par les ménages, les capacités d’approvisionnement alimentaire du ménage ainsi que les facteurs socioculturels continuent d’influencer la fréquence de consommation des aliments riches en protéines et la diversification alimentaire. L’insécurité alimentaire continue d’être un problème pour une tranche importante des ménages bénéficiaires des communes d’intervention du projet P4P, surtout dans la commune d’Adjohoun. D’autres défis restent également à relever tels que : les pratiques de lavage des mains des femmes et des enfants à tous les moments critiques, l’élevage des animaux en enclos, l’amélioration de la participation de la femme à la prise de décision sur la gestion des ressources du ménage.

Full Story

Report of the Secretary-General on the situation in the Sudan and the activities of the United Nations Integrated Transition Assistance Mission in the Sudan (S/2020/912) [EN/AR]

Thu, 24 Sep 2020 23:05:11 +0000

Descriptive text is not available for this image

Country: Sudan
Source: UN Security Council

Please refer to the attached files.

I. Introduction

1.The present report, submitted pursuant to Security Council resolution 2524 (2020), is the first 90-day report on the implementation of the mandate related to the United Nations Integrated Transition Assistance Mission in the Sudan (UNITAMS). The report covers political, security, socioeconomic, human rights and humanitarian developments in the Sudan from 3 June to 8 September 2020 and contains an update on the planning process for the establishment of the Mission. The suggested structure and geographical deployment of the Mission and the 90-day report on the African Union-United Nations Hybrid Operation in Darfur (UNAMID) are included as annexes to the present report.

II. Significant developments

Political situation

2.During the reporting period, the transitional Government continued to pursue ambitious political reforms, make progress in the peace process and tackle the rapidly deteriorating economic situation, while faced with rising pressure from the Sudanese population to meet its demands rapidly. The transitional Government largely implemented key transition benchmarks laid out in the August 2019 Constitutional Document, despite competing priorities and the added challenge of responding to the coronavirus disease (COVID-19) pandemic. Its achievements included amendments to the penal code, which will improve the protection of fundamental rights, the appointment of interim civilian governors in all 18 states and reaching a comprehensive peace agreement with some armed groups in Darfur and the Two Areas.

3.Amid continuing tensions between the military and civilian components of the Government, deepening divisions also emerged within the Forces for Freedom and Change (FFC) and the Sudanese Professionals Association (SPA), further fracturing the political landscape. SPA, the trade union umbrella organization prominent throughout the protests and during the country’s ongoing transition, split from FFC in June and has itself divided into factions. For FFC, the inability to reach a consensus has affected its influence and ability to make decisions. The resistance committees, which had initially struggled to turn their public support into political influence, emerged as a key political actor as demonstrations reignited across the country.

4.Marking the start of a period of increased protests, on 3 June, hundreds of people demonstrated in Khartoum on the first anniversary of the violent raid against peaceful protesters at the sit-in site outside the military headquarters. Protesters were critical of the body investigating the events of 3 June 2019 because of its repeated delays in releasing the findings. On 29 June, on the eve of mass protests, former National Congress Party leaders, including Ibrahim Ghandour, former Minister for Foreign Affairs of the Sudan, were arrested. On 30 June, hundreds of thousands of people demonstrated throughout the Sudan demanding faster reforms and greater civilian rule in the country’s transition towards democracy. While protesters’ demands varied in different areas of the country, they all renewed their calls for the transitional Government to speed up the implementation of the key political benchmarks of the Constitutional Declaration.

5.The demonstrations of 30 June were led by resistance committees, grass-roots-level neighbourhood groups linked through a national network, which have come to the fore as a new brand of political organization beyond traditional political parties. The main demands included the completion of the formation of the transitional Government, the appointment of civilian governors, the designation of the members of the legislative council and independent commissions, the conclusion of an agreement on a comprehensive peace, the conduct of defence and security sector reform, the carrying out of transitional justice and economic reforms that bring equality and justice, and the development of a roadmap for recovery and pro-poor development. On 9 July, in response to popular demands and following a performance assessment, the Prime Minister, Abdalla Hamdok, asked seven members of his cabinet to resign. Acting ministers were immediately appointed to serve until the appointment of new ministers, which was slated to happen after the signature of the peace agreement, scheduled for 2 October.

6.On 22 July, the Prime Minister appointed interim civilian governors for all 18 states, including two women, pending full appointments, which were expected to take place after the signing of the peace agreement in October. The interim appointments of several governors were contested including in Kassala, Gedaref, East Darfur and Northern Kordofan states. While the Sudanese Revolutionary Front (SRF) had initially agreed to the appointment of interim governors, it later criticized the appointment process, which, it stated, would lead to divisions and communal tension.

7.On 17 August, the one-year anniversary of the signing of the Constitutional Declaration, the resistance committees launched a new campaign of demonstrations in Khartoum with similar demands to those voiced at the protests of 30 June. The protesters clashed with police, which used tear gas and reportedly arrested 77 people. The protests themselves marked a more visible approach on the part of the resistance committees to voicing their dissatisfaction with the pace of the transition. Since 17 August, protests and daily marches have continued across the Sudan. In a speech delivered on his first anniversary in office, 21 August, the Prime Minister acknowledged that there were difficulties regarding the transition, including differences between the civilian and military components of the governing institutions on key reforms, particularly with regard to security sector reform, measures to deal with the economic crisis and the transfer of military-owned businesses to the Ministry of Finance and Economic Planning.

8.On 29 August, a peace agreement was reached between the transitional Government, the SRF alliance and the Sudan Liberation Army (SLA)-Minni Minawi faction, concluding nearly a year of negotiations mediated by the Government of South Sudan. Signatories under the SRF umbrella included the Justice and Equality Movement (JEM), the Sudan Liberation Movement/Transitional Council and the Sudan People’s Liberation Movement-North (SPLM-N) Malik Agar faction. The agreement includes a number of protocols and covers key issues related to security arrangements and the integration of combatants into the Sudanese army, land ownership, transitional justice, power-sharing and the return of displaced persons. The SLA-Abdul Wahid al-Nur faction did not participate in the Juba-based negotiations and has rejected the agreement.

9.On 3 September, the transitional Government and SPLM-N Abdelaziz Al-Hilu faction signed a joint agreement on, inter alia, principles for maintaining the cessation of hostilities throughout the peace process until security arrangements were agreed. In the agreement, the parties also affirmed that the future constitution should be based on the principle of separation of religion and State, in the absence of which the right to self-determination in the Two Areas must be respected. Mr. Al-Hilu himself has made it clear he remains committed to the Juba process as set out in the agreement on negotiation issues of 18 October 2019.

Full Story