ReliefWeb - Updates

ReliefWeb - Updates

Descriptive text is not available for this image

ReliefWeb - Updates

Commissioning of the new classrooms for Beulah College, Tongatapu

Thu, 26 Nov 2020 05:55:10 +0000

Country: Tonga
Source: Government of Tonga

26th November 2020 Australian High Commissioner to Tonga, His Excellency Adrian Morrison was the Guest of Honour at the commissioning of the new Industrial Arts (IA) Building for Beulah Adventist College today.

The new school building replaces the IA building, which was damaged by Tropical Cyclone Gita in 2018. There are three classrooms and a store room, at a value of TOP$627,467.37

This construction is under the Pacific Resilience Program (PREP) project led by the Ministry of Meteorology, Energy, Information, Disaster Management, Environment Climate Change and Communications (MEIDECC) and co-funded by the World Bank and the Australian Government.

It aims to contribute to the resilient and sustainable economic and social development of Tonga through strengthening: early warning; resilient investment; and financial protection.

The PREP project includes the retrofitting/repairing and reconstructing of school buildings which were damaged by Tropical Cyclone Gita that hit Tonga and ‘Eua in February 2018. There are 25 schools in the project, building 33 new buildings and repairing 10. It is a total of more than 110 classrooms in Tongatapu, ‘Eua and Vava’u and cost approximately TOP$28 million.

The Principal, Mrs Lolinitā Manuofetoa warmly welcomed the guests and conveyed her gratitute for their presence and said, “I am humbled to see before us the result of the financial support of the government and donor partners.”

The SDA Mission President, Saia Vaea stated that, “After Gita, our IA building was in a rubble, we were in the dark feeling cold. Our journey was not pleasant. Today marks the completion of our new IA building, what seemed to be a mountain, is today being levelled. It is not by might, not by power but by the spirit of the Almighty. We cannot thank God enough for this help through the World Bank, Government of Australia and the Government of Tonga.”

Mr. Paula Ma’u, the CEO for MEIDECC reported that, “*PREP is a Pacific regional program, which aims at strengthening early warning and preparedness; resilient investments or build back better; and financial protection against disasters.”* He described that, “This construction includes; a new building with 3 classrooms, which can accommodate 75 – 90 students. Two classrooms are separated by a sliding wall, which can be drawn to form one big classroom.”

Dr. Tangikina Moimoi Steen, the CEO for the Ministry of Education, shed light on the importance of IA by saying, “As an important component of TVET, the (IA) covers a wide range of skills and thereby provide instrument for continuing change and for capacity building of individual student. This IA building will certainly see current and future students of Beulah College trying out many innovative designs to develop their skills in the ever-growing range of arts in the discipline of IA. Creating, inventing and constructing; they are all crucial skills of IA and these skills will no doubt contribute to an economically sustainable lifestyle for the IA students here in Tonga as well as abroad.

The Guest of Honour, His Excellency Adrian Morrison acknowledged the collaborative efforts by saying, “May I acknowledge the role of Natalia Palu Latu and her team at the World Bank for getting us to this day. May I also congratulate all those who involve in building the new classrooms, the builder, Puloka Constructions and Cardno, the Managing Contractors and of course the hardwork of the Project Management Unit based at MEIDECC and the staff of the Ministry of Education and Training and the Ministry of Finance and National Planning and other government Ministries.”

The Vote of Thanks was delivered by the SDA Education Director, Mr. Fatongia Hopoate: “We have witnessed the answer to so many prayers we uplifted since Cyclone Gita. We had to postpone our TVET this academic year because we do not have the facility, but today, your Excellency and the representative from the World Bank, Beulah College is over the moon.”

A representative from Cardno,Mr. Paula Kava; Mr. Matani Puloka from the Puloka Construction Limited; Deputy CEO Ministry of Education, Mr. Ponepate Taunisila and representatives; Project Management Unit representatives; members of the clergy; SDA members; teachers and parents were also present to celebrate this milestone.

Cardno, the Managing Contractor, designed and supervised the construction. The builder was the Puloka Construction Limited.

END

For further information contact:
‘Elina Kaufusi Bloomfield, t: (676) 23-160, e: elinakb1466@yahoo.com.au
PREP Project Management Unit (PMU)
Level 4, OG Sanft Building, MEIDECC

Full Story

Guatemala: Reporte de Situación #2 - Fenómeno Tropical IOTA (22 de noviembre 2020)

Thu, 26 Nov 2020 05:36:52 +0000

Descriptive text is not available for this image

Country: Guatemala
Source: Ayuda en Acción

Please refer to the attached file.

I. Situación del País.

En 22 días Guatemala ha sufrido los efectos de dos fenómenos tropicales (ETA y IOTA) lo que ha provocado serios daños en infraestructura, vías de acceso y viviendas. Las familias en las zonas afectadas tienen daños considerables en sus medios de vida, lo que implica que no tendrán ingresos en los meses siguientes.

La evolución del fenómeno IOTA fue parecida al fenómeno ETA, generó fuerte lluvia en los mismos lugares.

La saturación de los suelos y el debilitamiento de la infraestructura incrementó la vulnerabilidad de las familias que viven en las zonas de riesgo antes inundación y deslizamientos. La -CONRED- ha consolidado los incidentes que provocaron los dos fenómenos en el país, para este nuevo evento reportan que hubo daños en el 100% de los departamentos. Por los daños en las vías de acceso ha sido fundamental el apoyo por vía aérea y el transporte de ayuda humanitaria por tierra hasta las cabeceras municipales. Con el apoyo de personas se ha movilizado la ayuda en vehículos 4x4 hacía las zonas de difícil acceso.

La -CONRED- generó una alerta para los municipios con amenaza por inundaciones por paso del fenómeno hidrometeorológico –iota- en la república de Guatemala, el cual fue trasladado a las autoridades municipales para que pudieran tomar acciones de prevención.

Full Story

Philippines: Super Typhoon Goni (Rolly) and Typhoon Vamco (Ulysses) Humanitarian Needs and Priorities (Nov 2020 - April 2021)

Thu, 26 Nov 2020 05:20:08 +0000

Descriptive text is not available for this image

Country: Philippines
Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs

Please refer to the attached file.

The Humanitarian Needs and Priorities document was launched on 9 November 2020 to address immediate and early recovery needs of the areas hardest hit by Super Typhoon Goni. It was subsequently revised and released on 26 November as this Super Typhoo Goni and Typhoon Vamco Humanitarian Needs and Priorities document, incorporating the needs of the people who were severely affected by Typhoon Vamco.

Key Figures

$52.6M FUNDING REQUESTED ($US)

28.1M PEOPLE IN SEVERELY AFFECTED AREAS

Typhoon Goni

PEOPLE IN NEED OF ASSISTANCE 845K

PEOPLE TARGETED FOR ASSISTANCE 260K

Typhoon Vamco

PEOPLE IN NEED OF ASSISTANCE 60K

PEOPLE TARGETED FOR ASSISTANCE 18.1K

Total

PEOPLE IN NEED OF ASSISTANCE 905K

PEOPLE TARGETED FOR ASSISTANCE 278.1K

Strategic Objectives

In supporting the government-led response to Typhoons Goni and Vamco, the country-based humanitarian partners under the Humanitarian Country Team (HCT) umbrella will focus on life-saving and time-critical recovery needs of people, especially women and girls, living in the hardest-hit provinces, Albay, Catanduanes and Cagayan. In line with government's invitation to coordinate collective efforts of country-based humanitarian partners to provide assistance, the HCT will, from November 2020 to April 2021:

  • Save lives by providing immediate, integrated humanitarian assistance and protection to those in the most urgent need;

  • Restore livelihoods and access to critical services to promote the rapid recovery of the most affected communities;

  • Address and advocate the specific needs of groups of people, based on gender, age, disability or other vulnerability criteria so that they are protected against violence and have equal access to humanitarian aid without discrimination.

Assistance will be delivered in a manner that minimizes the risk of COVID-19 for disaster-affected people. Necessary measures shall be taken to ensure that the zero-tolerance policy to sexual exploitation and abuse as stipulated in the Secretary General’s Bulletin ST/SGB/2003/13 is strictly observed

Situation Overview

On 1 November 2020, Super Typhoon Goni, the world’s most powerful tropical cyclone this year thus far, brought torrential rains, violent winds, mudslides and storm surges to Luzon.
The typhoon, locally known as Rolly, left extensive destruction and damage in its path, killing at least 25 people, injuring 399 and affecting 2 million people in 8 of the country’s 17 regions, as reported by the National Disaster Risk Reduction and Management Council (NDRRMC) and Department of Social Welfare and Development (DSWD). The typhoon left an estimated 845,000 people in need of assistance and protection.

Typhoon Goni was quickly followed by Tropical Storms Atsani (Siony) and Etau (Tonyo) that struck Luzon and Visayas from 5 to 8 November. Furthermore, Category-4 Typhoon Vamco (Ulysses) swept through central Luzon on 11 and 12 November, flooding tens of thousands of homes in Manila’s low-lying suburbs while causing floods and landslides in the country’s northern, agricultural provinces of Cagayan and Isabela. The national capital has not seen such devastating flooding since Tropical Storm Ketsana (Ondoy) of 2009 and Cagayan Valley has not experienced such ferocious deluge in four decades. As of 25 November, Typhoon Vamco has killed 73 people, injured 82 and affected 4.2 million people in almost the same 8 regions battered by Typhoon Goni. On 19 November, President Rodrigo Roa Duterte placed the entire Luzon under a state of calamity to facilitate swift relief and rehabilitation efforts in typhoon and flood-hit communities.

About 367,000 houses have been damaged or destroyed with two thirds of the destruction caused by Typhoon Goni, according to the DSWD report of 25 November. Most families which evacuated in early November have returned to their homes and are repairing their damaged houses. However, about 33,300 people remain displaced of which one third is staying in 181 evacuation centres and the rest with families or friends. They need immediate emergency shelter assistance and further shelter recovery support. Typhoon Vamco has displaced another 183,100 people who are taking shelter in 467 evacuation centres and with families or friends, though this figure is expected to decrease in the coming weeks as flooding recedes.

Full Story

Serbia: ICRC donates vehicle to Belgrade Delegation to Working Group on the Missing

Thu, 26 Nov 2020 04:24:27 +0000

Country: Serbia
Source: International Committee of the Red Cross

The ICRC Belgrade Regional Delegation recently donated a vehicle to the Belgrade Delegation to the Working Group (WG) on the Missing in Relation to the Events in Kosovo.

The donation is aimed at strengthening the technical capacities and working conditions of the Belgrade Delegation to the WG in their search for potential gravesites and other field work.

As a neutral intermediary and the Chair of the Working Group, the ICRC in July 2018 launched a five-year plan pertaining to the 10,281 people still missing as a consequence of the armed conflicts in the Western Balkans in the 1990s.

In the last two years, 311 cases of missing people have been solved across the region. In October 2020, the number of missing people in Western Balkans stood at 10,003. Out of the 6,064 people who went missing in relation to the Kosovo conflict, as many as 1,643 are still missing.

Full Story

DR Congo: Transcription de la conférence de presse ONE UN en RDC, le 25 novembre 2020 à Kinshasa

Thu, 26 Nov 2020 04:08:25 +0000

Descriptive text is not available for this image

Country: Democratic Republic of the Congo
Source: UN Organization Stabilization Mission in the Democratic Republic of the Congo

Please refer to the attached file.

La conférence de presse des Nations Unies était animée à partir de Kinshasa par Mathias Gillmann, porte-parole de la MONUSCO par intérim et coordonnateur du Groupe de communication des Nations Unies et depuis Goma, le Lieutenant-colonel Tabore Haidara Moctar, porte-parole militaire de la MONUSCO.

Porte-parole de la MONUSCO par intérim [Mathias Gillmann] : Bonjour à tous, merci aux auditeurs de Radio Okapi et bienvenue dans cette nouvelle conférence de presse des Nations Unies en République démocratique du Congo.

Avec nous depuis Goma : le porte-parole militaire de la Mission, le Lieutenant-Colonel Tabore Haidara Moctar ; et à mes côtés ici à Kinshasa, la Représentante d’ONU Femmes en RDC, Awa Ndiaye Seck, à l’occasion du lancement aujourd’hui de la campagne des 16 jours d’activisme contre les violences basées sur le genre.

Vous avez certainement vu la réaction de la Représentante spéciale du Secrétaire général en République démocratique du Congo et Cheffe de la MONUSCO, Leila Zerrougui, à la décision rendue lundi par justice militaire dans le procès de Ntabo Ntaberi Sheka, l’ancien chef du groupe armé Nduma Defense of Congo (NDC).

Il a été condamné à la prison à perpétuité pour crimes de guerre par meurtres, viols, esclavage sexuel, enrôlement d’enfants, pillage, destruction de biens et atteinte à l’intégrité physique.

Pour Madame Zerrougui, « ce verdict est source d’un immense espoir pour les nombreuses victimes des conflits en RDC : les souffrances ont été entendues et reconnues, l’impunité n’est pas une fatalité.

Il témoigne aussi de la détermination des autorités congolaises à poursuivre, avec notre soutien, la MONUSCO mais aussi les autres agences des Nations Unies, le combat judiciaire contre tous les criminels de guerre en République démocratique du Congo, passés et présents ».

Mme Zerrougui rappelle que « la lutte contre l'impunité est un combat au long cours, et il y a encore beaucoup à faire pour garantir la disponibilité des outils nécessaires à un système judiciaire efficace et pérenne en RDC ». « Mais des progrès importants ont été réalisés par la justice militaire congolaise et nous devons continuer à soutenir ces efforts de manière résolue pour envoyer un signal fort à tous ceux qui commettent encore aujourd’hui des crimes graves contre la population ».

Full Story

CAR: La MINUSCA appelle les parties prenantes à considérer les élections comme une occasion pour consolider la paix

Thu, 26 Nov 2020 03:44:45 +0000

Country: Central African Republic
Source: UN Multidimensional Integrated Stabilization Mission in the Central African Republic

La MINUSCA appelle toutes les parties prenantes à considérer les prochaines élections comme une occasion de consolider le processus démocratique et de transformer politiquement la crise que la Centrafrique traverse depuis plusieurs années en vue de solutions durables. « Alors que la Centrafrique avance résolument vers ces élections, la MINUSCA note avec une grande préoccupation une crispation et une tension croissantes au sein de la classe politique et de la société centrafricaines », a indiqué mercredi le porte-parole de la Mission, Vladimir Monteiro.

La MINUSCA rappelle le message du G5, dans son communiqué du 23 novembre, demandant aux responsables politiques et de la société civile à « respecter les institutions de la République ainsi que leurs décisions prises conformément à la Constitution », tout comme l’appel de la mission conjointe Nations unies-Union africaine-CEEAC, le 30 octobre dernier, exhortant toutes les parties prenantes et futurs candidats à « s’abstenir de tout acte, omission ou déclaration publique de nature à exposer les populations ou institutions à des menaces ».

Selon le porte-parole, le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies en RCA continuera à offrir ses bons offices, y compris en favorisant le dialogue entre tous les acteurs politiques, de façon inclusive, afin d’apaiser les tensions durant la période électorale, conformément au nouveau mandat de la MINUSCA adopté par le Conseil de sécurité le 12 novembre dernier. Le porte-parole a également précisé que la MINUSCA met en garde contre les conséquences graves que pourraient avoir des tensions sur la population civile, et souligne qu’aucune tentative de déstabilisation du processus électoral ne sera tolérée. « La MINUSCA exécutera pleinement son mandat de protection de la population civile et des institutions », a-t-il ajouté.

Lors de la conférence de presse, le Commissaire Divisionnaire, Guigma Hamadou, chef par intérim du pilier développement de la Police, a abordé la contribution de cette section à la reconstruction des forces de sécurité intérieure centrafricaines. « Cette reconstruction porte sur le renforcement des capacités, la réhabilitation et l’équipement des infrastructures, la reconstitution des équipements, l’amélioration ou le renouvellement des ressources humaines, l’amélioration du cadre légal, entre autres », a indiqué le Commissaire Divisionnaire.

Entre 2015 et 2020, la Police de la MINUSCA a apporté un soutien évalué à 1.636.799.089 de francs CFA, ayant permis de mettre sur pied 79 projets dont cinq projets Covid-19, le renouvellement et l’équipement de 32 commissariats de Police, 22 brigades de Gendarmerie et 24 unités spéciales antifraude, entre autres. « 95 projets ont été également réalisés conjointement avec le PNUD, la France, les Etats-Unis, l’Union européenne et d’autres partenaires, pour un montant de 6.942.157.896 de francs CFA depuis 2015 ».

En réponse aux journalistes concernant le rôle de la composante police de la MINUSCA dans le recrutement des policiers et gendarmes, ce responsable a affirmé que ce processus est différent cette année par ce qu’il y’a un transfert des compétences. « UNPOL est là pour accompagner le gouvernement centrafricain sur l’ensemble des activités, et c’est en partenariat avec les forces de sécurité intérieure que nous avons déterminé la large gamme des missions qui reviennent aux forces de sécurité intérieure, les thèmes sur lesquels il fallait renforcer les capacite des FSI ».

Le porte-parole de la Force, Lieutenant-Colonel Abdoul Aziz Fall, a pour sa part, déclaré que dans le cadre de son mandat de protection des populations civiles, la Force a mené un total 2765 de patrouilles, dont certaines conjointes avec les FACA, sur le territoire centrafricain durant la semaine écoulée. « Dans le centre du pays, ces patrouilles ont également permis la mise en place d’un dispositif de contrôle des mouvements des groupes armés » tandis que dans l’ouest le déploiement des forces, dans le cadre d’action de présence, se poursuit dans les zones reculées afin d’assurer la protection des populations, a ajouté le porte-parole de la Force.

Full Story

CAR: Renforcer les capacités des forces vives pour des élections apaisées en RCA

Thu, 26 Nov 2020 03:43:21 +0000

Country: Central African Republic
Source: UN Multidimensional Integrated Stabilization Mission in the Central African Republic

A travers une série de formations ciblées qui se tiennent du 17 au 26 novembre 2020 à Bangui, les jeunes leaders du Conseil national de la jeunesse (CNJ), leaders de la plateforme religieuse, les personnes vivant avec un handicap, artistes musiciens, comédiens, humoristes et animateurs radios sont informés sur le rôle clé qu’ils ont à jouer dans les prochaines élections en Centrafrique.

Comprendre le processus électoral, la procédure de vote et s’engager à prévenir les fausses rumeurs et les violences pendant les élections, tels sont les objectifs de cette campagne de sensibilisation qu’organise la MINUSCA, en collaboration avec l’Autorité nationale des élections (ANE).

Selon la présidente du CNJ, Pamela Derom, la jeunesse joue déjà sa partition à travers l’institution en son sein d’une commission d’éducation électorale. « Les jeunes sont les porte-voix de la société et leur participation effective et efficace (…) est attendue pour rajeunir la démocratie et promouvoir la paix durable », a-t-elle soutenu lors de la formation organisée à l’attention des jeunes, le mercredi 19 novembre 2020.

Pour les organisateurs, il est important d’outiller les acteurs de chaque corporation en mettant à leur disposition des contenus leur permettant de sensibiliser et d’informer la population sur le processus électoral, notamment la procédure de vote et la prévention de toutes les formes de violences lors de ce processus.

« Avec les participants, nous décortiquons le code électoral, le manuel de la sensibilisation et les techniques de mobilisation. Tous ces éléments mis cote a cote vont permettre leur permettre d’être suffisamment équipés afin d’aller travailler de manière efficace sur le terrain », a déclaré le Responsable de la Division communication de l’ANE, Albert Mbaya.

Le Chargé de mission du Ministère des arts et de la culture, Guigui Kelbi Touckia Georges Davy, a pour sa part exhorté les artistes « à la neutralité et à être du côté du peuple pour passer des messages de paix et de participation citoyenne ».

Des participants à l’image de Melchoir Omokonzoyen, un représentant des jeunes leaders religieux de la paroisse Notre-Dame de Fatima, ne cache pas sa satisfaction. « J’ai pu identifier mes lacunes et a l’issue de cette formation, je me sens prêt à aller sensibiliser mes jeunes frères qui ne sont pas encore entrés en possession des conduites à tenir pendant les élections », a déclaré le jeune garçon.

Les sensibilisations se sont poursuivies jusqu’au mardi 24 novembre 2020, avec les organisations de la société civile, les réseaux des femmes leaders, les jeunes et les femmes de la plateforme religieuse, entre autres, dans le but de mieux les impliquer dans le bon déroulement du scrutin présidentiel et législatif dont le premier tour est prévu pour le 27 décembre 2020.

Full Story

DR Congo: RD Congo : Le chef de guerre Sheka condamné à la prison à vie pour des atrocités

Thu, 26 Nov 2020 03:38:59 +0000

Country: Democratic Republic of the Congo
Source: Human Rights Watch

Son procès met en évidence des progrès, mais aussi des lacunes, dans le système de justice militaire

(Goma) – La condamnation par un tribunal militaire congolais du chef de guerre Ntabo Ntaberi Sheka et de deux co-accusés pour graves violations des droits humains constitue un pas important dans la lutte contre l’impunité en République démocratique du Congo, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui.

Le 23 novembre 2020, un tribunal militaire siégeant à Goma, dans la province du Nord Kivu, dans l’est du pays, a reconnu Sheka coupable de sept chefs d’inculpation de crimes de guerre commis par sa milice, le Nduma Defense of Congo (NDC), dans les territoires de Walikale et Masisi, en 2010, puis entre 2012 et 2014. Parmi les chefs d’accusation figuraient notamment le viol de masse et esclavage sexuel, meurtre, pillage et le recrutement d’enfants soldats. Quoique la condamnation de Sheka à la prison à perpétuité apporte une certaine mesure de justice à ses nombreuses victimes, son procès a laissé apparaître de graves lacunes, notamment le fait que les accusés n’ont pas le droit de faire appel du verdict, ainsi que la protection inadéquate des victimes et des témoins.

«* La condamnation de Sheka à l’emprisonnement à perpétuité marque un pas important dans la lutte contre l’impunité en RD Congo et témoigne du courage des survivants et activistes qui se sont battus pour obtenir justice malgré les risques encourus », a déclaré Thomas Fessy, chercheur principal pour la RD Congo à Human Rights Watch. « Alors que le gouvernement congolais se penche sur les mécanismes de justice transitionnelle, il devrait tirer les leçons – des réussites comme des lacunes – de ce long parcours judiciaire. *»

Le tribunal a également condamné un combattant du NDC, Jean-Claude Lukambo, alias «* Kamutoto », à 15 ans de prison pour insurrection et meurtre. Séraphin Nzitonda, surnommé « Lionceau *», ancien chef au sein des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) et allié du NDC de Sheka, a été déclaré coupable de crime contre l’humanité sous la forme de viol et condamné lui aussi à la prison à vie. L’infirmier de Sheka, Jean Ndoole Batechi, a été acquitté. Quatre autres co-accusés sont toujours en liberté.

Sheka et ses co-accusés ont été jugés par une cour militaire opérationnelle, qui n’accorde pas le droit de faire appel d’un verdict de culpabilité et d’une condamnation devant une instance judiciaire supérieure, ce qui est contraire à la constitution congolaise et représente une violation des normes internationales relatives aux droits humains. Pour se conformer aux standards internationaux en termes de procès équitable, le gouvernement congolais devrait garantir le droit d’interjeter appel à toute personne ayant comparu devant un tribunal civil ou militaire en RD Congo.

Human Rights Watch a coopéré avec deux défenseurs locaux des droits humains pour observer le procès depuis son commencement en novembre 2018, et s’est entretenu avec 13 victimes d’exactions, avocats, officiers de justice, responsables des Nations Unies et membres d’organisations non gouvernementales nationales et internationales. Human Rights Watch n’a pas encore obtenu copie du jugement, mais a assisté à l’audience du 23 novembre lors de laquelle le verdict a été annoncé.

Lors du procès, le panel de cinq juges a examiné des allégations selon lesquelles les combattants de Sheka, appuyés par deux autres groupes armés, avaient violé plus de 300 femmes et des dizaines de jeunes filles, ainsi qu’au moins 23 hommes et 9 garçons, dans 13 villages situés sur la route menant de Kibua à Mpofi, entre le 30 juillet et le 2 ao슩t 2010. Le procès a également couvert des attaques perpétrées entre 2012 et 2014, lors desquelles les combattants du NDC ont commis des meurtres, pillé des villages, incendié des habitations et recruté des enfants soldats.

Les enquêteurs ont été confrontés à d’énormes difficultés pour localiser les survivants, les enquêtes se déroulant pendant plusieurs années dans une zone de conflit actif. De nombreuses victimes identifiées au début des enquêtes ont d슩 par la suite se déplacer à cause de l’insécurité persistante et n’ont donc pas pu participer au procès. D’importantes pièces à conviction, comme des certificats médicaux confirmant des cas de viol, ont disparu ou ont été endommagées par les groupes armés.

Malgré l’appui de partenaires internationaux de la RD Congo, des failles dans le système de protection des victimes et des témoins ont suscité de graves préoccupations, a déclaré Human Rights Watch. Les enquêteurs ont interrogé plus de 290 victimes avant le procès mais seulement 11 d’entre elles ont témoigné lors des audiences, dont six anciens enfants soldats et deux survivantes de viols de masse. Bon nombre n’ont simplement pas pu se rendre au tribunal par crainte de représailles ou en raison d’intimidation, de menaces et de l’insécurité persistante. Plusieurs victimes qui ne devaient passer que quelques jours à Goma pour témoigner au procès, ont finalement d슩 y séjourner pendant des mois, les audiences étant reportées à plusieurs reprises, augmentant les risques pour leur sécurité.

Un ancien enfant soldat du NDC originaire de la localité de Pinga dans le territoire de Walikale, qui s’est rendu à Goma en 2019 pour témoigner, a déclaré à Human Rights Watch que des combattants fidèles à Sheka avaient intimidé sa famille à Walikale : «* La menace est venue alors que j’avais quitté [Pinga] depuis longtemps, car tout le monde savait pourquoi j’étais parti.... [Les combattants] ont dit que quiconque irait à Goma et dirait des mensonges contre Sheka [au procès] aurait à s’expliquer plus tard. *» Il a affirmé que Sheka lui-même l’avait appelé à plusieurs reprises, quand il attendait à Goma d’être appelé à la barre pour témoigner, et avait menacé de le faire tuer. Le père du témoin s’est enfui de Pinga tandis que l’ancien enfant soldat retardait son retour, ce qui l’a contraint à manquer l’école pour le reste de l’année scolaire.

Il a ajouté qu’à son retour à Pinga, 10 combattants se sont présentés à son domicile, l’ont ligoté et l’ont emmené dans leur camp : «* Ils m’ont dit que j’étais coupable de trahison à l’égard du mouvement [NDC]. Ils m’ont frappé à coups de bâton jusqu’à ce que mes vêtements soient déchirés. *» Il a affirmé avoir été détenu pendant une semaine en plein air, les mains liées, et battu quotidiennement. Il a finalement été libéré lorsque sa famille a versé une rançon d’environ 400 dollars.

Des activistes locaux, qui ont identifié des victimes et des témoins et facilité leur voyage jusqu’à Goma, ont également été menacés. L’un d’eux a déclaré que Sheka et ses collaborateurs l’avaient menacé à plusieurs reprises, en personne et par SMS. Il a précisé qu’ils lui avaient dit de cesser de travailler sur leur dossier, faute de quoi «* il risquerait sa vie. *»

Les autorités congolaises devraient travailler, avec les partenaires internationaux de la RD Congo, pour renforcer les efforts de protection des victimes et des témoins dans les affaires de crimes graves.

Le personnel judiciaire a fait l’objet de rotations depuis le début des enquêtes, et quatre procureurs successifs ont été impliqués dans les procédures. Le procès a ensuite duré près de deux ans, en raison des nombreux défis logistiques, des tactiques de retard de la défense et du rythme ralenti des audiences. De mars à juin, les audiences ont été suspendues, à cause des restrictions imposées par le gouvernement pour enrayer la propagation du Covid-19.

Les juges n’ont pas examiné des informations crédibles révélant la responsabilité de personnalités gouvernementales et militaires de haut rang dans les exactions commises par les forces de Sheka. Human Rights Watch a précédemment constaté que des officiers de l’armée congolaise et des responsables rwandais avaient apporté un soutien financier et logistique aux opérations de Sheka en diverses occasions entre 2009 et 2014. Les autorités judiciaires devraient enquêter sur la responsabilité de certains officiers supérieurs de l’armée et politiciens dans leur soutien au NDC et engager des poursuites appropriées, a déclaré Human Rights Watch.

Le tribunal a octroyé des réparations allant d’un équivalent de 4 000 dollars à 12 000 dollars aux 11 victimes qui ont participé au procès. Ces indemnités devront être payées par Sheka et ses co-accusés. Alors que les tribunaux congolais ont souvent accordé des réparations à des victimes de violences sexuelles et autres crimes graves, ces indemnités ont rarement – voire jamais – été versées.

L’implication de responsables gouvernementaux et militaires congolais dans des exactions commises par les forces de Sheka justifierait également le versement de réparations directes par le gouvernement aux victimes. Le gouvernement devrait mettre en place un système viable et efficace de réparation pour les victimes de graves crimes internationaux et s’assurer que de telles réparations soient versées à toutes les victimes de Sheka, a affirmé Human Rights Watch.

«* Si les tribunaux congolais prononcent un nombre croissant de verdicts importants, les progrès réalisés en matière de justice devraient être considérablement renforcés, avec des réformes et un soutien international, pour mettre fin à des décennies d'impunité pour les atrocités de masse en RD Congo *», a affirmé Thomas Fessy.

---------------

Full Story

Pakistan: COVID-19 Situation Report No. 19 - Reporting Period: 1st – 31st October 2020 (Monthly)

Thu, 26 Nov 2020 03:31:23 +0000

Descriptive text is not available for this image

Country: Pakistan
Source: UN Children's Fund

Please refer to the attached file.

Key Highlights

• During October there has been an increase in trend of COVID-19 positive cases (Test positivity rate on 1st October was 1.6 per cent and on 31st October it was 3.7 per cent) indicating a second wave of cases with the onset of the winter season and ease in implementation of Standard Operating Procedures (SoPs).

• Over 111,227 children treated for SAM without complication in a safe environment at health facility, (23,611 new).

• Using WASH sector communication networks, over 26 million (over 3 million new) people reached with COVID-19 hygiene promotion messages with UNICEF reaching 8.6 million (241,819 new).

• Over 2.45 million people (394,580 new) benefitting from continuity of primary health care services at UNICEF supported health facilities.

• Through UNICEF support 62,217 parents, caregivers, children and individuals reached with PSS through trained social workforce professionals (5,834 new).

• 119,987 frontline health workers reached with basic PPEs (masks, gloves and hand sanitizers) with 23,115 health workers reached during the reporting period.

Full Story

Honduras: Hurricane Eta / Iota - Humanitarian Presence: Who is doing What in each Department (as at 1800 on 24th Nov 2020)

Thu, 26 Nov 2020 03:21:14 +0000

Descriptive text is not available for this image

Country: Honduras
Source: MapAction

Please refer to the attached Map.

Full Story

More than 125 children killed or injured amid frequent violence in North West Syria

Thu, 26 Nov 2020 03:18:01 +0000

Country: Syrian Arab Republic
Source: Save the Children

October registers the highest casualty toll as children die in recent escalation

At least 43 children have been killed and another 84 injured in North West Syria since the start of a ceasefire in March 2020, according to data analysis by Save the Children.[1] October was the worst month by far, accounting for a quarter of the total number of casualties, with 27 children killed or injured.

The numbers come as the security situation deteriorates across Idlib, Aleppo and Hama in North West Syria, with reports of Improvised Explosive Devices (IED), casualties, bombardments and artillery shelling across regions.

A ceasefire between the warring parties was agreed in March[2], but data analysed by Save the Children shows that in the northwest of the country frequent violence has taken place, devastating the lives of children and their families. Homes, hospitals and schools have all been hit.

Across the North West, September and October saw some 45 incidents of violence against civilians.[3] Earlier this month, four children were killed during intense shelling over several villages in Idlib.

Since the ceasefire began, 273 civilians have been killed and 875 injured in the three northwestern provinces of Idlib, Hama and Aleppo. This is an average of 143 casualties per month.

Sami*, 10, lost his mother and brother during an attack in Maarat Al Numan, south of Idlib. He said:*
“I will never eat ice cream again. I do not like it anymore. It is because of ice cream that my mother and brother died. I asked them to take me to get ice cream. The plane struck the shop when they were there and they died.”*

Majda*, 8, who lost her arm during shelling in Ariha, said:

“Give me back my arm and I promise you I won’t give my mother a hard time.”

Father-of-three Fouad* said:

“The toughest moment of the shelling comes when your children look you in the eye and come to hide their face in your lap. They think you [as a father] can protect them when you cannot protect your own self.”

Sonia Khush, Save the Children Syria Response Director, said:

“Despite the ceasefire in March, the conflict in Syria continues to kill children and their families across the country. These numbers are a grave reminder that children bear the brunt of this war. Even in times without major military escalation, they are being killed and maimed.

“Children in North West Syria live in constant danger. They have to flee their homes because of the conflict, whilst at the same time seeking protection from the deadly coronavirus pandemic. They go to sleep hungry as their families cannot find enough food.”

A recent report by Save the Children shows that over the past months, 700,000 more children are facing hunger in Syria because of the country’s badly-damaged economy, violence and the impact of COVID-19 restrictions. UN data shows the number of confirmed cases of the virus has increased 20-fold between the second week of September and mid-October.[4]

Children are particularly vulnerable to the impact of explosive weapons. Save the Children calls on all warring parties to better protect young people and their families, alongside vital infrastructure such as schools and hospitals. International humanitarian and human rights laws must be respected.

[1] Save the Children analysed data provided by the International NGO Safety Organisation (INSO) between March and October 2020

[2] https://www.bbc.com/news/world-middle-east-51747592

[3] ACLED data https://acleddata.com/2020/10/28/regional-overview-middle-east18-24-octobe...

[4] OCHA updates https://reliefweb.int/report/syrian-arab-republic/recent-developments-northwest-syria-situation-report-no-21-20-october#:~:text=Rapid%20increase%20in%20COVID%2D19,cases%20as%20of%2019%20October.

For more information, kindly reach out to:

Full Story

Honduras: Hurricane Eta / Iota - Humanitarian Presence Overview by Department (as at 1800 on 24th Nov 2020)

Thu, 26 Nov 2020 03:17:53 +0000

Descriptive text is not available for this image

Country: Honduras
Source: MapAction

Please refer to the attached Map.

Full Story

Guatemala: Huracán Iota - Evaluaciones realizadas y presencia operacional (25 Noviembre 2020)

Thu, 26 Nov 2020 03:14:53 +0000

Descriptive text is not available for this image

Country: Guatemala
Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs

Please refer to the attached Map.

Full Story

IOM Mozambique Monthly Programmatic Highlights - October 2020

Thu, 26 Nov 2020 03:14:49 +0000

Descriptive text is not available for this image

Country: Mozambique
Source: International Organization for Migration

Please refer to the attached file.

INTRODUCTION

IOM supports the Government of Mozambique to manage humane, safe and orderly migration for the benefit of migrants and society, and to provide assistance to vulnerable and displaced populations. Efforts continue to assist families affected by Cyclone Idai and Cyclone Kenneth, and those affected by insecurity as well as the impact of the COVID-19 pandemic.

Full Story

Kazakhstan: Сenter for Emergency Situations and Disaster Risk Reduction (CESDRR): Update information about the spread of COVID-19 in Central Asia as of 11:00 of November 25, 2020 [EN/RU]

Thu, 26 Nov 2020 03:08:45 +0000

Descriptive text is not available for this image

Countries: Kazakhstan, Kyrgyzstan, Tajikistan, Turkmenistan, Uzbekistan
Source: Сenter for Emergency Situations and Disaster Risk Reduction

Please refer to the attached Infographic.

Full Story

Guinea: SIM AGUISSA : Point sur la situation alimentaire en Guinée (PSA) - Mensuel d’information sur les prix des produits agricoles, Octobre 2020 N°57

Thu, 26 Nov 2020 03:04:50 +0000

Descriptive text is not available for this image

Country: Guinea
Source: Afrique Verte

Please refer to the attached file.

Malgré la mise en marché progressive des nouvelles récoltes de céréales et d’autres produits dans toutes les régions suivies par le PSA, on a constaté une forte pression de la demande sur l’offre partout avec une hausse de prix ou une tendance haussière accentuée sur la plupart des marchés. En effet le contexte sécuritaire des élections présidentielles du 18 octobre a été marqué par la fermeture des frontières avec certains pays notamment le Sénégal, la Sierra Léone et la Guinée Bissau avec pour conséquence la perturbation des circuits d’importation et d’exportation de tous les produits à partir ou à destination de ces pays. Par ailleurs, les graves violences post-électorales qui ont marqué la capitale Conakry et plusieurs régions de la Guinée avec le pillage des commerces ont conduit les opérateurs partout dans le pays à observer un réflexe sécuritaire de fermeture des magasins et des boutiques ; la conséquence a été la raréfaction des produits et l’accentuation de la hausse des prix vers la fin du mois. Autre fait marquant, la fermeture des entrepôts de riz importé du port autonome de Conakry et l’arrêt du fonctionnement des circuits de distribution de ce produit ont conduit plusieurs acteurs de ces circuits à se replier sur le riz local étuvé aggravant la hausse des prix et l’épuisement des stocks en zone rurale et sur les marchés de regroupement. Cependant en cas de stabilité sur le front politique, on peut compter sur l’arrivée massive sur le marché des nouvelles récoltes en novembre, décembre pour reconstituer les stocks et alléger la pression de la demande sur l’offre.

Full Story

Point sur la situation alimentaire au Sahel (PSA) Bulletin mensuel d’information sur le prix des céréales : Niger - Mali - Burkina Faso - Suivi de campagne n° 235 - novembre 2020

Thu, 26 Nov 2020 03:00:55 +0000

Descriptive text is not available for this image

Countries: Burkina Faso, Mali, Niger
Source: Afrique Verte

Please refer to the attached file.

Synthèse par pays :

  • Au Niger, la tendance de l’évolution des prix constatée au le mois précédent se poursuit. Elle est marquée par une baisse pour les céréales sèches et une stabilité pour le riz. Aucun cas de hausse n’a été enregistré sur aucun marché. Les baisses ont été enregistrées pour : a) le mil à Dosso (-26%), à Zinder (-21%), à Maradi (-20%), à Tillabéry (-15%), à Agadez (-8%) et à Niamey (-5%), b) le sorgho à Maradi (-30%), à Agadez (-15%), à Dosso (-5%), à Niamey (-3%) et à Zinder (-2%), c) le maïs à Dosso (-15%), à Zinder, Maradi et Niamey (-9%) et à Agadez (-7%) et d) le riz à Tillabéry (-5%).

  • Au Mali, l’évolution des prix des céréales est marquée par une tendance à la baisse notamment pour les céréales sèches, ponctuée de quelques cas de stabilité et de rares cas de hausse. Ainsi, les baisses ont été observées pour : i) le mil à Sikasso (-13%), à Kayes et Tombouctou (-8%) et à Gao (-4%) ; ii) le sorgho à Sikasso (-13%), à Kayes (-6%) et à Bamako (-3%) ; iii) le maïs à Sikasso (-19%) et à Bamako (-13%) ; iv) le riz local à Tombouctou (-3%). Quelques cas de hausse ont été observés pour : i) le mil à Bamako (+8%) ; ii) le riz local à Sikasso (+15%) et à Mopti (+3%). Ailleurs, les prix sont stables.

  • Au Burkina, la tendance générale de l’évolution des prix des céréales est marquée par une baisse pour les céréales sèches et une stabilité pour le riz. Les mouvements à la baisse ont été observés pour : a) le mil à Bobo (-11%), à Dori (-6%) et à Dédougou, Nouna, Fada et Pouytenga (-5%), b) le sorgho à Nouna (-28%), à Fada (-21%), à Ouagadougou (-9%), à Dédougou et Pouytenga (-7%) et à Dori (-3%) ; c) le maïs à Fada (-21%), à Ouagadougou (-12%), à Pouytenga (-7%), à Nouna (-6%), à Bobo (-4%) et à Dédougou (-3%). Un seul cas de hausse a été enregistré pour le mil à Bobo (+4%).

Full Story

World: 320 000 nouvelles infections au VIH chez les enfants et les adolescents en 2019, soit une infection toutes les 100 secondes – UNICEF

Thu, 26 Nov 2020 02:52:14 +0000

Country: World
Source: UN Children's Fund

L’UNICEF met en garde contre l’interruption des services liés au VIH dans un tiers des pays lourdement touchés en raison de la COVID-19

NEW YORK/JOHANNESBOURG, le 25 novembre 2020 – Chaque minute et quarante secondes, un enfant ou un jeune de moins de 20 ans était nouvellement infecté par le VIH l’année dernière, portant le nombre total d’enfants séropositifs à 2,8 millions, indique l’UNICEhttps://www.unicef.org/fr/communiqu%C3%A9s-de-presse/320-000-nouvelles-infections-au-vih-chez-les-enfants-et-les-adolescentsF dans un rapport publié aujourd’hui.

Ce rapport, intitulé Reimagining a resilient HIV response for children, adolescents and pregnant women living with HIV (Réinventer une riposte résiliente au VIH pour les enfants, les adolescents et les femmes enceintes séropositifs), souligne que les interventions visant à lutter contre le VIH ont tendance à oublier les enfants.

Les efforts de prévention et de traitement destinés aux enfants restent parmi les plus faibles au sein des principales populations affectées. En 2019, à peine plus de la moitié des enfants dans le monde avaient accès à un traitement qui leur sauverait la vie, une couverture bien moins importante que celle dont bénéficiaient les mères (85 %) et l’ensemble des adultes séropositifs (62 %). Près de 110 000 enfants sont morts du sida cette même année.

Malgré les progrès accomplis au cours des décennies de combat contre le VIH et le sida, de profondes disparités régionales touchant principalement les enfants subsistent au sein de toutes les populations, déplore le rapport. La couverture des traitements antirétroviraux chez les enfants est plus élevée au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (81 %), suivis par l’Asie du Sud (76 %), l’Afrique de l’Est et australe (58 %), l’Asie de l’Est et le Pacifique (50 %), l’Amérique latine et les Caraïbes (46 %), et l’Afrique de l’Ouest et centrale (32 %).

« Pendant que le monde se bat contre une pandémie, des centaines de milliers d’enfants continuent d’être victimes des ravages de l’épidémie de sida », rappelle Henrietta Fore, Directrice générale de l’UNICEF. « Il n’existe toujours pas de vaccin contre le VIH. Les enfants continuent d’être infectés à des taux alarmants et de mourir du sida. Et la situation était déjà critique avant que la COVID-19 n’interrompe les services vitaux de traitement et de prévention du VIH, mettant en danger d’innombrables vies supplémentaires. »

La crise de la COVID-19 a davantage exacerbé les inégalités d’accès aux services vitaux contre le VIH pour les enfants, les adolescents et les femmes enceintes du monde entier.

Dans une enquête récente menée auprès de 29 pays prioritaires en matière de VIH, un tiers des participants ont indiqué que la couverture des services destinés aux enfants, aux adolescents et aux femmes séropositifs ou vulnérables au virus avait reculé d’au moins 10 % par rapport aux chiffres enregistrés avant la pandémie.

Les données d’ONUSIDA relatives à l’interruption des services liés au VIH, citées dans le rapport, illustrent les effets des mesures de contrôle de la pandémie, de l’interruption des chaînes d’approvisionnement, du manque d’équipements de protection individuelle et de la réaffectation des agents de santé qui travaillaient dans les services liés au VIH.

Au cours des mois d’avril et de mai, alors que les gouvernements du monde entier prenaient des mesures de confinement plus ou moins strictes, les traitements contre le VIH et les tests de charge virale pour les enfants de certains pays ont chuté de 50 % à 70 % et la mise en place de nouveaux traitements a baissé de 25 % à 50 %.

De même, les accouchements au sein des structures de santé et les traitements maternels ont également diminué de 20 % à 60 %, le dépistage du VIH chez les mères et la mise en place de traitements antirétroviraux, de 25 % à 50 %, et les services de dépistage des nourrissons, de près de 10 %.

Si l’assouplissement des mesures de contrôle de la pandémie et le ciblage stratégique des enfants et des femmes enceintes ont provoqué une reprise des services au cours des derniers mois, des problèmes persistent, et le monde est encore loin d’atteindre les cibles relatives à la lutte contre le VIH chez l’enfant pour l’année 2020.

Autres données portant sur l’année 2019 incluses dans le rapport :

  • 150 000 enfants âgés de 0 à 9 ans ont été nouvellement infectés par le VIH, portant à 1,1 million le nombre total d’enfants séropositifs au sein de ce groupe d’âge.

  • 170 000 adolescents âgés de 10 à 19 ans ont été nouvellement infectés par le VIH, portant à 1,7 million le nombre total d’adolescents séropositifs.

  • 130 000 adolescentes ont été nouvellement infectées par le VIH en 2019, contre 44 000 adolescents.

  • Le monde a recensé 110 000 décès liés au sida chez les enfants et les adolescents – 79 000 chez les enfants âgés de 0 à 9 ans et 34 000 chez les enfants âgés de 10 à 19 ans.

  • L’accès des mères à un traitement antirétroviral visant à prévenir la transmission du virus à leur bébé a augmenté à l’échelle mondiale, passant à 85 %, et le diagnostic précoce des nourrissons a atteint 60 %.

  • 1,3 million de femmes enceintes étaient séropositives – 82 000 enfants de moins de 5 ans ont été infectés durant la grossesse ou l’accouchement et 68 000, durant l’allaitement, selon les estimations.

Le rapport exhorte l’ensemble des gouvernements à protéger, à entretenir et à accélérer les progrès visant à lutter contre le VIH chez l’enfant en maintenant les services de soins essentiels et en renforçant les systèmes de santé.

Contacts presse

Sara Alhattab
UNICEF New York
Tél: +1 917 957 6536
Adresse électronique: salhattab@unicef.org

Patsy Nakell
UNICEF Africa Services Unit
Tél: +211 923 666 354
Adresse électronique: PNakell@unicef.org

Full Story

Cameroon Key Message Update : L’insécurité alimentaire de Stress (Phase 2 de l'IPC) dans l’Extrême Nord malgré les nouvelles récoltes due à l’insécurité, novembre 2020

Thu, 26 Nov 2020 02:39:07 +0000

Descriptive text is not available for this image

Country: Cameroon
Source: Famine Early Warning System Network

Please refer to the attached file.

Key Messages

  • Malgré l'amélioration de la disponibilité des stocks alimentaires pour les ménages de l'Extrême-Nord après deux mois de récoltes estimées moyennes, l'insécurité alimentaire aiguë Stress (Phase 2 de l'IPC) persiste dans le Logone et Chari, Mayo Sava et Mayo Tsanaga, où les attaques répétées de Boko Haram associées aux enlèvements et aux pillages continuent de provoquer de nouveaux déplacements de population et de perturber les activités de subsistance habituelles. Les attaques récentes entre le 30 octobre et le 2 novembre 2020 à Mora, dans le Mayo Sava, ont déplacé 959 personnes, selon l'OIM.

  • Cinq mois après le début des récoltes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, les prix des denrées de base produites localement dans les zones rurales diminuent de façon atypique. Les ménages ruraux vendent leurs produits à des prix inférieurs à la moyenne en raison de l'intensification du conflit en septembre et octobre qui ont perturbé les flux commerciaux des bassins de production de la région, et de la hausse atypique de vente de stocks pour couvrir les dépenses liées à la rentrée scolaire. Par rapport à octobre 2020, les prix actuels du maïs sont inférieurs de 15 pour cent à Kumbo, de 13 pour cent à Fundong, de 9 pour cent à Nkambe et de 7 pour cent à Ndop. Toutefois, les prix restent nettement supérieurs à leur moyenne quinquennale. Les revenus inférieurs à la moyenne provenant de la vente des récoltes, associés à des prix qui restent supérieurs à leur moyenne sur cinq ans, continuent à entraîner une insécurité alimentaire aiguë de Crise (Phase 3 de l'IPC).

  • Les récoltes de contre-saison de haricots, de pommes de terre et de maïs frais qui commencent en novembre dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-ouest vont probablement améliorer la disponibilité alimentaire et les revenus des ménages pauvres, mais la production devrait être inférieure à la moyenne en raison du déplacement des populations et de l'accès réduit aux terres agricoles, comme la plupart des plaines irriguées exploitées pour la production de contre-saison restent inaccessibles. Les revenus issus de la vente de café et de cacao continuent d'améliorer le pouvoir d'achat des ménages pauvres, bien que les récoltes restent bien inférieures à la moyenne.

Full Story

India | Tropical Cyclone NIVAR – DG ECHO Daily Map│25/11/2020

Thu, 26 Nov 2020 02:01:51 +0000

Descriptive text is not available for this image

Country: India
Source: European Commission's Directorate-General for European Civil Protection and Humanitarian Aid Operations

Please refer to the attached Map.

Full Story